Ashin of the North Affiche

Bon, il peut y avoir débat : "Ashin of the North", relié à la saga coréenne "Kingdom", est-il un épisode « spécial » de 1h30 de la série TV, ou bien un film à part entière ? Si Netflix nous le « vend » comme un film, l’ImDB l’a rangé dans les épisodes « hors saison » de la série. Ce qui importe le plus, c’est bien que "Ashin of the North" soit une histoire distincte du récit principal, se déroulant dans une autre partie de la Corée (le Royaume de Joseon), près de la frontière chinoise, et ayant de plus une atmosphère différente, moins « ludique – spectaculaire », bien plus dramatique, le tout dans un contexte historique qui a beaucoup plus d’importance, et nous est d’emblée expliqué de manière pédagogique.

Ashin est un personnage qui nous a été présenté à la fin de la seconde saison de "Kingdom", alors que le héros de la série enquête dans le Nord du Royaume pour comprendre quelle a bien pu être la source de la terrible épidémie de « zombies » créée par la prolifération d’une plante aux pouvoirs surnaturels : "Ashin of the North" va donc revenir sur les « origines » de l’épidémie, en se centrant sur le destin tragique d’Ashin, petite fille d’une tribu de Jürchen, prise en étau dans la guerre que se livrent les Coréens et une tribu de guerriers féroces venus de Chine, les Pajeowi. La complexité de la situation politique et militaire, dans le contexte d’une culture et d’une histoire qui nous sont largement inconnues, fait que "Ashin of the North" n’est pas un film très facile d’accès, et qu’il doit se mériter en faisant un minimum d’efforts pour s’intéresser à ce contexte, justement : c’est sans doute par son « sérieux » (même si nous ne saurions présumer de la justesse historique du récit) que le film marque immédiatement des points, avant même que le destin d’Ashin ne bascule dans la tragédie… qui la conduira à ourdir une vengeance terrible contre Joseon.

Sur le principe du déclenchement d’une avalanche cataclysmique qui va emporter une nation (bon, on est dans une réalité uchronique, la Corée n’ayant jamais été à notre connaissance balayée par une épidémie de zombies !) à partir d’un incident insignifiant (une biche se nourrit d’une plante « empoisonnée »), "Ashin of the North" s’avère particulièrement implacable et fascinant, combinant, comme souvent dans le cinéma coréen, une grande sophistication formelle avec une terrible brutalité du récit et des personnages. On peut même, sans exagérer, retrouver pleinement dans le film le fameux (et savoureux) mélange de genres qui a fait la réputation du Cinéma Coréen depuis plusieurs décennies : entre fresque historique, drame humain et délire fantastique, Kim Seong-Hun ne choisit pas, il nous offre le meilleur de chaque genre… Avec même, pour que les fans de zombies soient eux aussi comblés, une toute dernière partie bien gore !

Porté par une actrice aussi belle que charismatique (Jun Ji-Hyun, encore inconnue chez nous), écrit et réalisé avec soin, "Ashin of the North" est un beau film épique et une superbe addition à une série qui fait désormais partie du meilleur de la série TV actuelle.