Narcos_S3Contre toute attente, la liquidation de Pedro Escobar semble avoir donné des ailes à "Narcos", la belle série de Netflix qui souffrait parfois d'un excès de respect envers les faits historiques, et d'une tendance lourde à la "pédagogie" quant au fonctionnement de l'empire disparu des narco-trafiquants de Colombie. En passant au récit de l'ascension et - surtout - de la chute du Cartel de Cali, hydre à têtes multiples et gérant un business moins flamboyant, plus pragmatique, plus moderne que celui d'Escobar, les scénaristes de "Narcos" semblent s'être libérés de l'ombre imposante d'un personnage historique trop envahissant, et nous livrent cette fois la chronique savoureuse et dévastatrice - même si moins originale - de la lutte de la DEA (en se centrant cette fois sur l'agent Peña, toujours aussi bien incarné par la révélation de la série, Pedro Pascal) contre les Frères Rodriguez, les "Gentlemen de Cali". Alternance ininterrompue de scènes de traque tendues, d’imbroglios politiques complexes et d'explosions de violence souvent insupportable, la troisième saison de "Narcos" est tout simplement une bombe : la combinaison parfaite entre un thriller divertissement haut de gamme furieusement crédible (filmage en Colombie, langue des protagonistes respectée, etc.) et un point de vue pertinent sur la pourriture contaminante d'un monde noyé sous l'argent et les compromissions en tous genres. Parfait !