Zootopie Affiche"Zootopie" marque la conclusion de l'impensable fusion entre Disney et Pixar : après l'échec artistique complet du Disneyen "The Good Dinosaur" de Pixar, nous avons donc droit au triomphe du très Pixarien "Zootopie" signé par la maison-mère, un film plus Pixar que la plupart des Pixar ("Vice Versa" excepté) de ces dernières années. Il y a ici un concept fort - une société utopique animale ayant réussi à bannir les instincts naturels, qui se trouve bouleversée quand ceux-ci réapparaissent chez les prédateurs -, un discours adulte sur la responsabilité sociale de chacun de ne pas tomber dans le stéréotypage de "l'autre", et sur la manipulation de la peur par les gouvernants, un scénario de polar plutôt bien ficelé, des personnages riches, beaucoup d'humour pas gnangnan… et pas de chansons (si ce n'est un concert de la gazelle Shakira à la fin, mais ça ne compte pas comme une comédie musicale Disney, me semble-t-il…) ! Le résultat est le meilleur Disney depuis "Kuzco", et de loin, un film qui éblouit visuellement, qui faire rire comme aucun Disney ne faisait rire depuis… "Kuzco", justement, qui multiplie les idées stimulantes tout au long d'une intrigue qui ne faiblit que très rarement pendant 1h 50 (qui pourront paraître longues aux tous petits, auquel "Zootopie" n'est pas vraiment destiné, malgré quelques effets d'animaux mignons pour rattraper le coup). Et finalement, malgré toute la mauvaise foi qu'il m'arrive d'avoir vis-à-vis du monstre capitaliste et idéologique qu'est Disney, il m'est impossible de trouver à y redire, cette fois. John Lasseter rules !