Tempo

Juste pour bien préciser les choses, car ce n’est pas inutile ici : « Tempo » signifie le temps en portugais, mais évoque bien entendu en français la question du rythme musical, ce qui fait de ces 5 lettres le titre parfait pour un album (presque) parfait qui joue justement avec le concept du temps (qui passe, dont on se souvient aussi peut-être avec cette fameuse saudade, nostalgie presque joyeuse et en tous cas « positive » tellement brésilienne) et du tempo, essentiel pour une musicienne classique comme Dom La Nena.

Et il faut aussi admettre que le large succès populaire rencontré en France par la jeune musicienne brésilienne et parisienne d’adoption avec son duo Birds on a Wire avec Rosemary Standley, ainsi que la reconnaissance internationale construite avec "Soyo", son second album, ont fait monter les enjeux autour d’une musicienne à l’élégance discrète. Ce qui ne veut pas dire que Dom La Nena ait changé de musique ni de méthode pour "Tempo", son troisième album, construit autour de sa pratique du violoncelle – son instrument de prédilection, dont elle joue avec la maîtrise typique d’une musicienne éduquée dans la musique classique, mais dont elle tire des sons souvent inattendus – et ouvert à ses influences fondamentales : la langueur et l’élégance de la musique brésilienne bien entendu, de la bossa nova à la samba, la pétulance émotionnelle de la culture hispanique sud-américaine, et la variété / pop française des sixties.

"Tempo" est, assez curieusement, articulé en deux mouvements, le premier plutôt chanté en espagnol – avec l’accent délicieusement porteño (on sait que Dom a passé une partie de son adolescence à Buenos Aires) -, le second majoritairement en portugais du Brésil, avec une introduction et un intermède au violoncelle (une magnifique "Valsa"), et une parenthèse française, "Doux de Rêver". Même si toutes les mélodies sont très réussies, rapidement mémorisables comme celles de chansons pop parfaites, les deux passages les plus magiques de l’album sont sans doute "Oiseau Sauvage", chanté dans les trois langues, sans doute l’un des titres les plus magistraux jamais composés par Dom la Nena, sorti en octobre 2019, et "Quién Podrá Saberlo", bouleversant duo avec la chanteuse mexicaine Julieta Venegas, tandis que la « partie brésilienne » surprend un peu moins, même si elle recèle des perles intimistes, comme "Samba Para Você", expression sensible et subtile d’un amour sensuel et radieux.

"Tempo" est un disque profondément touchant, qui traduit magnifiquement l’ouverture au monde d’une jeune artiste qui a su se construire un Art personnel, à partir d’éléments culturels divers, se combinant et s’additionnant pour nous offrir une expérience aussi accueillante qu’originale. Et quelque chose nous dit que ce n’est là qu’un début…