20 décembre 2018

"Glastonbury 2000 (live)" de David Bowie : starman !

Contrairement à ce qu'on imagine souvent, étant donné son importance musicale (et sociétale...), David Bowie n'a jamais été un grand performer scénique : trop cérébral sans doute, trop introverti peut-être derrière ses masques et sa flamboyance théâtrale, il maintenait une "distance de sécurité" entre lui et son public, et ne se livra jamais au rituel du "rock'n'roll sacrifice" qui a permis aux monstres du Rock - Morrison, Iggy, et bien d'autres - de transcender sur scène les limites de la musique et de sa représentation. Pire... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 décembre 2018

"Mowgli : la Légende de la Jungle" de Andy Serkis : l'enfant sauvage

Ceux qui ont été marqués, enfants, de manière indélébile par la lecture des contes poétiques (et politiques !) de Kipling constituent certainement une cible inatteignable pour les ambitieux qui se lancent dans l'adaptation impossible du "Livre de la Jungle" : après les ineffables Studio Disney, toujours empressés à transformer un beau matériau en excrément globalement digestible - l'habituelle niaiserie musicale de notre enfance, sauvée par un beau graphisme, puis récemment une horreur digitale absolue... -, le sympathique Andy... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 décembre 2018

IDLES au Bataclan (Paris) le 3 décembre

21h05 : Le Bataclan est bourré et le concert n’a pas encore commencé que la température ambiante, comme toujours dans cette salle, entre dans la zone rouge. Les premiers accords du fabuleux Colossus s’élèvent, et Joe Talbot commence sa psalmodie terrifiante dans une demi-obscurité : c’est déjà le grand frisson. « Forgive me father, I have sinned / I've drained my body full of pins / I've danced til dawn with splintered shins / Full of pins, full of pins ». Tout le monde hurle déjà « Goes and it goes and it goes »... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 novembre 2018

"Olympus Sleeping" de Razorlight : retour de rasoir

Razorlight ! Ah Razorlight ! Toute une histoire... et un peu notre histoire à nous les fans improbables de ce groupe généralement tourné en dérision par tous les gens de bon goût. Il y a dix ans - P... ! Dix ans ! -, nous défendions sans illusions ce groupe anglais "à succès", donc faiseur de soupe - mais de bonne soupe - américaine, emmené par un leader tête à claques qui n'attirait certes pas la sympathie. Si les albums étaient à peu près convenables mais tous perfectibles, Razorlight s'avérait néanmoins parfaitement à l'aise sur... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 novembre 2018

The Damned à l'Elysée Montmartre (Paris) le samedi 17 novembre

20h50 : Une musique très cinématographique – que je connais très bien mais n’arrive pas à reconnaître – marque l’entrée sur scène de The Damned, dans une ambiance de thriller de série B ma foi bien sympathique (renforcée par la reproduction derrière les musiciens de la jolie pochette de "Evil Spirits", leur dernier album. Bon, pour ceux, nombreux, qui n’auraient pas suivi le groupe durant les dernières quatre décennies, il ne reste du combo punk original que Dave Vanian au chant – le grand responsable du tournant "gothique" du... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 novembre 2018

"Bohemian Rhapsody" de Bryan Singer : No escape from reality !

Je n'aime pas Queen, ses hymnes pour stades qui ont l'impudence de vous phagocyter le cortex malgré vous. Je n'aime pas les biopics américains, avec leurs parcours calibrés - rise and fall, and then redemption - qui ont la paresse de considérer n'importe quelle vie comme de la chair à canon pour appâter le chaland. Je n'aime pas Bryan Singer, qui a construit toute sa pauvre réputation sur un seul film, son seul correct (qu'il n'est même pas besoin de nommer, n'est-ce pas ?) alors qu'il n'a aucun style reconnaissable ni aucun... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 novembre 2018

"Bodyguard" de Jed Mercurio : Yojimbo

"Bodyguard" commence extraordinairement bien, avec une longue scène de menace terroriste dans un train de banlieue londonien, exemplaire de tension, d'intelligence, de mesure. Une scène mémorable dont on recommandera le visionnage répété à MM. Neeson et Collet-Serra, pour qu'ils apprennent comment on doit raconter, filmer et interpréter ce genre de situations, dont ils raffolent semble-t-il. "Bodyguard" se termine 6 épisodes plus tard extraordinairement mal, avec une suite de révélations pourries et ridicules, qui viennent conclure... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 novembre 2018

"B.E.D" de Baxter Dury, Étienne de Crécy et Delilah Holliday : Tais toi !

"Ça y est, Baxter, on les entend déjà râler, les jaloux, les rageux, les gardiens du temple rock'n'roll, les puristes ! Ça devait t'arriver, ce retour de bâton, vu la quantité étonnante de gentillesses écrites sur toi lorsque tout le monde a célébré ton "Happy Soup" ou ton "Prince of Tears"... Et va pas te plaindre : en plus, pour ton malheur, tu fais partie de la secte maudite des "fils de...", et dans ton cas, circonstance aggravante, d'un type qu'on a trouvé pertinent de transformer en mini-icône après sa disparition, lui qu'on... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 octobre 2018

"Look Now" de Elvis Costello & The Imposters : Don't Look Now !

Notre époque à la nostalgie éminemment sélective accorde actuellement peu de crédit à Elvis Costello, qui fut pourtant l'un des compositeurs les plus importants de son temps, le seul un tant soit peu comparable à un McCartney (avec qui il collabora d'ailleurs...). Il faut donc rappeler que, au milieu d’une bonne dizaine d'albums essentiels, "This Year’s Model" fut le mètre étalon de la new wave pop, et que "Imperial Bedroom", classique des classiques produit par l'immense Geoff Emmerich, fut un moment classé comme « l'album de la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 octobre 2018

"The Stars, The Oceans & The Moon" de Echo and the Bunnymen : Echo R.I.P.

Il est parfois douloureux d'accompagner jusqu'au bout un groupe qui ne veut pas mourir, mais qui se meurt quand même. Echo and the Bunnymen fut très vite l'un de nos groupes préférés lorsque déferlèrent sur l'Angleterre ses vagues psychédéliques furieuses, associant la modernité de l'alors nouvelle vague, qui succédait à l'explosion punk, avec un respect vaguement impertinent pour un héritage improbable de la musique californienne (les Byrds, les Doors). Le groupe resta magnifique au cours de longues années parsemées d'albums... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,