09 décembre 2019

"Colorado" de Neil Young & Crazy Horse : le retour d'une bande de vieux blancs...

« You might say that I’m an old white guy… », c’est ainsi que Neil Young, 73 ans, introduit "She Showed Me Love", la seule chanson de son nouvel album, "Colorado", (le premier publié, depuis sept ans quand même, sous le nom emblématique de Neil Young & Crazy Horse…) qui sonne vraiment comme du Crazy Horse… avant de se perdre dans une répétition de plus en plus épuisée du fameux « système » mis au point en 1969 avec "Everybody Knows This Is Nowhere" : une rythmique simpliste et lourde, et Neil qui balance... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 décembre 2019

"Everything not Saved will be Lost, Part 2" de Foals : la colère...

Il faut bien admettre que la première partie de "Everything Not Saved will be Lost", publiée en mars dernier n’avait pas pleinement recueilli les suffrages de la critique, ni même le succès populaire espéré par Yannis Philippakis et sa troupe. Nombreux furent les commentaires mitigés sur un album qui hésitait entre « stadium rock » façon U2 et expérimentation courageuse, frôlant même parfois les terres un peu honteuses du Rock Progressif millésimé années 70 et 80. Heureusement, l’approche furieusement... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 novembre 2019

"Hot Motion" de Temples : l'impasse ?

Temples n'est pas un groupe qui se trouve dans une bonne situation en 2019 : leur premier album, "Sun Structures", avait été bien reçu par la critique, mais s'était avéré très "scolaire" dans son exploration respectueuse des codes de la pop psychédélique anglaise des seventies, et les avait fait classer dans la catégorie peu enviable des suiveurs, loin derrière Tame Impala qui labourait les mêmes terres, mais avec une contemporanéité enviable. Malgré le soutien improbable de Noel Gallagher (sans doute séduit... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 novembre 2019

"Devour You" de Starcrawler : starfucker !

Dès le second album - celui de tous les dangers, on le sait - Starcrawler, soit nos Angelenos préférés de 2018 nous font le coup pendable de rentrer dans le rang. Eux qu'on attendaient comme les dignes héritiers des magnifiques John Doe / Exene Cervenka de l'inoubliable X, ont pris un virage moins risqué commercialement en choisissant plutôt l'héritage 90's de Hole, Garbage et consorts. Très produit - par un Nick Launay dont le beau pédigrée (Yeah Yeah Yeahs, Nick Cave...)... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 novembre 2019

"Dark Times" de Doctors of Madness : résurrection d'un groupe immense !

Le soir du 26 janvier 1977, nous étions au Bataclan pour juger sur pièce d’un groupe pour le moins étrange, Doctors of Madness, qui venait juste de publier deux albums étonnants, Late Night Movies, All Night Brainstorms et Figments of Emancipation, deux albums acclamés par nos journaux favoris de l’époque. Nous y vécûmes le premier choc esthétique – et émotionnel, oh que oui ! – de notre vie d’amoureux de musique live : Richard (Kid) Strange, le géant aux cheveux bleus, et sa bande nous consolèrent en une... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 novembre 2019

"So Removed" de WIVES : EPOUSES ou Reines ?

“Happy ever after / this place is a disaster.” Les premiers mots de "So Removed", le premier album de WIVES, nouvelle sensation du Rock new-yorkais, ne laissent place qu’à peu d’ambiguïté : on est ici dans la digne continuité de ce que la Grosse Pomme, et même les USA ont produit de plus radicalement Rock en termes de "musique urbaine"… Car on a beau dire, on a beau faire, et la musique a beau être de plus en plus planétaire, globale et dématérialisée, les artistes qui comptent sont le plus souvent marqués profondément par... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 octobre 2019

"Metronomy Forever" de Metronomy : vers l'infini et au-delà ?

Voilà, il faut bien le reconnaître, aussi douloureux que soit cet aveu pour quelqu'un qui place "The English Riviera" parmi les grands albums pop du siècle, "Metronomy Forever" est un échec sans appel. Oh, la démarche de Joseph Mount, qui va voir ailleurs si le futur de Metronomy n'y serait pas, est plus que louable après quelques années passées à décliner ses angoisses existentielles sur des mélodies délicieusement bancales et fragiles. Le résultat n'est par contre pas au niveau de nos attentes, ni bien sûr de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 octobre 2019

"Homeless Songs" de Stephan Eicher : un retour improbable et frémissant...

On était au tout début des années 90, et Stephan Eicher, un jeune suisse étrange, qui avait débuté dans la musique en jouant une drôle d’électro bricolée héritée de celle des « jeunes gens modernes » - ou bien, au choix, très en avance sur son temps – rencontrait l’écrivain Philippe Djian (qui n’était pas tellement pris au sérieux, d’ailleurs, alors qu’on sait désormais qu’on tenait là l’une des voix les plus intéressante de la littérature française populaire…). De leur rencontre naîtrait une poignée de chansons... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 octobre 2019

"Engine of Paradise" d'Adam Green : Adam contre les insectes-robots

On est à New York au milieu des années 90 : un duo improbable, formé par un très jeune homme à l’allure bohème et son égérie de dix ans plus âgée que lui, décrète que le temps du règne de « l’anti-folk » est arrivé. Les Moldy Peaches (Adam Green et Kimya Dawson) vont marquer leur époque, tant pour la qualité de leurs chansons que par leur attitude indie-punk, tranchant avec le sérieux traditionnel du folk. Très vite, dès 2002, Adam va entamer une carrière solo avec une paire d’albums réellement renversants : une... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 octobre 2019

"Beneath the Eyrie" de Pixies : les nouveaux Pixies

Les Pixies sont un cas difficile pour n’importe qui ayant eu la chance de se prendre "Surfer Rosa", puis "Doolittle" en pleine face alors que les années 80 synthétiques allaient déboucher sur une nouvelle radicalité sonore la décade suivante. Le fait que peu de groupes dans l’histoire du Rock égalèrent jamais la folie furieuse et l’excitation incontrôlable que généraient les apparitions live de la bande à Black Francis rendit évidemment l’improbable résurrection du groupe extrêmement « dangereuse » : dieu merci,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,