11 janvier 2018

"Paddington 2" de Paul King : l'homme qui a vu l'ours...

Je dois l'avouer, j'ai beaucoup de mal avec le personnage de Paddington, dont l'épuisante gentillesse et l'inébranlable foi en l'humanité fait renaître en moi des élans képons que je croyais bien enfouis depuis mes 20 ans. Nonobstant l'abjection absolue que représente l'idée d'ingérer des tartines de marmelade, il y a dans ce "Paddington 2" une accumulation de fautes impardonnables qui devraient valoir au dénommé Paul King douze mois au moins de travaux d'intérêt général, comme le nettoyage à la brosse à dents électrique de la fosse... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 janvier 2018

"Tout l'Argent du Monde" de Ridley Scott : Tutti i soldi del mondo

Il a beaucoup de bonnes raisons de ne pas aimer "Tout l'argent du monde" et une seule de le défendre, mais cela vaut la peine de commencer par cette dernière, car elle tient du miracle : le remplacement, une fois le film terminé, de Kevin Spacey - persona non grata du fait des récentes révélations sur son caractère de prédateur sexuel - par le vétéran Christopher Plummer dans le rôle imposant du milliardaire J. Paul Getty, est une réussite exceptionnelle... puisque Plummer constitue à lui seul 99% de l'intérêt de ce film fossilisé et... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 janvier 2018

Séance de rattrapage : "Que Dios Nos Perdone" de Rodrigo Sorogoyen

D'abord, soyons cléments avec la critique et le public français qui ont largement surestimé ce "Que Dios Nos Perdone" beaucoup trop espagnol pour que tous les thèmes qui se bousculent dans son scénario engorgé soient perceptibles hors des frontières ibériques. Il faut néanmoins insister sur la forte tonalité anti-religieuse du film, qui ne se limite pas à la toile de fond ironique de la visite papale dans un Madrid miné par la crise économique : en effet, le titre du film et le livre inspirant le serial killer ("Camino") sont une... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 janvier 2018

"Ferdinand" de Carlos Saldanha : Bovins !

Les fêtes de fin d'année s'apparentent depuis deux décennies à un calvaire consumériste qui nous voit souffrir interminablement dans des magasins pris d'assaut, devant des tables surchargées, ou dans des salles de cinéma où s'entassent des familles énervées (hier, des gens étaient assis par terre à l'UGC Ciné Cité devant l'écran...)... Pour voir le paquet traditionnel de films d'animation de Noël, sans vraiment nous préoccuper de leur qualité tant il s'agit d'un passage obligé, d'un rituel moutonnier de saison. Or, pour une réussite... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 janvier 2018

Mes 10 films préférés de 2017 (parmi ceux que j'ai vus, bien évidemment...)

1. Moonlight de Barry Jenkins 2. Get Out de Jordan Parker 3. ex aequo Blade Runner 2049 de Denis Villeneuve et Coco de Lee Unkrich et Adrian Molina 5. ex aequo The Nile Hilton Incident de Tarik Saleh et La Villa de Robert Guédiguian 7. ex-aequo Wind River de Taylor Sheridan et Dans un Recoin de ce Monde de S. Katabuchi 9. ex-aequo 120 bpm de Robi Campillo et La La Land de Damien Chazelle   Cela vaut la peine de noter ici deux beaux rattrapages de grands films manqués en 2016 : Manchester By The Sea de Kenneth Lonergan... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 décembre 2017

Les films d'Eric Rohmer passeront-ils l'épreuve du temps ? "La Femme de l'Aviateur" (1981)

En 1981, Eric Rohmer avait donc mis fin à sa célèbre suite de "Contes Moraux" et le premier film de son nouveau cycle, "Comédies et Proverbes", témoignait d'une véritable rupture de ton, qui plus est extrêmement réussie. Désormais moins intellectuel - ou plutôt moins théorique -, l'univers rohmerien s'ouvrait avec "la Femme de l'Aviateur" aux faux-semblants, à l'impermanence cruelle des sentiments, et surtout, surtout, "à l'air du temps". Et gagnait du coup une magie qui lui permettrait de transcender les constructions toujours un peu... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 décembre 2017

Revoyons les classiques de la S.F. : "2001 : l'Odyssée de l'Espace" de Stanley Kubrick (1968)

Une ouverture sublime, un long tunnel planant, un suspense cybernétique infernal, puis un final halluciné : il y a tout dans "2001 : l'Odyssée de l'Espace", et avant tout la meilleure illustration du génie d'un réalisateur visionnaire comme l'histoire du Cinéma en compte très peu. "2001" ouvre littéralement une brèche d'infini dans l'imagination des spectateurs, qui suffoquent un peu, à la fois dépassés et hypnotisés : comme le personnage de l'astronaute, seul et flottant dans le cosmos, chacun d'entre nous est seul, face au silence... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 décembre 2017

Le cinéma enchanté de Hong Sang-Soo : "Turning Gate" (2002)

"Turning Gate", revu quinze ans après sa sortie sur les écrans français où il avait été plutôt bien reçu, au moins par la frange de cinéphile qui s'intéressait à ce "genre de cinéma", est indéniablement le film le plus fort émotionnellement - à date - de Hong Sang-Soo, qui, s'il délaisse temporairement les dispositifs conceptuels dont il est coutumier, accorde à son histoire et à ses personnages une attention totale, s'approchant au plus près de la vérité de leurs relations. Certes, cette préoccupation envers les relations à sens... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 décembre 2017

"Coco" de Lee Unkrich et Adrian Molina : la musique et la mémoire

Quiconque connaît dans sa famille le drame d'Alzheimer ressortira de "Coco" le cœur brisé et l'âme grandie. Cette scène immense qui voit la mémoire revenir irriguer le cerveau abîmé de Coco, par la magie d'une simple chanson, bouleversera tous ceux qui attendent - la plupart du temps en vain - sur le visage éteint de ceux qui nous aimaient et qui nous ont oubliés que revienne la lumière de la reconnaissance. A partir de là, il m'est impossible de juger "Coco" avec la moindre objectivité. Et si le dernier Pixar souffre de quelques... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 décembre 2017

"Star Wars VIII : les Derniers Jedi" de Rian Johnson : le nouveau défi des Jedi

Je suis conscient que, vu les enjeux émotionnels pour une fraction non négligeable de la population (plutôt masculine, quand même...) de la planète, écrire sur un film de la saga "Star Wars" est désormais un défi que ma propre indifférence envers les gentils enfantillages de George Lucas, enflés hors de toute proportion raisonnable par les requins de chez Disney, m'empêche de relever. N'ayant strictement rien à battre des Jedi, de la Force et de toutes ces âneries qui ne reflètent que le vide d'une civilisation en phase terminale, je... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,