18 mai 2019

Séance (tardive) de rattrapage : "Secuestro" de Mar Targarona

En poursuivant l'exploration de la carrière de scénariste d'Oriol Paulo, on peut tomber sur ce "Secuestro" et juger qu'il s'agit là de l'une de ses oeuvres les plus originales, et partant de là, les plus réussies. Car voici un scénario qui commence là où se termine en général les histoires d'enlèvement d'enfants, et n'aura de cesse de nous emmener dans des directions inattendues, jusqu'à un final moralement ambigu qu'on n'aura pas vu venir... Le tout dans tomber sans la surchauffe en termes de coups de théâtre et de retournements de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 mai 2019

Séance de rattrapage : "L'Avertissement" de Daniel Calparsoro

Le cinéma de genre, on aime, mais il faut reconnaître que, souvent, il a bon dos. On accepte ainsi de se farcir des histoires ineptes, mal interprétées et mal mises en scène, juste parce qu'on espère y trouver la petite étincelle d'originalité qui fera que le film tranche par rapport à la production lambda. Autant être clair, ce ne sera pas le cas avec "El Aviso" dont l'électro-encéphalogramme est aussi plat que celui de l'un de ses protagonistes qui s'est pris une balle dans la tête. Entre une formule mathématique inepte (niveau... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 mai 2019

"El Reino" de Rodrigo Sorogoyen : la mort aux trousses d'un affranchi

"El Reino" n’est pas un film facile à appréhender, et encore moins à critiquer pour qui ne serait pas familier avec la situation politique espagnole : en Espagne, qui est, rappelons-le pour ceux qui n’ont qu’une vue « touristique » de ce pays finalement à part du reste de l’Europe, l’un des pays les plus corrompus de la planète, dépassant allègrement l’Italie en termes de pourriture politique généralisée, aucun spectateur n’a besoin de précisions quant à ce que Rodrigo Sorogoyen décrit dans son film, et il peut s’épargner une... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 avril 2019

Séance (tardive) de rattrapage : "Contratiempo" d'Oriol Paulo

"Le mieux est l'ennemi du bien" : même nos grands-mères le savaient, qui nous ont transmis cet adage de la sagesse populaire. Maintenant, soit ce dicton n'existe pas en Catalogne, soit Oriol Paulo n'a pas fréquenté assez sa grand-mère, parce qu'on dirait qu'à chacun de ses films, il fait la même erreur : remplir son scénario de thriller malin jusqu'à l'explosion, comme si rajouter encore et encore des tours d'écrou garantissait une sorte de perfection de la machinerie qu'il a construite... sauf que, bien entendu, c'est exactement le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 avril 2019

"Mirage" d'Oriol Paulo : Rubik's Cube

S’il est une chose appréciable dans la politique de Netflix, c’est que le géant du streaming recrute de plus en plus ses jeunes réalisateurs au-delà du cercle restreint des pays anglo-saxons qui trustent les salles de cinéma dans le monde entier. Même si le choix de Netflix est de financer systématiquement le cinéma de « genre », et si les résultats sont à date des plus irréguliers, c’est un vrai plaisir que de pouvoir voir très vite de nouveaux films venant d’un peu partout. Ainsi en va-t-il de "Durante la Tormenta" (soit Pendant la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 décembre 2018

"Intisar en Exil" de Pedro Riera et Sagar : notre amie, notre soeur yéménite...

Que savons-nous, que comprenons-nous du terrible conflit qui dévaste le Yémen depuis des années, et qui rejoint en horreur ceux de Syrie et d'Irak ? Rien, et l'honnêteté nous pousse à avouer que cela ne nous empêche pas de dormir, non ? Lire "Intisar en Exil" nous offre une perspective politique claire, en même temps qu'un point de vue "de l'intérieur" sur l'absurde complexité des luttes de pouvoir entre factions dont les alliances se font et se défont en dépit de toute logique, ainsi que sur la situation des victimes (ou futures... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 mai 2018

"La Casa de Papel" de Álex Pina : pot de Nutella

Bon, soyons lucides : "La Casa de Papel", c'est vraiment n'importe quoi, et il est si facile de faire des "trous dedans" que ce n'est même pas amusant : n'importe qui dont le cerveau n'a pas encore été détruit par les drogues de divertissement ou par l'abus de réseaux sociaux ne pourra qu'être consterné par l'incohérence de la plupart des personnages, l'invraisemblable complète des situations, le franc n'importe quoi des scènes de mitraillage général, le ridicule consommé des scènes amoureuses qui s'accumulent en dépit du bon sens. Et... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 janvier 2018

Séance de rattrapage : "Que Dios Nos Perdone" de Rodrigo Sorogoyen

D'abord, soyons cléments avec la critique et le public français qui ont largement surestimé ce "Que Dios Nos Perdone" beaucoup trop espagnol pour que tous les thèmes qui se bousculent dans son scénario engorgé soient perceptibles hors des frontières ibériques. Il faut néanmoins insister sur la forte tonalité anti-religieuse du film, qui ne se limite pas à la toile de fond ironique de la visite papale dans un Madrid miné par la crise économique : en effet, le titre du film et le livre inspirant le serial killer ("Camino") sont une... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 novembre 2017

Séance de rattrapage : "La Colère d'un Homme Patient" de Raúl Arévalo

Le cinéma espagnol va très mal depuis des décennies et les espoirs créés par l'apparition vigoureuse d'un cinéma de genre il y a déjà bien des années ont été déçus. Aujourd'hui, en Espagne, la mode est aux thrillers glauques : pourquoi pas ? Reste que la célébration unanime d'un truc aussi informe que ce "Tarde para la Ira" ne nous rassure pas. Avec son scénario bâclé dont l'indigence est un temps occultée artificiellement par des ellipses qui intriguent (les 8 ans de prison de Curro, la dissimulation de sa famille), et sa mise en... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 octobre 2017

Séance de rattrapage : "Quelques Minutes Après Minuit" de Juan Antonio Bayona

Comme "Lo Imposible" le laissait craindre, Bayona est un réalisateur absolument haïssable, du genre à vendre son père et sa mère pour tirer des larmes à ses spectateurs pris en otages, et bien entendu ramasser le jackpot du succès populaire. Sans atteindre à la bassesse de "Lo Imposible", ce "A Monster Calls" à la réputation incroyablement surévaluée (et que je me répande un peu partout sur le "chef d'oeuvre absolu" que ce serait, à croire que tous ces gens n'ont jamais vu de vrai cinéma !) est éthiquement tout à l'opposé de ce qui... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,