14 janvier 2021

"La Vie devant Soi" d'Edoardo Ponti : c'est Gary qu'on assassine (à nouveau)

1975 : l’inconnu Emile Ajar (on attendra longtemps, en fait la mort de son auteur, avant de savoir qu’il s’agissait là d’un pseudonyme de Romain Gary) publie "la Vie Devant Soi", roman « populaire » qui rencontre un succès phénoménal, et décroche le Goncourt. Cette histoire, à la fois bouleversante et très drôle – soit quand même l’un des talents de Gary – racontant l’amour maternel d’une ancienne prostituée juive, rescapée d’Auschwitz, pour un jeune ado musulman, touche au cœur une France qui croit encore à... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 décembre 2020

Revoyons les classiques du cinéma : "Le Bon, la Brute et le Truand" de Sergio Leone (1966)

Film clé dans la filmographie de Sergio Leone, "Le Bon, la Brute et le Truand" marque son passage du statut de réalisateur de westerns spaghetti populaires - considérés à l'époque avec pas mal de mépris par la critique - vers une forme de super-auteurisme : car si tous les codes d'un genre qu'il a contribué à inventer sont encore là, et en particulier une violence sadique qui était assez inédite à l'époque et une trivialité que l'on peut juger complaisante, Leone élève son film par la grâce de sa mise en scène... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
03 décembre 2020

Revoyons les classiques du cinéma : "... Et pour quelques dollars de plus" de Sergio Leone (1965)

Il y a entre "Pour une Poignée de Dollars" et ce "... Et pour quelques dollars de plus" un saut qualitatif impressionnant, et même si l'on ne peut pas encore parler de "génie leonien", on trouve ici quasiment toutes les bases d'une œuvre qui va s'envoler vers la grandeur dès le film suivant, ce "Le Bon, la Brute et le Truand" chéri par une grande partie de la planète, cinéphile ou non. A partir d'un scénario beaucoup plus classique en fait que celui de son film précédent, puisqu'on parle ici attaque de banque, conflits entre les... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
25 novembre 2020

Revoyons les classiques du cinéma : "Pour Une Poignée de Dollars" de Sergio Leone (1964)

Ressorti dans les salles françaises au début des années 70, dans le sillage du succès énorme (bon, j'exagère, mais on parle là du film qui m'a le plus marqué dans mon enfance...) du génial "Il était une fois dans l'Ouest", "Pour une poignée de Dollars", le second film de Leone que je voyais, avait été pour moi - je n'avais pas encore quatorze ans - une sévère déception ! Depuis 1964, le film a beaucoup vieilli, et on note avec le recul pas mal d'incohérences et de facilités dans le scénario, recopié, on le sait, sur le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 octobre 2020

"Les Liens Maudits" de Domenico de Feudis : superstitions italiennes et rituels sanglants

Il n’est plus très « à la mode » de réaliser, même chez Netflix, des films d’horreurs qui choisissent la voie d’un certain réalisme – dans les limites du genre, bien entendu –, et les choix scénaristiques et de mise en scène des Liens Maudits, une production italienne de la plate-forme, rendent forcément le premier film de Domenico de Feudis attirant pour quiconque est fatigué des éternelles mêmes histoires qui nourrissent le fantastique de consommation courante. Il s’agit ici de confronter une jeune femme (Mía Maestro,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 juin 2020

"Curon" de Ezio Abbate, Ivano Fachin et Giovanni Galassi : under the silver lake...

Et nous poursuivons donc avec "Curon" notre tour du monde des "séries Netflix", un tour du monde qui n'est que trop peu souvent d'ailleurs l'occasion de se réjouir... Et "Curon", série italienne, ne sera malheureusement pas une réelle exception à cette règle... Pourtant, pourtant, tout cela se présente bien, avec un thème fantastique à la fois classique et original, susceptible de générer et de beaux moments d'angoisse, et de jolies prises de tête existentielles : dans une toute petite ville perdue dans la montagne près de la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 mai 2020

"Pinocchio" de Matteo Garrone : un film à l'image de son personnage, laid, niais et mal construit !

Je dois avouer n'avoir jamais lu le livre de Collodi, ayant été dégoûté plus ou moins à jamais de l'histoire misérabiliste du hideux pantin "Pinocchio" par l'horrible adaptation réalisée par les sombres mercenaires de la maison Disney. J'ai en également soigneusement évité jusqu'à ce jour toutes les adaptations cinématographiques, et je ne peux imputer qu'à un moment de faiblesse dû au confinement le fait d'avoir cédé au souhait de ma fille de perdre deux heures devant le film de Garrone, qui plus est avec le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 janvier 2020

"Le Dieu Vagabond" de Fabrizio Dori : sulla strada...

Il est sans doute facile d'oublier combien l'une des fonctions les plus essentielles de l'Art est de nous procurer du bonheur, et la principale qualité de l'étonnant "Dieu Vagabond" de Fabrizio Dori est de nous le rappeler. L'ivresse de la découverte de ces pages enchantées, conjuguant à la fois mythologie grecque et latine, et burlesque alcoolisé, est donc l'une des plus divines sensations qui soient. Sur les traces de Van Gogh, inspiration omniprésente du dessin et des couleurs, accompagnons donc un clochard... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 novembre 2019

"Le Traître" de Marco Bellocchio : le héros

Et si Marco Bellocchio était l'un des grands réalisateurs italiens (presque) oubliés par l'histoire ? Depuis le choc de son "les Poings dans les Poches" en 1965, il a réalisé près d'une cinquantaine de films dans de nombreux genres différents, avec des degrés de réussite certes variables. Il a fallu son très beau "Vincere" en 2009, où il croquait un portrait dévastateur de Mussolini pour qu'on se souvienne véritablement de son importance, mais c'est ce remarquable "Traitre" qui devrait lui valoir, enfin, sa juste place au... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 mars 2019

"Ada" de Barbara Baldi : résistance...

En mai dernier, "La Partition de Flintham" nous faisait découvrir, émerveillés, l’Art de Barbara Baldi, graphiste italienne plus qu’inspirée, capable de créer des ambiances saisissantes à l’aide de taches de couleurs et de lumières composant des paysages aussi abstraits – quasi mentaux – que fabuleusement évocateurs. Présentée par l’auteure comme une ode à la résistance, "Ada" se déroule pendant la première guerre mondiale, en Autriche, mais cette localisation géographique et temporelle n’a que peu de conséquences sur un récit qui... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,