19 janvier 2020

"1917" de Sam Mendes : Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui est, dans sa logique propre, disposée à faire feu de tout bois sans se poser trop de questions pourvu que le spectateur en ait pour son argent et que le critique - de plus en plus ignare - puisse crier au film génial. Ce qui ne veut pas dire que nous, qui avons encore du respect pour cet Art plus que centenaire, devions... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 12:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 janvier 2020

Séance de rattrapage : "Trois Jours et une Vie" de Nicolas Boukhrief : n'est pas Chabrol qui veut...

N'est pas Chabrol qui veut. On saisit bien ce que Boukhrief veut faire avec son "Trois Jours et une Vie", c'est-à-dire le portrait désormais convenu d'une petite communauté vivant en quasi autarcie, et enfouissant ses secrets honteux, qui finissent par condamner tout le monde à une vie sans lumière, sans joie, sans espoir. Très bien, et ce d'autant que le livre de Pierre Lemaître dont le film est tiré (Lemaître ayant par ailleurs participé à l'adaptation) a fort bonne réputation. Et pourtant le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 janvier 2020

Séance de rattrapage : "Traîné sur le Bitume" de S. Craig Zahler : les 7 salopards

"Dragged across Concrete" (mais pourquoi le béton est-il devenu bitume dans la traduction française ? Parce que les routes américaines sont plutôt faites en béton qu'en asphalte ?) nous pose cette éternelle question que nous n'avons pas toujours résolue malgré toutes nos années de cinéphilie : dans un film, le style peut-il remplacer le propos ? Si la popularité assez insensée d'un Tarantino permet de dire que, oui, globalement, le spectateur de cinéma adore se laisser embarquer dans des aventures formelles décoiffantes,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 janvier 2020

Séance de rattrapage : "Le Jeu" de Fred Cavayé : phone game !

Il y a deux manières de regarder un film comme "le Jeu" : on peut d'abord pester contre un cinéma français "populaire" qui, à l'image d'ailleurs de son grand frère américain, se nourrit de stéréotypes, de situations flattant la public et le caressant dans le sens du poil (le principe bien connu du "c'est bien comme ça que ça se passe... mais pas chez moi !"), et manquant totalement d'ambition, tant formelle que "de fond". Mais une fois qu'on a dit cela, qu'on s'est gaussé d'une théâtralité sans imagination qui renvoie à nombre de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 janvier 2020

"les Enfants du Temps" de Makoto Shinkai : les passagers de la pluie

La découverte, début 2017, du "Your Name" du même Makoto Shinkai nous avait conduit, nous qui ne sommes pas forcément experts de l’Anime, à nous intéresser à cet auteur singulier, dont le film regorgeait littéralement de moments enchantés, et de concepts stimulants, ce qui nous permettait de passer outre un certain nombre de scories jugées comme rebutantes par nombre de spectateurs : une tendance à la niaiserie sentimentale et un abus de chansons de variété japonaise assez écœurantes… qui n’arrivaient pas à gâcher le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 janvier 2020

Bergman pour toujours : "Persona" (1967)

"Persona", sans doute l'un des films les plus "ultimes" de Bergman, ou en tout cas celui qui concilie le plus audacieusement recherche formelle et explorattion de la psyché, commence presque comme un exercice de style "lynchien" : une rafale d'images et de sons déstructurés, avec certaines insertions subliminales, qui posent le contexte, soit l'obscurité du Mal, la lumière du Cinéma, et au milieu le Sexe. "Persona" va donc s'approcher du gouffre absolu de l'âme, en utilisant le cinéma - et bien sûr, avant tout, deux actrices... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 janvier 2020

Séance (tardive) de rattrapage : "The Mirror" de Mike Flanagan : The Haunting of Russell House

L'intérêt que je porte à Mike Flanagan depuis la double réussite qu'ont constitué "Gerald's Game" et surtout "The Haunting of Hill House" m'a naturellement poussé à vouloir découvrir le début de sa filmographie déjà longue. "Oculus", traduit "en français" par "The Mirror" était déjà le cinquième long-métrage de Flanagan, dont la maîtrise de la mise en scène était déjà évidente. Ainsi, sont clairement reconnaissables ici les caractéristiques de son "style", en particulier un sens très juste de rythme de narration,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 janvier 2020

"Les Vétos" de Julie Manoukian : la reine du Morvan...

Bon, on peut regarder "les Vétos" comme un film français relativement "standard" : d'ailleurs la présence au générique de l'acteur français le plus "standard" qui soit, Clovis Cornillac, valide cette appréciation. Dans ce cas, même si l'on apprécie le contexte de la désertification du territoire français et le regard pas si simpliste que cela sur le métier de vétérinaire, il y a peu de choses à célébrer dans le film de Julie Manoukian, ni bon ni mauvais, ni ennuyeux ni passionnant, ni juste ni faux en fait. Ou un peu de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 janvier 2020

"The Report" de Scott Z. Burns : les hommes de la CIA

Prise dans la vague de panique ayant suivi l'attaque du 11 septembre, la CIA décida, plus ou moins de son propre chef, de mettre en place des méthodes de torture dignes de la Gestapo, en justifiant ces mesures, non seulement immorales pour une démocratie, mais également illégales, par... des résultats... qui ne se matérialisèrent jamais. D'où une accumulation de mensonges de plus en plus aberrants, qu'une enquête diligentée par la Sénat finira par dévoiler, au grand dam des politiques de tous bords ... puisque même Obama empêchera... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 janvier 2020

"L'Art du Mensonge" de Bill Condon : "imagine que c'est du Champagne..."

2019 a été une tellement belle année cinématographiquement parlant qu'il est assez difficile de retomber aussi brutalement qu'en cette première semaine de 2020 dans la dure réalité du tout-venant du cinéma. Et il est donc logique d'accueillir un objet aussi artificiel et peu cinématographique que cet "Art du Mensonge" avec méfiance, voire avec réticence. Car, après tout, qu'avons-nous là, sinon un "projet" dont les ambitions sont réduites au strict minimum ? On prend un roman - avec coups de théâtre de rigueur - qui avait été plutôt... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,