11 juillet 2020

"Les Naufragés de la Méduse" de Bordas et Deveney : l'horreur... l'horreur...

La malédiction des œuvres dite « du patrimoine », ou même seulement des « classiques », c’est que, si leur célébrité les a rendues la plupart du temps intouchables, on a en revanche bien du mal à les considérer comme le résultat du travail d’artistes qui ont sué sang et eau, qui ont souvent souffert le martyre, qui quelque fois même sont morts pour leur donner naissance. Avec le célébrissime tableau romantique de Géricault, "le Radeau de la Méduse", cet effet de « lissage » se double du fait que le tableau représente lui-même... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juillet 2020

"Grand Orient" de Denis et Franc : la Franc-Maçonnerie n'est plus ce qu'elle était...

Les Francs-Maçons ! La loge du Grand Orient ! Des mots qui inspirent tous les fantasmes et toutes les craintes… voire toutes les haines. Une « société secrète » qui noyaute les plus hautes sphères de l’état et de l’industrie… Des rituels mystiques vaguement effrayants, obscurs, d’une « secte » dont la « laïcité » s’oppose violemment aux religions monothéistes… Il y a fort à parier que la nouvelle BD de Jérôme Denis et Alexandre Franc va en surprendre, voire en déstabiliser plus d’un : il n’est pas certain qu’elle... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 juillet 2020

"Knock Out !" de Reinhard Kleist : la boxe ou la vie !

Le nom d’Emile Griffith n’évoque sans doute plus grand-chose de nos jours : l’homme fut pourtant un grand champion de boxe au début des années 60, gagnant le titre mondial dans la catégorie des poids welters, puis des poids moyens. Il fut même élu « boxeur de l’année » aux USA and 196. Emile était noir, ce qui était « courant » pour un grand boxeur, mais il était aussi homosexuel, ce qui n’était pas facile ni dans le milieu d’un sport très macho, ni dans les Etats-Unis de l’époque. L’un de ses adversaires étant mort des suites... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
02 juillet 2020

"Histoires de Mes 14 Ans - Les Cahiers d'Esther - Tome 5" : Angèle et Rayanne...

… et un an plus tard, Esther a 14 ans… Inévitablement, Esther est devenue cette adolescente, avec de nouveaux centres d’intérêt, qui étaient apparus dans le tome précédent des Cahiers d’Esther, cette série désormais très populaire – puisqu’ayant même donné naissance à une série TV animée - où Riad Sattouf retranscrit en BD la vie quotidienne – la famille, le collège, les copines et les copains - de la fille d’amis : les garçons ne sont plus désormais ce repoussoir des premières années de collège, ils deviennent peu à peu le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 juin 2020

"Ce qui nous sépare" d'Hélène Aldeguer : sommes-nous tous racistes ?

Au départ, quand on entame la lecture de Ce qui nous Sépare, il y a – forcément, logiquement – en nous, cette évidence : « Moi, je ne suis pas raciste ». On aborde donc cette chronique de la vie à Paris de Bilal, Tunisien ayant bénéficié d’une bourse pour passer sa maîtrise (discipline : histoire contemporaine…) en France, relativement tranquille, prêt à s’indigner devant les multiples expressions du racisme de nos concitoyens, sans même parler, évidemment, des brutalités policières dont on imagine bien... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 juin 2020

"Hors-Saison" de James Sturm : amour et politique aux USA

Depuis l’immense "Maus", on sait que la représentation animalière de situations humaines dramatiques, psychologiquement ou physiquement éprouvantes, loin d’affaiblir l’impact d’un récit sur le lecteur, le rend encore plus marquant. Est-ce parce que le récit – très réaliste, très précis – se double automatiquement d’une représentation symbolique qui offre la simultanéité d’un premier degré – où l’on souffre avec les protagonistes – et d’un second, un véritable espace de réflexion dans ce léger recul que permet l’absence de la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 juin 2020

"Lâcher prise", le dernier tome de Ralph Azham de Lewis Trondheim : la disparition

Aimer "Ralph Azham" a été difficile. Alors qu'on attendait, qu'on espérait, une série du niveau du "Donjon", heroic fantasy humoristique oblige, on a dû rapidement déchanter devant une histoire qui s'est enfoncée rapidement dans une confusion qui lui aura été presque fatale. Il aurait sans doute fallu relire, à chaque nouveau tome, tous les précédents pour espérer y comprendre quelque chose : pourtant, ceux qui se sont livrés à cet exercice - qui est un véritable témoignage d'amour - ont fini par avouer qu'ils ne s'y retrouvaient... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 juin 2020

"La Couleur Tombée du Ciel" de Lovecraft et Tanabe : adapter l'inadaptable

Pour un adolescent au tout début des années 70, lire du fantastique n’était pas facile, le genre étant alors loin de connaître la popularité qui deviendra la sienne au cours du demi-siècle suivant. Une fois Edgar Allan Poe étudié au lycée – pour les plus chanceux d’entre nous –, une fois lus le Dracula de Bram Stoker et le Frankenstein de Mary Shelley, l’incontournable étape suivante était l’auteur le plus sulfureux, le plus étrange, le plus fascinant / inquiétant de tous, Howard Philip Lovecraft, dont l’œuvre proliférant autour... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 mai 2020

"Le Marais" de Yoshiharu Tsuge : période de transition...

Yoshiharu Tsuge est l’un des artistes les plus importants dans l’histoire du manga, celui qui a littéralement inventé le récit autobiographique, et donc apporté une pierre essentielle à la construction d’un art adulte, en y injectant en outre une bonne dose d’ésotérisme. Pourtant, nous n’avons eu longtemps en France, accès qu’à son "Homme sans Talent", certes un chef d’œuvre, sorte de minuscule partie immergée d’un iceberg colossal. Les Editions Cornelius, dont on ne peut que louer l’impressionnant travail réalisé pour nous... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 avril 2020

"Memoria - l'intégrale" de Paiement et Eid : naufragés de la réalité...

La question de sa pérennité est forcément quelque chose qui travaille toute création artistique, et lorsque l’on se consacre à l’anticipation, que ce soit dans le roman, le cinéma ou la Bande Dessinée, on court clairement le risque de perdre rapidement toute pertinence, voire même de sombrer dans le ridicule… surtout en notre époque d’accélération exponentielle de la technologie ! On nous rétorquera peut-être que la qualité artistique peut suffire à préserver une œuvre de l’obsolescence, ce qui n’est pas faux, mais... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,