2019 05 14 The Legendary Tigerman Sala El Sol (5)22h40 : La petite Sala El Sol n’est même pas complètement remplie, ce qui prouve soit que les Espagnols ont peu d’intérêt pour la musique de leurs voisins d’à côté, soit que la population de Paris compte bien plus de Portugais que celle de Madrid. La vérité tient sans doute à un mélange des deux. Ce qui est amusant, par contre, c’est que le public, comme intimidé devant cette scène basse qui promet une intimité accrue avec les artistes, se tient – sauf moi, vous me connaissez ! – un pas en arrière... Bon, The Legendary Tigerman, c’est toujours un quatuor avec un saxophone en plus de la section rythmique. Paulo est vêtu de blanc comme l’année dernière, et on a toujours au fond de la scène cet écran sur lequel des vidéos accompagnent les chansons. Par contre, point de détail sans doute, mais qui fait une belle différence quand même : Paulo a rasé cette moustache qui le vieillissait et le ringardisait ! Bien joué, Paulo !

Le set commence de manière magnifique, avec une version hantée, profonde, de Red Sun, premier extrait purement bluesy de "Misfit", le dernier album en date. Avec le son parfait de la Sala El Sol, les lumières efficaces – même si comme toujours un peu trop dans les roses / violets – et la proximité totale entre spectateurs et artistes qu’offre la scène, c’est tout simplement parfait. The Saddest Girl on Earth fait le taff, mais c’est surtout la version détonnante de son classique Naked Blues – avec vidéo sexy et non politiquement correcte à l’appui – qui me prouve d’ores et déjà que ce soir, on va bien au delà de la prestation un peu mécanique, sans grande âme, à laquelle nous avions eu droit à Paris. Bien sûr, comme on est à Madrid, c’est un peu pénible d’avoir à se farcir le volume sonore élevé des conversations dans la salle, mais heureusement, la guitare et le saxo cachent la plupart du temps cette misère. Paulo demande alors qu’on baisse les lumières : tant pis pour les photos, on n’est pas là pour ça, de toute manière...

2019 05 14 The Legendary Tigerman Sala El Sol (31)& Then Came The Pain ne souffre pas du tout de l’absence de Phoebe Killdeer – comme quoi ! –, tandis que pour The Saddest Thing to Say, Lisa Kekaula est bien là pour assurer les vocaux, puisque enregistrée en vidéo : je me dis que c’est d’ailleurs ironique, puisque la dernière fois que j’étais dans cette salle, c’était justement pour assister au concert des Bellrays. Il n’y a pas de hasard dans le monde du Rock’n’Roll, juste une imparable logique cachée… Avant ça, Motorcycle Boy a confirmé sa stature de grand morceau mythique (enfin, mythique dans un monde parallèle où le Rock ne serait pas marginalisé…), déclinant impeccablement les clichés du rock garage US pour notre plus grande joie. Gone et Fix of Rock’n’Roll marquent l’arrivée des grands moments de délire entre la guitare de Paulo et le saxophone, mais ça passe comme une lettre à la poste ce soir, ce que j’attribue justement à la fameuse magie du lieu : bien que le public soit plus calme, moins fan de la musique de The Legendary Tigerman qu’à Paris, il règne l’ambiance parfaite pour que s’accomplisse la miraculeuse communion sur les riffs distordus et le saxophone en fusion. Superbe, c’est tout ce qui me vient à l’esprit…

Pour chanter avec lui sur la reprise de These Boots…, Paulo a invité une superbe jeune femme tatouée, dont je ne saisirai pas le nom, et qui, même si elle ne connaît pas les paroles de cette chanson légendaire (justement) et doit s’aider d’antisèches judicieusement disposées sur la scène, va conférer ce bon esprit fier et agressif qui avait tant manqué au Café de la Danse avec Maria de Medeiros. Bravo !

Le meilleur de la soirée sera toutefois sa très longue et très généreuse conclusion en rappel, où Paulo s’amuse à extraire à la main de l’intérieur du saxophone des pincées de rock’n’roll, qu’il distribue méticuleusement à chacun d’entre nous au premier rang, nous encourageant à serrer le poing pour que la poudre magique ne s’échappe pas : c’est tout simple et c’est très touchant, très drôle et très beau. Final hystérique à célébrer tous ensemble cet American God ultime qu’est le Rock’n’Roll, et on se quitte après quatre-vingt minutes certes peu originales, mais finalement parfaites.