ghosts_of_marsQui se souvient aujourd'hui que John Carpenter ? Lui qui fut longtemps l'un des plus talentueux réalisateurs de "cinéma populaire" (horreur, SF, thrillers, le tout avec des budgets souvent limités...), transcendant régulièrement les limites de ses sujets par la somptueux classicisme de sa mise en scène (l'héritage hawksien auquel il n'a jamais renoncé) et par l'enthousiasme communicatif avec lequel il élève la moindre "boucherie", le moindre "carnage" vers une réflexion touchante sur la nature humaine... En ce sens, et même si l'on peut objectivement lui préférer "Assaut" (indépassable, sans doute), "Invasion Los Angeles" ou "L'Antre de la Terreur", "Ghosts Of Mars" est presque LE symbole de la grandeur de Carpenter : le "fond" du film est passionnant, puisque c'est l'humanité elle-même qui engendre la monstruosité (remarquables images hallucinées des Martiens disparus...), le traitement est à la fois ludique par son premier degré (scènes de violence absurde sur heavy metal à plein volume), intelligent (la construction de la narration qui s'apparente plus à un livre qu'aux codes habituels d'un film) et surtout - comme souvent chez Carpenter - politiquement déterminé : l'héroïsme n'est pas ici "nationaliste", "altruiste", répondant aux codes "américains" du Bien et du Mal, mais au contraire totalement idéaliste, sublimé par la recherche sans concession d'une liberté véritable que la société n'offre pas (plus ?) à l'individu. A la fois excitant et passionnant, "Ghosts of Mars", même s'il passe malheureusement largement au-dessus de la tête de nombre de spectateurs actuels, est un film en tous points magnifique.