15 octobre 2020

Quand la pop fait des étincelles, une revisite de la discographie de Sparks : "Big Beat" (1976)

"Big Beat" ou l'art de couler un disque, et sa carrière du même coup… ... Car en 1976, alors que le monde semble prêt à sacraliser définitivement Sparks après trois albums magnifiques, les Frères Mael décident, les ingrats, de quitter Londres qui les a si chaudement accueillis pour retourner aux Etats-Unis. Et pour des raisons que je n'ai encore vu expliquées nulle part, de sortir un album de "gros rock qui tache", enregistré à New York alors que, à quelques centaines de mètres de là, la disco explose dans les... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 septembre 2020

Quand la pop fait des étincelles, une revisite de la discographie de Sparks : "Indiscreet" (1975)

"Indiscreet", troisième album des Frères Mael en Angleterre, chez Island, marque la fin de leur fulgurante trajectoire de groupe commercial. Et constituera une sorte de dernier tour de piste avant des décennies sans guère de succès, et, autant l'avouer d'emblée, avec moins d'inspiration. Ce ne sera qu'en 2002, avec le superlatif "Lil' Beethoven" que Sparks retrouvera un tel niveau, et entamera alors une improbable nouvelle carrière. Mais c'est une autre histoire. En 1975, comme la majorité du public anglais... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 août 2020

Quand la pop fait des étincelles, une revisite de la discographie de Sparks : "Propaganda" (1974)

Six mois après le chef d'oeuvre absolu - et triomphe commercial - de "Kimono My House", Ron Mael a déjà composé une douzaine de nouvelles chansons, et ce, tout en donnant pas mal de concerts. "Propaganda" est donc enregistré par la même équipe - musiciens et producteur - puisqu'il est dit que 1) il faut battre le fer pendant qu'il est chaud 2) on ne change pas une équipe qui gagne. Et si "Kimono My House" n'avait pas existé, nous serions tous beaucoup plus enthousiastes encore vis à vis de cet album qui, en toute logique,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juillet 2020

Quand la pop fait des étincelles, une revisite de la discographie de Sparks : "Kimono My House" (1974)

Je me souviens (à peine) que les journalistes vaguement ironiques - et complètement à côté de la plaque - appelaient cela le 'glam rock'. Je veux oublier que ce délicieux déluge d'outrances vocales et de riffs électriques a influencé Queen et consorts. J'ai toujours dans la bouche le goût de révolte hilare que ce chapelet de chansons à 200 à l'heure a donné à mes dernières années-lycée. Une madeleine proustienne ou des dragées au poivre toujours virulentes ? Les deux, mon général ! Souvenons en tout cas de la stupéfaction dans les... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 14:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juillet 2020

Quand la pop fait des étincelles, une revisite de la discographie de Sparks : "A Woofer in a Tweeter's Clothing" (1973)

Dans l'ennui insondable du début des seventies, alors que le prog-rock pompier triomphe et que toutes les stars sont mortes, deux kids californiens imaginent d'honorer l'âge d'or de la comédie musicale hollywoodienne en l'accélérant et en y collant des guitares saturées et des vocaux hystériques. Personne n'y comprend rien, mais pour une poignée de curieux, en France, sans doute disciples d'Yves Adrien, le futur a de nouveau un goût excitant. Parlez d'une "mélodie du bonheur"... Dans la foulée d'un premier album largement ignoré... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 juin 2020

Quand la pop fait des étincelles, une revisite de la discographie de Sparks : "Sparks" (1971)

Publié originellement sous le nom de "Halfnelson", avant que la maison de disques de Todd Rundgren, découvreur et producteur du premier "groupe" des Frères Mael, ne leur recommande de changer de nom, voici un véritable OVNI... Totalement décalés par rapport à leur époque, Ron et Russell, deux jeunes californiens anglophiles - et petits-fils de Doris Day !!! - se lancent à contre-courant de tout ce qui fonctionne en 1971, dans une musique "pop" très expérimentale, qui cite, plutôt que Syd... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mai 2020

"A Steady Drip, Drip, Drip" de Sparks : le nouvel OMNI de nos septuagénaires pop favoris

All That est un début d’album relativement inhabituel, même si les Frères Mael ont régulièrement peuplé leurs albums de morceaux moins enjoués, moins fantaisistes. Il s’agit pourtant d’un véritable coup de force, subtilement lyrique, complexe musicalement et splendidement réflexif quant au passage de la vie et la force d’une relation – avec la petite touche d’humour final qui fait mouche, bien entendu : « All the smells and all the frowns / And all the ups and all the downs / And all the fears that you would soon be gone /... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 octobre 2017

Sparks à la Gaîté Lyrique (Paris) le dimanche 1er octobre

21h05, tout le monde commence à s’impatienter à force de supporter de la variété italienne sur la sono, quand Ron et Russell déboulent, accompagné d’un quintet de jeunes gens... Deux guitaristes, une batterie aux dimensions impressionnantes : c’est confirmé, Sparks nous revient cette année dans une configuration traditionnellement rock, pour la première fois depuis le milieu des années 70 ! What the Hell Is It This Time?, sorte de citation de l’époque “Propaganda” envoie du bois : nous n’avons jamais entendu encore... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 septembre 2017

"Hippopotamus" de Sparks : probablement rien...

« Il y a un hippopotame dans ma piscine / Qu’est-ce qu’il fait là ? Je ne sais pas… / Il y a Titus Andronicus avec un tuba dans ma piscine / Il a plongé, c’est un excellent nageur… » Qui donc d’autre que Sparks – c’est-à-dire les frères Mael, petits fils de Doris Day – peuvent écrire et chanter ce genre de paroles, 43 années après avoir fait déferler sur la planète stupéfaite les cavalcades westerno-cryptiques de This Town ain’t Big enough for the Both Us (« les mammifères sont mon type d’animal préféré », n’est-ce pas ?) ? Oui, 43... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 septembre 2017

Catherine Ringer (+ Sparks) à la Cigale le lundi 4 septembre

20h55 : Catherine Ringer est sur scène avec un quatuor guitare – claviers – basse – batterie, mais j’ai d’abord un peu de mal à la reconnaître, non pas que ses soixante ans (très proches) l’aient plus marquée que normal, mais elle a de prime abord un côté très sage qui tranche avec notre souvenir d’une Catherine bien déjantée. La première chanson, Senior, est d’ailleurs à proprement parler effrayante, autant par ses paroles (« Senior ? J’adore… ! », OK !) que par la manière extrêmement conventionnelle... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,