sons-of-anarchy-5

Les deux précédentes saisons de "Sons of Anarchy" étaient tellement réussies qu'on peut trouver légèrement plus faible cette cinquième livraison de la série américaine la moins "politiquement correcte" du moment. Cette fois, l'aspect "soap" inhérent au feuilleton - coucheries, jalousies, drames familiaux, amitiés trahies - semble prendre le pas sur les thèmes shakespeariens qui constituaient jusque là l'essence de "Sons of Anarchy", et surtout sur les manipulations sophistiquées qui en faisaient le sel. Même si l'excellence de la toute dernière partie de la saison lui permet de retrouver la grandeur passée, une poignée d'épisodes nous auront auparavant fatigués à force de faire du "sur place" avec des personnages prenant systématiquement les mauvaises décisions ou s'enferrant dans des mensonges qui semblent surtout nés de la fatigue des scénaristes. On pourra également trouver un peu rapide l'évolution du personnage de Jax vers une monstruosité que les précédentes saisons ne laissaient pas entrevoir, et déplorer des excès d'une violence un peu plus graphique qu'auparavant. Tout ceci reste néanmoins de légers bémols à apporter à notre évaluation d'une série trop sous-estimée malgré son originalité et sa force.