03 janvier 2017

"Preacher - La Nuit du Jugement" (épisodes 16, 17 et 19) de Ennis et Dillon : Une baudruche ?

... Curieusement, le paroxysme de violence annoncé à la fin du tome précédent n'a absolument pas lieu, ce qui fait qu'on a l'impression d'une baudruche se dégonflant piteusement : il ne s'agissait donc que de l'un de ses maudits cliffhangers destiné à appâter le chaland... Rage, rage ! La suite des aventures du Révérend Custer, qui passe quand même beaucoup de temps à dire à sa fiancée qu'il l'aime (bâillements !) a tendance cette fois à nous laisser assez indifférents, même si la situation de notre vampire préféré dans les griffes du... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 décembre 2016

Revisitons le cinéma déviant de David Lynch - "Sailor et Lula" (1990) : Fire walks with me...

 A sa sortie, accompagnée d'une Palme d'Or que beaucoup avaient jugée déplacée, "Sailor et Lula" ("Wild At Heart", plutôt… et "Weird on Top"…) avait été jugé comme un film "déviant", témoignant de la part de Lynch d'un goût un peu trop prononcé pour la provocation gratuite, un film occasionnellement sauvé par des éclairs foudroyants de beauté et d'inventivité de sa mise en scène. On doit reconnaître aujourd'hui qu'il ne s'agit que d'une œuvre mineure au sein de la filmographie de Lynch, mais que c'est une erreur de le considérer... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 décembre 2016

Revoyons les classiques du cinéma US : "Les Chiens de Paille" de Sam Peckinpah (1971)

Il est difficile de se représenter en 2016 l'impact qu'eut en 1971 "les Chiens de Paille", qui marquait la naissance d'un cinéma nouveau, débarrassé des contraintes "moralisatrices" et politiques dans lesquelles devait vivre Hollywood... Un cinéma certainement plus objectif quant à la réalité humaine, dont Peckinpah "célèbre" tout en la maudissant l'animalité et la violence instinctive. Le génie de Peckinpah, l'un des réalisateurs les plus singuliers et les plus rebelles qui soient, transcende néanmoins le coup de force qu'il réalisa... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 décembre 2016

"Narcos - Saison 1" de José Padilha, Doug Miro et Carlo Bernard : réalisme magique...

Après l'impressionnante réussite des deux "Tropa de Elite", on retrouve avec plaisir le duo Padilha - Moura à l'épicentre de la série Netflix "Narcos" consacrée à une reconstitution détaillée de la brillante carrière criminelle de Pablo Escobar à la fin du XXe siècle. Le ton de "Narcos" est quasi documentaire, ou en tout cas délibérément non-sensationnaliste, ce qui tranche agréablement avec les pratiques en usage dans l'univers sans pitié des séries TV : il s'agit ici de recruter et de fidéliser le chaland avec le récit obstiné de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 décembre 2016

"Une Odysée Américaine" de Jim Harrison : vigoureux et drôle !

J'ai acheté "Une Odyssée Américaine" (titre français aussi crétin et mensonger que la photo de couverture de la peu scrupuleuse édition de poche J'Ai Lu) en 2010, pile au moment où j'étais bien fatigué de Jim Harrison après des années de fidélité à son œuvre. Ce petit bouquin de moins de 300 pages a donc attendu patiemment 7 ans que je le redécouvre à l'occasion d'un nième déménagement me forçant à reconstruire ma bibliothèque. Et bien sûr, ça a été un foutu coup de chance, pour moi comme pour "The English Major" (son joli titre... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 décembre 2016

"Preacher - Sodome & Gomorrhe" (épisodes 13, 14 et 15) de Ennis et Dillon : Un tournant...

On assiste dans le onzième chapitre de "Preacher" à un véritable tournant, pris par le scénariste Garth Ennis, qui transformera cette série BD en objet culte... et ce pour de mauvaises raisons plutôt que de bonnes : le changement de comportement de Jesse Custer, le révérend, est véritablement brutal, puisque tous ses doutes existentiels (assez justifiés quand on est possédé par une entité maléfique, quand même…), toute sa mélancolie, tout ce qui en faisait un personnage attachant et mystérieux disparaissent… Et Ennis nous laisse... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 décembre 2016

"Premier Contact" de Denis Villeneuve : le cinéma du langage et de l'intelligence

J'ai assez conspué - pendant des décennies - les niaiseries de George Lucas et autres geeks fans de bêtises spatiales pour ne pas clamer mon bonheur de voir de plus en plus fréquemment des réalisateurs notables prendre à bras le corps des sujets ambitieux comme ceux que la grande littérature de Science Fiction affrontait à son âge d'or. Et même si le mètre étalon kubrickien (ou tarkovskien, puisque "Solaris" ne rend que peu de points à "2001") semble régulièrement inatteignable (on n'oubliera pas de sitôt l'échec de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 décembre 2016

Séance de rattrapage : "Anomalisa" de C. Kaufman et D. Johnson

La première demi heure de "Anomalisa" fait partie des choses les plus dérangeantes et pourtant fascinantes vues ces derniers temps... et ce, peut-être d'autant plus si l'on a soi même le malheur de vivre une vie pareille entre avions, aéroports, taxis et hôtels : l'angoissant sentiment d'uniformité et d'aliénation (terme convenu mais ici valide) est incroyablement transmis, accentué par la technique employée, cette animation "frame by frame" de marionnettes, très originale au demeurant dans les choix d'un ultra-réalisme rarement vu... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 décembre 2016

"Do Hollywood" de The Lemon Twigs : A l'origine du meilleur du Rock,...

A l'origine du meilleur du Rock, il y a ces adolescents mal dans leur peau, dans leur famille ou dans leur milieu social, qui rêvent d'être quelqu'un d'autre en écoutant une musique qui vient d'ailleurs, d'un autre pays, d'une autre époque : on connaît tous le récit bouleversant des débuts de Jagger et Richards échangeant des 45T de blues. La bonne nouvelle, c'est que, malgré Internet, malgré la globalisation, malgré le retour de la morale et de la religion (ou peut-être à cause de tout cela...), ça continue. Ainsi, les deux frères... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 décembre 2016

"Game of Thrones - Saison 6" : la saison la plus aimable de toutes...

Je pense qu'on est tous d'accord pour dire que "Game of Thrones", l'une des séries télévisées les plus populaires de tous les temps, devrait s'arrêter. S'arrêter avant d'épuiser notre patience et de nous gâcher les bons moments qu'on aura passés devant ses intrigues au long cours interrompues seulement par la mort - de préférence inattendue - de ses personnages. Car, quand même, il y a une limite dans la répétition à l'identique des mêmes situations, des mêmes conflits, des mêmes... histoires. Parce que, malgré la grande classe... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,