16 septembre 2022

“Un dernier soir à Pékin” de Golo Zhao : une affaire de goût…

Dans les cultures – nombreuses heureusement – où la cuisine jouent un rôle social central, la nourriture – le fait de la partager avec d’autres, par exemple, le fait de l’offrir, de la préparer… - constitue un marqueur constant, et essentiel de l’existence humaine. Et par conséquence, nombre de souvenirs importants, de ceux qui resteront en mémoire pendant des années et des années, seront liés à des repas particuliers, à des expériences gustatives – bonnes ou mauvaises, mais marquantes -, à des types de nourritures caractéristiques... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mai 2022

"Le Réalisme Magique du Cinéma Chinois" de Hendy Bicaise : les nouvelles mutations du 7ème Art

Tout a commencé, pour nous, comme pour Hendy Bicaise apparemment, par ces images très surprenantes d’OVNIs et de décollage d’immeuble au plein milieu d’un film qui n’en demandait pas tant – qu’on aimait déjà comme il était, réaliste et subtilement politique – de Jia Zhang-ke, Still Life (« nature morte » ou « encore de la vie » ?). On avait déjà soigneusement rangé ce réalisateur dans la case des auteurs décidés – et parvenant – à montrer la vraie Chine derrière les mensonges du... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 janvier 2022

"la Plus Belle Couleur du Monde" de Golo Zhao : la Chine en couleurs...

On connaît finalement peu de choses de l’existence quotidienne, réelle, du peuple chinois, au-delà de ce que les nouvelles quotidiennes nous relatent de la nouvelle dictature orwellienne du PCC, et même le cinéma « indépendant » chinois, naguère source d’informations objectives sur l’état du pays, semble avoir peu à peu disparu, écrasé par un cinéma de divertissement aux mains du Pouvoir à peu près aussi stupide que son équivalent US. Se pourrait-il que la BD chinoise, le « manhua », puisse désormais servir de relais de transmission... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 décembre 2020

"Mulan" de Niki Caro : Ouïghours toujours !

Si l’on prend comme référence la très médiocre qualité de toutes les adaptations « en prises de vues réelles » des dessins animés classiques de la Maison Disney, il n’y avait a priori aucune raison valable de regarder "Mulan", et a fortiori d’en écrire une critique. Et de fait, le film de Niki Caro, mis en ligne sur la plateforme Disney+ du fait de la pandémie, s’est avéré particulièrement mauvais, pire en fait que ce que nous pouvions craindre ; pourtant, cet échec accablant mérite qu’on s’y attarde, du fait du nombre de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 décembre 2019

"Le lac aux oies sauvages" de Dia Yi'nan : le lac d'ennui sauvage

J'aime - et je soutiens autant que je peux à mon tout petit niveau - le cinéma chinois (... en tous cas tout ce qui n'est pas le cinéma "officiel" du régime, qui va de plus en plus vers la copie encore plus décérébrée des blockbusters hollywoodiens en agrémentant le tout d'une idéologie totalitariste effrayante...) depuis le début des années 90, et je me suis vu régulièrement défendre des films (que je n'avais par ailleurs que moyennement aimés...) du fait de leur audace esthétique - une caractéristique finalement assez établie du... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 septembre 2019

"Bienvenue en Chine" de Milad Nouri et Tian-You Zheng : expat !

"Bienvenue en Chine" nous inquiète a priori avec sa ressemblance apparente avec les pénibles ouvrages de Guy Delisle, mais nous rassure vite grâce à l'honnêteté de sa narration : on se trouve rapidement embarqué dans l'Odyssée en mode mineur d'un jeune "expat" franco-iranien comme les autres, parti construire sa vie - ou pas - en Chine. Et affrontant les classiques problèmes quotidiens d'acclimatation à une culture et à un mode de vie radicalement différents, au sein desquels il trouvera peu à peu, sinon sa place, mais au moins... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 juin 2019

"Tienanmen 1989" : tu n'as rien vu à Tienanmen

Nous venons de célébrer - même si le mot ne s'applique vraiment pas à notre nécessaire devoir de mémoire vis à vis de milliers d'étudiants massacrés par la clique criminelle de Deng Xiao Ping - les 30 ans d'anniversaire de la fin de l'occupation démocratique de la Place Tiananmen. Pourtant, nous, en Occident, nous ne savons rien, nous ne comprenons rien de ce qui s'est passé d'avril à juin 1989 sur cette place de Pékin, qui est devenue une sorte de symbole vaguement abstrait de cette démocratie idéale qui n'a toujours pas pu voir le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 mars 2019

"Les Eternels" de Jia Zhang-ke : la montée des eaux

Jia Zhang-ke est le plus grand réalisateur chinois, celui qui a vraiment pris à bras le corps la chronique des mutations qui secouent depuis plus de 20 ans son pays. La Chine est le plus grand pays du monde, celui qui est d'ores et déjà appelé à définir notre avenir, qu'on le veuille ou non. Et le cinéma d'Extrême-Orient, du Japon à la Thaïlande, en passant par la Corée, Taïwan et la Chine, est le seul véritable laboratoire formel du cinéma depuis la fin des années 90. C'est dire le niveau d'attente que l'on peut avoir désormais... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 janvier 2019

Le Futur du Cinéma est Asie : "Kaili Blues" de Bi Gan (2015)

Ce n'est pas révéler un secret bien caché que de clamer, comme je le fais encore et encore, que "le Futur du Cinéma est Asie", tant depuis un quart de siècle au moins, quasiment tout ce qui s'est inventé de remarquable formellement dans le 7è Art vient de Chine, de Taïwan, de Thaïlande, etc. Dans la majestueuse lignée de Tsai Ming-Liang, de Hou Hsiao-Hsien, mais aussi de Jia Zhang-Ke (et en particulier de son fameux "Still Life"), le très jeune Bi Gan (guère plus de 25 ans quand il réalisa ce film…) est la dernière sensation des... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 août 2018

"Une Pluie sans Fin" de Yong Due : Rain Man ("Noone gets out of here alive...")

Il y a un grave malentendu, évidemment sciemment entretenu par le Marketing de "Une Pluie sans Fin", qui est de placer le film dans la descendance du brillantissime "Memories of Murder" : hormis qu'il s'agit d'une vision ethnocentrique vaguement raciste qui revient à mettre dans le même panier tout ce qui est asiatique, c'est aussi une erreur de compréhension fondamentale quant au travail de Dong Yue, qui ne réalise pas du tout ici ni un film de serial killer, ni le récit policier d'une traque. Il vaut beaucoup mieux voir "Une Pluie... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,