Transparent afficheMême si l'on sait, à force, que peu de séries TV sont à l'abri de l'usure du temps et du ressassement, la relative faiblesse de cette troisième saison de notre chouchou "Transparent" par rapport aux hauteurs, certes stratosphériques, auxquelles planaient les deux premières saisons, a constitué une indéniable déception. Après trois premiers épisodes aussi parfaits que ceux qui ont précédé, et qui nous laissent en larmes, on dirait que Jill Soloway ne sait plus forcément quoi dire de plus de ses personnages, les emmenant dans des impasses émotionnelles ou narratives (la conversion de Josh au christianisme, les tendances SM d'Ali, etc.) qui ne font plus guère progresser la compréhension que nous avons acquises des personnages et de leurs fêlures - et leurs recherches - identitaires. Signes de l'épuisement, temporaire on le souhaite, de l'inspiration de Soloway, le flashback sur l'enfance et la jeunesse de Mort et Shelly paraît trop lourdement démonstratif, tandis que l'effondrement des rêves de changement de sexe de Maura nous laisse vaguement indifférents. La suite nous dira si Soloway aurait dû en rester là, ou si elle retrouvera un second souffle et saura à nouveau nous enchanter.