Sopranos 3 jaquette

Vu avec le recul des années, c'est avec cette troisième saison - magnifique - que David Chase fait atteindre aux "Soprano" cette excellence qui va en faire la référence du genre pour bien des années : en focalisant (un peu) moins son récit sur le problèmes "psy" de Tony Soprano, en ouvrant la fiction à nombre de personnages plus ou moins périphériques (on pense en particulier à l'étonnant Ralph, brillamment incarné par Joe Pantaliano...), Chase éloigne sa série de ses racines cinématographiques dont il a désormais fait le tour (la "critique" du "Parrain"), pour la transformer en une "grande fresque américaine" passionnante, drôlissime mais aussi souvent touchante. On aime de plus en plus ces personnages risibles mais terriblement proches de nous (... et on en hait certains, heureusement), on se délecte des brefs - mais saisissants - irruptions de violence, et on savoure surtout certains épisodes qui atteignent une grandeur étonnante : le sommet de toute la série est peut être atteint ici avec "Pine Barrens", dirigé d'ailleurs par Steve Buscemi, chef d'oeuvre de bouffonnerie angoissante.