la belle et la bête affiche"La Belle et la Bête", version "réelle" (enfin, si on ose dire...) de 2017, c'est pas beau et c'est très bête. Moi qui n'apprécie déjà pas beaucoup le dessin animé "original", je n'ai vu ici qu'une copie sans âme, sans imagination et sans talent. Emma Watson, dans un contre-emploi total, a autant de charisme qu'une moule. La Bête en version digitale accumule les mouvements disgracieux et ridicules, rendant l'affrontement final grotesque. L'accumulation de mauvais goût dans les décors, les meubles, etc. qui passait à la rigueur en dessin animé, devient un triomphe absolu de la laideur. Les ajouts scénaristiques, dont certains visent à corriger certains "trous" dans le récit initial, s'avèrent ineptes, inutiles et donc profondément ennuyeux. Les nouvelles chansons sont insignifiantes, et incitent donc à piquer un petit somme au milieu du film. Quant à l'enchaînement d'incohérences topographiques et temporelles dans les allers-et-retour entre château et village, ils finissent par avoir raison de notre bonne volonté. Au final, j'ai été content de voir apparaître pendant cinq minutes ces excellents acteurs que sont McGregor, McKellen, Thompson et Tucci, qui devaient quand même se demander ce qu'ils faisaient là. Mais j'ai quand même ragé devant ce ridicule "moment gay" dont on a tellement parlé, et qui s'apparente plus aux grossièretés caricaturales de la "Cage aux Folles" qu'à autre chose. Ce film est une aberration, et qu'il engrange ainsi les dollars parce que tout le monde s'est précipité pour le voir donne une image vraiment peu rassurante de l'état intellectuel de la planète.