03 septembre 2019

"Once Upon a Time... In Hollywood" de Quentin Tarantino : 9 commentaires aléatoires sur le 9ème film de Quentin Tarantino

1) Certains, comme Quentin, construisent leur vie sur une illusion : ça peut être celle du Cinéma, mais tout aussi bien le football ou la pêche à la ligne. Quelque chose qui leur permette de survivre dans un monde qui n'est pas fait pour eux. Et qui finit par définir complètement leur rapport à la réalité. Quand il filme, Tarantino ne filme que le cinéma : il n'y a jamais eu le moindre reflet de vie dans aucun de ses films, ou alors apporté en contrebande par les acteurs (comme dans "Jackie Brown"...). Le cinéma... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 juin 2016

Seconde opinion : "Reservoir Dogs" de Quentin Tarantino (1992)

Le cinéma de Tarantino serait-il exposé à l'usure du temps ? Au quatrième visionnage du premier film du petit maître que nous apprécions tant, le doute s'impose : ce queTarantino inventait ici - la narration éclatée, la violence graphique, les citations cinéphiles et musicales en veux-tu en voilà, une forme de second degré intelligent (un vrai défi, ça !) - et qui nous avait tant bluffé à l'époque, a été tellement recyclé, et - heureusement - amélioré, par lui-même en premier lieu, que ce qui subsiste aujourd'hui en... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
19 janvier 2016

"Les 8 Salopards" de Quentin Tarantino : ça devait arriver...

Voilà, ça devait arriver un jour, mais on est quand même désolés pour le coup : Tarantino a réalisé un film médiocre. Pas un mauvais film, bien sûr, parce que Tarantino sait bien évidemment toujours filmer avec grâce et intelligence, et parce qu'il a confié le rôle principal et le souffle de son film à Samuel L. Jackson, et la B.O. (nouveauté !) à Morricone. Sinon, c'est la cata : un format super-scope dont il ne fait rien, des dialogues continuels sans grandes étincelles, des acteurs en roue libre (Roth est encore plus cabotin que... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 juillet 2013

Revoyons les classiques du cinéma : "Sin City" de Robert Rodriguez (2005)

Et si l'on admettait une bonne fois pour toute que la BD (et le manga) et le cinéma sont deux formes d'Art qui n'ont strictement rien à voir, et qu'il est terriblement illusoire de vouloir transposer l'univers de l'un à l'autre ? "Sin City" avait tout pour être une réussite : des choix graphiques pertinents, audacieux, et non dénués d'intelligence artistique, un vrai "bon esprit" de la part de Rodriguez et Tarantino qui leur font éviter brillamment les pièges de l'adaptation "classique" ou "hollywoodienne", sans même parler de la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
15 février 2013

"Django Unchained" de Quentin Tarentino : toujours aussi enthousiasmant, mais...

Soyons clair, honnête, objectif : Quentin Tarentino, même sérieusement empâté comme on le voit à l'image avant qu'il ne disparaisse en fumée (Un hommage à Pierrot le Fou ?) reste le meilleur dealer américain en plaisir, sensations fortes, conversations enthousiastes avec les amis, etc. etc. Que serait le cinéma américain sans Tarentino ? Voilà une question de plus en plus valide... Comme tous ses prédécesseurs, ce "Django" nous excite, nous fait rire, nous horrifie, nous passionne, bref nous rappelle que le Cinéma est un Art, et... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,