Derek S2 poster

"Je peux me défendre contre la méchanceté ; je ne peux pas me défendre contre la gentillesse." aurait dit le grand Francis Blanche. D'un humoriste à l'autre, une très belle idée, qui est au cœur de l'imparable fable créée par le génial Ricky Gervais.

Contre toute attente, voilà une saison 2 nettement supérieure à la première, à mon humble avis. Alors qu'on pouvait craindre une redite du fait de l'absence de scénario / fil conducteur, Ricky Gervais a l'intelligence (...car il n'en manque certainement pas, le bougre !) de pousser encore un peu plus loin la même démarche. En accentuant les scènes de gêne, voire de malaise - soit quand même depuis "The Office" la marque déposée de la maison - principalement autour de la sexualité de l'ignoble Kev (qui gagne quand même ici une certaine "noblesse" rédemptrice sur la fin de la saison…), Derek nous offre quelques grands moments à la limite de l'insoutenable, en particulier autour de la sexualité des personnes du quatrième âge. Le remplacement du sympathique Dougie, qui était en effet un peut redondant par rapport aux personnages de Derek et de Kev, par une superbe caricature du crétin contemporain (bête et méchant, débitant au kilomètre des âneries collectées sur les réseaux sociaux) est un coup de génie, car il introduit du conflit là où l'on pouvait estimer que la gentillesse consensuelle régnait un peu trop. Enfin, le personnage de Derek lui-même semble mûrir et acquérir plus de complexité, tout en restant ce symbole bouleversant d'une gentillesse qui contamine merveilleusement tout autour de lui, personnages de fiction comme téléspectateurs.

Alors qu'on aura encore une fois versé des torrents de larmes à chaque épisode, mais de ces larmes de bonheur qu'on ne regrette surtout pas de pas pouvoir retenir, "Derek" se referme sur une dernier épisode de pure magie (avec une hilarante caricature des restaurants français à Londres)… et nous laisse désemparés. Orphelins. Comment allons-nous pouvoir vivre sans Derek ? P... de vie !

PS : Heureusement qu'il reste encore l'épisode spécial de Noël. Une poire pour notre soif...