17 juin 2018

Revoyons les classiques du cinéma d'animation : "Les Indestructibles" de Brad Bird (2004)

Brad Bird, qui n'était en 2004 "que" le réalisateur célébré du "Géant de Fer", fut le premier "étranger" à Pixar à travailler avec les Studios qui s'étaient imposés au cours des années précédentes comme l'indiscutable leader de l'animation 3-D (et qui s'étaient rapprochés de Disney qui assurait la distribution de leurs films), et ces "Indestructibles" constituèrent une première rupture de style : première utilisation d'êtres humains comme héros (la technologie le permettant désormais, à condition de ne pas sortir des codes de la BD),... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 juin 2018

Revoyons les classiques du cinéma français : "Quai des Orfèvres" de Henri-Georges Clouzot (1947)

  Je ne comprends guère l'engouement de mes contemporains pour le cinéma de Henri-Georges Clouzot, que je vois comme une sorte de sous-Hitchcock ayant préféré la sociologie à la psychanalyse. Bien sûr, Clouzot a fait quelques films qui comptent dans l'histoire du cinéma français, mais "Quai des Orfèvres" n'en fait malheureusement pas partie. On commence d'ailleurs par franchement s'ennuyer devant ce film accumulant une interminable présentation des personnages et de la situation, dont la lourdeur est paradoxale si l'on... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 mai 2017

Revoyons les classiques du cinéma : "la Leçon de Piano" de Jane Campion (1993)

En 1993, la "Leçon de Piano" avait tout de l'OVNI surgissant dans le ciel du cinéma mondial, venu des antipodes, tant géographiquement qu'émotionnellement : un vrai film féminin, qui ne sacrifiait en rien aux codes du cinéma mainstream, et qui faisait naître un univers tout entier de sentiments inédits. Certes, son scénario portait en lui d'indiscutables éléments de romantisme victorien, dissimulant un érotisme intense derrière la peur, le mystère et l'exotisme des situations, et la musique - qui a mal vieilli - de Michael Nyman... [Lire la suite]
29 mars 2017

Revoyons les classiques du cinéma français : "les Diaboliques" de H.G. Clouzot (1954)

Alors, au début, il y a cette image véritablement traumatisante de Paul Meurisse émergeant de sa baignoire, les yeux révulsés : j'étais enfant, j'ai eu beaucoup de mal à m'en remettre. Surtout quand juste après, il retirait ses "faux globes oculaires" : là, mon innocence en a pris un coup, j'ai compris avec "les Diaboliques" que les gens mentaient, et pire, que les films mentaient eux aussi. Puis j'ai grandi, et avec mes chouchous de la Nouvelle Vague, j'ai rangé Clouzot dans la boîte bien étiquetée des cinéastes dépassés, qui ne... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 février 2017

Revoyons les classiques du cinéma français : "Le Petit Soldat" de Jean-Luc Godard (1960)

"Le Petit Soldat" est le second film de Jean-Luc Godard, qui vient immédiatement après le triomphe artistique de "A Bout de Souffle". C'est aujourd'hui un film un peu oublié, souvent considéré comme mineur au sein de l'impressionnante filmographie de (celui qui n'était pas encore...) l'ermite de Rolle. Pourtant en 1960, Godard y décrit de manière claire, agressive même, le combat sordide de l'extrême droite contre les agents du FLN en France et en Suisse. Il y montre les pratiques de tortures et d'assassinats qui fleurissaient. Et... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 janvier 2017

Revoyons les classiques du cinéma US : "Fight Club" de David Fincher (1999)

Il m'aura fallu donc attendre un troisième visionnage pour que la rage et le mépris que j'ai toujours ressentis envers "Fight Club" s'apaisent, et pour que je prenne un peu de plaisir devant ce film aussi emblématique (il semble être devenu une sorte de "phare" - pauvre de nous ! - pour toute une génération…). Il convient clairement, pour juger sereinement du film, de séparer ce qui vient de David Fincher - devenu depuis un metteur en scène qui compte, et qui touche même occasionnellement à la grandeur - et ce qui était dans le livre,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 janvier 2017

Revoyons les classiques du cinéma US : "Virgin Suicides" de Sofia Coppola (1999)

Voilà, j'ai envie de dire que "Virgin Suicides" est une merveille absolue de sensibilité, de grâce et de mystère, et c'est tout… Un film qui réussit à raconter l'indicible, sans en passer par la psychologie ou la sociologie, si réductrices, si rassurantes. Un film qui évite totalement le pathos inhérent à son sujet - le suicide des adolescents. Sofia Coppola, pour son coup d'essai, transformait le teenage-movie (genre américain s'il en est…) en un rêve pastel, à la fois calme et effrayant, où l'on voit à l’œuvre l'oppression feutrée... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 décembre 2016

Revoyons les classiques du cinéma US : "Les Chiens de Paille" de Sam Peckinpah (1971)

Il est difficile de se représenter en 2016 l'impact qu'eut en 1971 "les Chiens de Paille", qui marquait la naissance d'un cinéma nouveau, débarrassé des contraintes "moralisatrices" et politiques dans lesquelles devait vivre Hollywood... Un cinéma certainement plus objectif quant à la réalité humaine, dont Peckinpah "célèbre" tout en la maudissant l'animalité et la violence instinctive. Le génie de Peckinpah, l'un des réalisateurs les plus singuliers et les plus rebelles qui soient, transcende néanmoins le coup de force qu'il réalisa... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
03 décembre 2016

Revoyons les classiques du cinéma US : "Mr. Smith au Sénat" de Frank Capra (1939)

Le sénat (et le congrès?) américain est largement corrompu, ou, tout au moins, contrôlé par le lobbying d'hommes d'affaires puissants qui lui dictent des décisions favorables à leurs intérêts financiers, ces magnats du grand Capital possédant en outre une grande partie des médias, ce qui leur permet de manipuler l'opinion publique. Nous sommes en 2016, au début de l'ère Trump ? Non, en 1939, et c'est le spectre de la guerre contre les Nazis qui se profile à l'horizon, et qui va exiger des USA un effort colossal, alors que les... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 novembre 2016

Découvrons les classiques du cinéma italien : "Théorème" de Pier Paolo Pasolini (1969)

En 2016, il n'est pas facile de regarder, et encore moins d'aimer "Théorème", un célèbre film de Pasolini qui paraît plus aujourd'hui un marqueur de sa turbulente époque qu'une véritable pierre blanche dans l'histoire du Cinéma (majuscule, forcément quand on parle "d'auteurs" comme Pasolini, même si dans son cas, c'est souvent pour la mauvaise raison du scandale qu'on parle de lui...). Non pas qu'on ne puisse prendre un peu de plaisir devant cet objet bâtard qui hésite entre le pamphlet politique et l'écriture libre de la poésie avant... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,