23 novembre 2018

"En Liberté !" de Pierre Salvadori : le problème du rire français...

Nous avons vraiment un problème avec le rire, nous les Français. Notre cinéma comique est, mais en vérité a toujours été, l'un des pires de la planète. Et ce n'est pas l'existence de Jacques Tati qui peut compenser plus d'un siècle de médiocrité, de bêtise et de mauvais goût. Pensez seulement aux Gérard Oury, aux Michel Audiard, aux Francis Veber, aux Jean Girault ou aux Dany Boon qui ont fait le triomphe de la comédie populaire au cours des décennies passées : pas un seul de leurs films, que dis-je pas cinq minutes de leurs films... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 octobre 2018

Séance de rattrapage : "Father Figures" de Lawrence Sher

"Father Figures" est un film qui ne surprendra personne - hormis dans sa conclusion que l'on n'aura pas vu venir et qui doit probablement être la raison de son existence, à une époque où ce genre de comédie de moeurs n'a plus vraiment de public ni donc de raison d'être : l'enchaînement des stéréotypes au cours de cette recherche du père (comme seule capable de donner un sens à la vie de nos héros...) est étonnante, conférant au parcours "psychologique" des personnages une banalité improbable que les scénaristes essaient de cacher... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
26 septembre 2018

"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig : Diabolique gone girl Vs. desperate single mother

L'art du mélange de genres est certainement l'un des plus difficiles qui soit, et le cinéma US a toujours beaucoup de difficultés - culturelles, n'en doutons pas - à explorer les zones troubles de l'ambigüité. Et Paul Feig, acteur-réalisateur-scénariste, excessivement médiocre quand il s'agit de "mettre en scène" autre chose de grands acteurs comiques qui n'ont finalement pas besoin de lui, a peu à peu dilapidé la bonne réputation acquise avec sa série "Freaks & Geeks", n'était certainement pas le meilleur choix pour faire vivre... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 août 2018

Séance de rattrapage : "Santa & Cie" d'Alain Chabat

Bien qu'étant personnellement doucement réfractaire au défunt "humour Canal÷" et peu amateur du travail d'Alain Chabat, l'âge de ma fille (7 ans, pour ceux qui ne suivent pas..) m'oblige à visionner pas mal de films dont je me passerais très bien. Ceci posé, j'ai plutôt passé un bon moment devant les trois-quart de "Santa & Cie", devant ce que je qualifierai pour simplifier de "partie française", où Chabat joue sur son terrain, avec ses potes et ses vannes - souvent très très drôles, et c'est une bonne raison de voir le film !... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 août 2018

"Good Girls" de Jenna Bans : l'âge des formules

Commençant très bien avec ses connotations 'politiques" inhabituelles (la vie n'est pas rose pour la classe moyenne américaine...), et sa formule à l'évidence initialement rassurante ("Desperate Housewives" + "Weeds" + #Balance ton porc), "Good Girls" a tôt fait de s'avérer une véritable Berezina pour le pauvre téléspectateur qui déciderait de s'accrocher pour terminer coûte que coûte la première saison. Le manque d'imagination du scénario répétant mécaniquement la même formule rend complètement impossible l'empathie avec des... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 août 2018

"Hôtel Transylvanie 3" de Genndy Tartakovski : Quelques réflexions au sortir d'un film pédagogique

En fait, "Hôtel Transylvanie 3" est une riche expérience pédagogique pour les parents qui se sentent quelque part moralement obligés d'accompagner leur marmaille dans une salle de cinéma qui pourrait, on ne sait jamais, abriter un pédophile : c'est fou le nombre de choses que l'on y apprend en une heure et demi - moins les pauses roupillon, quand même ! D'abord que "la Macarena", c'est quand même d'un autre niveau que "Good Vibrations" quand il s'agit d'illustrer le bonheur de vivre. Ensuite que le parangon du développement d'une... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 juin 2018

"Psychokinesis" de Yeon Sang-Ho : Dakgangjeong-Man

Dernier Train pour Busan, son mélange de genres réussi – comme c’est souvent le cas, il faut l’admettre, dans le cinéma sud-coréen - et sa belle énergie nous avaient quand même laissés avec quelques doutes quant au talent de Yeon Sang-Ho, la faute surtout à la lourdeur de ses scènes « sociales ». Et ce n’est pas ce Psychokinesis, film-Netflix qui plus est, qui les lèvera, puisqu’on parle cette fois d’une réussite beaucoup plus discutable : en faisant intervenir dans un contexte socio-politique chargé un père... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
20 mai 2018

"Place Publique" d'Agnès Jaoui : à l'arrière des berlines...

Les nostalgiques invétérés et ceux qui portent des lunettes roses font grand cas des films passés du duo Bacri-Jaoui, sur le mode : c'était mieux avant ! Faux : Bacri -Jaoui, ça a toujours la même bouillie tiède et fade, célébrée par le beauf éduqué qui croit qu'être cynique remplace l'intelligence. Un temps sauvés par leur partenariat avec le génial Resnais qui réussit à faire de beaux films joueurs à partir de leurs cauchemars neurasthéniques, Bacri-Jaoui reviennent à leur consternante médiocrité avec ce triste "Place Publique",... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 mai 2018

Séance de rattrapage : "Le Retour du Héros" de Laurent Tirard

Il y a au moins un vrai sujet de satisfaction dans ce "Retour du Héros" pour le cinéphile à jamais amoureux de la virtuosité de la grande comédie hollywoodienne classique, de Lubitsch à Wilder en passant par Hawks : la construction d'un véritable scénario "à l'ancienne", délibérément farfelu mais plutôt réussi avec ces allers-retours entre la brillance de la fiction, de la légende (la femme) et la triste vulgarité de la réalité du siècle, fut-il celui des guerres napoléoniennes (les hommes), et avec cet enchaînement imparable de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 novembre 2017

"Le Sens de la Fête" de Eric Toledano et Olivier Nakache : ma petite entreprise

On connaît bien les dérives du cinéma de Nakache et Toledano, cette gentillesse frôlant la niaiserie, cet idéalisme vis à vis d'une société métissée où le savoir vivre ensemble triompherait des préjugés : leur "Sens de la Fête" n'y échappe malheureusement pas, en particulier du fait d'un happy end inutile, alors que nous aurions voulu voir un cataclysme terminal s'abattre sur cette noce franchement mal embarquée (option Blake Edwards) ou au moins une plongée asphyxiante dans la noirceur qui rôde sans cesse au bord du cadre (option... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,