28 novembre 2018

Séance de rattrapage : "Wonder Wheel" de Woody Allen

Alors que le futur de notre très cher Woody, qui fut pour les gens de ma génération une sorte de pilier de notre amour pour le Cinéma (majuscule, s'il vous plaît), est pour le moins incertain, son dernier film en date (ou dernier tout court ?), "Wonder Wheel", a été à la fois "béni" par un inhabituel financement pléthorique dû au Studio Amazon en quête de crédibilité auteuriste, et "maudit" par un inhabituel déchaînement de critiques négatives. Du coup, cela valait la peine de laisser retomber la poussière pour réfléchir plus... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juillet 2017

"Crisis in Six Scenes" de Woody Allen : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Révolution...

C'est une indiscutable déception que cette première tentative de se frotter à la Série TV de la part de notre indispensable ami Woody , alors qu'on aurait parié que le genre lui irait comme un gant... "Crisis in Six Scenes" (titre concept alléchant non représentatif de l’œuvre) n'est qu'un long film d'un peu moins de trois heures, répondant à tout ce qu'on attend de ce réalisateur qui illumina régulièrement les écrans : une intrigue simple mais riche en péripéties drolatiques, des dialogues pétillants et truffés d'aphorismes et de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 août 2016

"Café Society" de Woody Allen : travail d'orfèvre

On a trop souvent critiqué Allen pour son approche pour le moins dilettante de la mise en scène pour ne pas être surpris, et donc admiratifs devant le travail d'orfèvre réalisé pour son cinquantième film, "Café Society". Si le film arpente des terres beaucoup trop coutumières pour le cinéaste désormais octogénaire - la famille juive, la nostalgie d'une époque dorée, les pièges de la réussite sociale -, il faut bien reconnaître que la munificence de l'image - un travail superlatif de Vittorio Storaro, qui contribue beaucoup au charme... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
25 mars 2016

Séance de rattrapage : "l'Homme Irrationnel" de Woody Allen

On connaît la vieille fascination de Woody Allen pour le thème dostoievskien du crime et de la culpabilité - ou non -, qui lui a permis de réaliser deux de ses meilleurs films, "Crimes et Délits" et "Match Point". C'est donc avec un sentiment ambigu de redite, mais en anticipant quand même un certain plaisir que nous suivons l'ami Woody au long de cet "Homme Irrationnel" des plus théoriques - puisque les personnages sont plus ici des concepts qu'autres choses, et que Allen les fait comme à son habitude déblatérer sans fin sur les... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 octobre 2014

"Magic In the Moonlight" de Woody Allen : un film faible sur un sujet fort

A plus de 40 films au compteur, on sait que la filmo de Woody Allen, malgré tout l'un des plus grands metteurs en scène vivants, est faite de hauts et de bas, ces derniers souvent dûs à la négligence plutôt sympathique avec laquelle Woody traite désormais ses propres créations. "Magic In The Moonlight" est un film moyen, qui ne marquera guère les esprits, on peut en prendre le pari, mais il a la particularité d'être un film anodin sur un sujet "grave", un thème "philosophique" dont on sait qu'il tourmente particulièrement Woody :... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 octobre 2014

Revoyons les classiques du cinéma : "Match Point" de Woody Allen (2005)

On sait en 2014 que "Match Point" n'aura été au final qu'un accident heureux, une anomalie dans la filmographie de Woody Allen, ce dernier ayant rapidement retrouvé "ses marques" fantaisistes en Europe… "Match Point", film charnel, sombre, presque désespéré, semblait marquer en 2005 une réelle révolution dans l'oeuvre que l'on croyait bouclée de Woody Allen, dont le style pourtant si caractéristique était à peu près méconnaissable ici. Il est vrai néanmoins que "Match Point" travaillait en profondeur certains des grands thèmes... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 novembre 2013

"Blue Jasmine" de Woody Allen : le meilleur Allen ?

Même si "Match Point" restera sans doute indétrônable au sommet de la filmographie pléthorique de Woody Allen, "Blue Jasmine" est un sérieux prétendant à la couronne : c'est que le sujet, une sorte de rencontre improbable entre "La Chatte Sur le Toit Brûlant" et les scandales modernes de la récente crise financière, nous touche plus que la plupart des sujets jamais traités par ce vieux Woody, et ce d'autant qu'il y injecte une dose de misanthropie réellement effrayante, clairement basée sur ses propres expériences de la turpide... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 août 2013

Revoyons les classiques du cinéma : "Annie Hall" de Woody Allen (1977)

En 1977, Woody Allen, jusque là considéré comme un amuseur un peu loufoque, franchissait avec "Annie Hall" un nouveau cap, et atteignait, sans pour autant nous faire moins rire qu'auparavant ("Bananas", "Guerre et Amour"...), une émotion et une vérité nouvelles : "Annie Hall" marquait le véritable début de la carrière "d'auteur" (au sens "français" du terme) d'Allen, et aussi d'une longue et profonde histoire d'amour entre lui et le public... parisien. Il y aurait, un peu plus tard, d'autres tentatives - souvent moins réussies... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 novembre 2012

"To Rome With Love" de Woody Allen : et un gros navet dans la filmographie de notre cher Woody !

Il y a un bon nombre de films moyens dans la longue carrière de notre cher Woody Allen, mais très peu de mauvais films : ce "To Rome With Love" en est malheureusement un, frôlant même le navet absolu. Ressassant une fois de plus ses obsessions et ses thèmes fétiches, mais cette fois sans aucune grâce, Allen bâcle - comme souvent, il faut l'admettre - aussi bien sa narration (entremêlant ses différents "sketches" sans le moindre souci de temporalité) que sa direction d'acteurs, à peu près tous à côté de la plaque, ou tout au moins... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,