25 novembre 2017

"Le Musée des Merveilles" de Todd Haynes : un film sourd ("Ground Control to Major Tom...")

Todd Haynes est l'un des metteurs en scène les plus singuliers, les plus littéralement extra-ordinaires qui soient en activité. Constamment à la recherche de solutions formelles originales, brassant les concepts les plus visionnaires et les associant à une sorte de nostalgie des formes passées, il nous propose des films systématiquement surprenants et stimulants... même si, au final, c'est lorsqu'il laisse pleinement s'exprimer les émotions que Haynes est le meilleur, et touche à la grandeur. Ce ne sera malheureusement pas le cas de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 novembre 2017

Les films d'Eric Rohmer passeront-ils l'épreuve du temps ? "Perceval le Gallois" (1978)

"Perceval le Gallois" était le seul film de Rohmer que j'avais toujours refusé de voir, un peu effrayé par le hiératisme de scènes entrevues çà et là : il s'agit pourtant d'une oeuvre marquante, à côté de laquelle il ne faut pas passer... même si le regarder en deux fois permet d'échapper à l'effort qu'impose sa durée excessive ! S'il y a des éléments un peu ratés - comme les parties musicales / chantées pénibles, ou comme le dernier chapitre, religieux et un peu ridicule, assimilant Perceval au Christ - ce film-anomalie engendrera... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 novembre 2017

Le cinéma enchanté de Hong Sang-Soo : "in Another Country" (2012)

Dans un pays qui doit s'appeler "le Cinéma" (zoom), on peut raconter ce qui nous passe par la tête, et construire toutes les histoires du monde avec une plage glaciale sous la pluie, une étrangère anglophone, volubile mais perdue et une galerie de personnages qui échangeront régulièrement identités et personnalités. Sauf bien sûr la pierre angulaire de la fiction, le maître nageur sexy (Alerte à Mohang Beach !) qui ne sait pas où est le phare, ni même ce que c'est, qui chante formidablement bien, et avec lequel on a envie de faire... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 novembre 2017

Séance de rattrapage : "Tunnel" de Kim Seong-hun

"Tunnel" ? Un long tunnel pour le spectateur enterré avec le personnage principal sous une montagne de rochers, victime des dérives des entreprises de construction sud-coréennes ? Comme dans "Buried", la mise en scène nous fait vivre de manière relativement réaliste ce long calvaire de la faim, de la soif, de l'asphyxie et des espoirs de délivrance toujours déçus. La gestion du temps est un peu approximative, mais courageuse (parce qu'elle découragera les spectateurs impatients...), mais le principal défaut du film est le manque de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 novembre 2017

Séance (tardive) de rattrapage : "Personal Shopper" d'Olivier Assayas

Alors là, le père Assayas s'est planté, et gravement même. Mais ce n'est pas un problème, car il avait pu filmer les seins de Kristen, ce qui devait être fondamentalement son objectif en concevant ce "Personal Shopper" qui frôle l'aberration absolue. Et en plus il a reçu un "Prix de la Mise en Scène" au royaume des aveugles (Cannes), prix particulièrement inepte quand on pense que c'est aussi du fait du manque de pertinence de sa mise en scène, en particulier dans les scènes "de genre", que le film consterne. Alors, "Personal... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 novembre 2017

"Le Sens de la Fête" de Eric Toledano et Olivier Nakache : ma petite entreprise

On connaît bien les dérives du cinéma de Nakache et Toledano, cette gentillesse frôlant la niaiserie, cet idéalisme vis à vis d'une société métissée où le savoir vivre ensemble triompherait des préjugés : leur "Sens de la Fête" n'y échappe malheureusement pas, en particulier du fait d'un happy end inutile, alors que nous aurions voulu voir un cataclysme terminal s'abattre sur cette noce franchement mal embarquée (option Blake Edwards) ou au moins une plongée asphyxiante dans la noirceur qui rôde sans cesse au bord du cadre (option... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 novembre 2017

"Au Revoir Là-Haut" d'Albert Dupontel : Qu'est-ce qu'un grand film populaire en France ?

Qu'est-ce qu'un grand film populaire en France ? Pour essayer de répondre à cette difficile question, ignorons bien entendu les zillions de comédies bas du front qui ne méritent pas le titre de "comédies" (que Lubitsch, Wilder et Tati leurs pardonnent, ils ne savent pas ce qu'ils font), et concentrons-nous sur le cas de "Au revoir là-haut", généralement traité par le public français en délire de "chef d'oeuvre absolu"... Apparemment, il s'agit donc d'un film traitant de la France d'hier, mais avec assez de contestation vis à vis de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 novembre 2017

"Opération Casse-Noisette 2" de Carl Brunker : Tick Tick Boooom !

J'avais réussi à éviter que ma fille de 6 ans m'entraîne voir le premier "Opération Casse-Noisette", à la sinistre réputation. Cette fois-ci, les critiques étant plus positives, je n'ai pas opposé autant de résistance, et mis à part un petit roupillon rituel d'une quinzaine de minutes au milieu du "film", j'ai plutôt passé un bon moment devant ce dessin animé de facture correcte, au graphisme acceptable et à la mise en scène dynamique. Qui fait oublier un scénario convenu (les animaux d'un parc luttent pour sauver leurs arbres contre... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 novembre 2017

Séance de rattrapage : "Wakefield" de Robin Swicord

Si la tentation vertigineuse de notre propre disparition (ainsi que le plaisir pervers d'en mesurer l'impact sur ses proches) est suffisamment universelle - du moins je le suppose - pour constituer un bon sujet de livre ou de film, "Wakefield" est surtout une démonstration de ce qu'il ne faut pas faire. D'abord réduire ce "vertige métaphysique" de l'effacement à un banal coup de stress vis à vis de l'usure du couple et la sauvagerie du monde professionnel. Ensuite banaliser la "perversité" du voyeurisme en le ramenant à la reconquête... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 octobre 2017

"Le Petit Spirou" de Nicolas Bary : l'Ombre du Zzzz...

Je suis naïf. Naïf au point d'être idiot. Pourtant j'ai déjà vu quelques unes des horreurs qui ont précédé : les Astérix, les Adèle Blanc-Sec, les Blueberry et quelques autres Schtroumpfs. J'ai judicieusement fait l'impasse sur d'autres qui avaient bien l'air pitoyables (Lucky Luke, Boule et Bill... )... mais je me suis quand même retrouvé cet après-midi avec ma fille de 6 ans dans une salle de multiplexe devant "le Petit Spirou". Sans doute trahi par mon éternelle passion pour le personnage du groom éternel (pour moi, à égalité avec... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,