01 août 2022

"Decision to Leave" de Park Chan-Wook : Réfléchissez. Et puis aimez !

Bon, j'admets que le film est long, et aussi d'une complexité qui découragera bien des spectateurs habitués au cinéma pré-mâché, voire pré-digéré auquel les Etats-Uniens, toujours près à se rabaisser au niveau du public le plus primaire, nous ont habitués. Là, avec son Decision to Leave, qui n'est pas loin d'être son meilleur film, Park Chan-Wook nous met au défi d'être suffisamment attentifs pendant deux heures et demi pour ne manquer aucun détail de ce qu'il nous montre, et suffisamment astucieux pour en tirer des... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 juillet 2022

“Peter Von Kant” de François Ozon : les larmes amères de Rainer Werner Fassbinder

Rainer Werner Fassbinder fut l’un des plus grands réalisateurs du cinéma moderne allemand, mais il fut bien plus que ça : dramaturge, metteur en scène de théâtre, réalisateur de série TV, il investit un maximum de média pour propager ses idées provocatrices, menant un combat d’avant-garde pour les populations homosexuelles, transgenres, mais défendant également les droits des handicapés, des immigrés, et de manière générale, de tous ceux que la bonne société réprouvait et se refusait à considérer comme « normaux ». Parce que... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 avril 2021

"The Soul" de Cheng Wei-Hao : mélodrame à twists

"The Soul" se présente a priori comme un film de genre respectant parfaitement la charte Netflix : un thriller de science-fiction au look soigné,… dont on n’attend pas forcément grand-chose au-delà de quelques minutes de distraction (cet « entertainment » cher à nos amis Américains qui semble être devenu l’horizon – limité – du cinéma actuel), et encore… si tout se passe bien ! La bonne surprise que nous réserve ce film taïwanais est de ne pas se conformer à ce programme routinier, et d’aller voir ailleurs si ses spectateurs vont le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 mai 2017

Séance de rattrapage : "Manchester By The Sea" de Kenneth Lonergan

La première partie de "Manchester by the Sea" fait partie des plus belles propositions de cinéma que j'aie vues depuis longtemps : cette description patiente et empathique du calvaire d'un homme comme "absent au monde", qu'un cruel jeu du destin ramène sur les lieux de son "crime", entrelacée avec des flashbacks de plus en plus intrigants, jusqu'à une révélation stupéfiante qui révèle l'ampleur de cette catastrophe émotionnelle que nous ne faisions que soupçonner jusqu'alors, c'est vraiment du beau, du très beau cinéma. Un film... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 avril 2017

Séance de rattrapage : "Alliés" de Robert Zemeckis

"Alliés" n'est pas un film désagréable à regarder : Marion Cotillard y est joliment touchante et le mélodrame de la seconde partie du film fera verser aux plus tendres d'entre nous une larmichette toujours bien venue en ces temps arides. Néanmoins, le film de Zemeckis, bon artisan donnant en général le meilleur de lui-même quand on lui confie une bonne aberration assortie de technologie un peu audacieuse, souffre de ne jamais choisir entre deux natures irréconciliables : le film rétro-glamour hommage à la grandeur passée d'Hollywood... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 octobre 2016

"Frantz" de François Ozon : Anna

Il y a d'abord un peu de surprise à voir Ozon assumer avec "Frantz" une forme aussi classiquement sage, pour le meilleur (une indiscutable subtilité dans la représentation d'un pays vaincu, égaré entre deuil et soif de revanche, une véritable oreille musicale quant à l'utilisation des deux langues du film) et parfois le pire (le stéréotype toujours pénible du passage à la couleur comme "symbole"). Bien sûr, derrière la reprise d'une pièce de théâtre apparemment déjà adaptée en mélo humaniste par Lubitsch, on... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 mai 2016

Gloire au cinéma nippon : "Herbes Flottantes" (1959) de Yasujirô Ozu

"Herbes Flottantes" (dans sa version de 1959, puisque Ozu faisait là le remake en couleurs de l'un de ses films antérieurs) est une belle preuve de plus de l'imparable réussite de la "méthode Ozu". Soit une heure et quelques de construction patiente, vaguement indolente, d'un mélodrame à mèche longue, qui ne détonnera que dans la dernière demi-heure, magnifique, terrassante... irrésistible. Beauté des actrices - sublimes -, magnificence de tous les plans - parfaitement agencés -, perfection du rythme et de la narration, complexité... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 mars 2013

De Palma, mon beau souci : "Obsession" de Brian De Palma (1977)

"Obsession" a longtemps été l'un de mes films préférés de Brian De Palma - même s'il ne saurait rivaliser en délire kitsch avec le sublime "Phantom of the Paradise", ni en rigueur "hitchcockienne" avec "Body Double", ni en perfection classique avec "l'Impasse" : simplement, ici comme nulle part, De Palma nous proposait un cours pratique sur l'application des thèmes et de la forme inventés par Alfred Hitchcock au cinéma "moderne" (n'oublions jamais que les années 70 ont marqué l'apogée et la mort du cinéma moderne, avant... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 août 2012

Gloire au cinéma nippon : "Voyage à Tokyo" de Yasujirô Ozu (1953)

L'Occident a découvert tardivement l'oeuvre d'Ozu avec ce "Voyage à Tokyo" qui est devenu emblématique des thèmes et du style du maître... ce qui ne signifie pas qu'il s'agisse de son meilleur film pour autant. On peut penser qu'il y manque cette touche d'humour un peu trivial qui est le nécessaire contrepoint de ses belles histoires de résignation face à la cruauté de la vie, ou que, paradoxalement, ce pur mélodrame est un peu plus pauvre en émotions que d'autres chefs d'oeuvre de la dernière période d'Ozu. Sans doute un peu... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,