22 septembre 2020

"The Times" de Neil Young : le vieil homme sur son porche part en guerre contre Trump !

“Yeah we had Barack Obama / And we really need him now / … /  America has a leader / Buildin’ walls around our house / Who don’t know black lives matter / And we got to vote him out of his own shadow / … / He’s hiding in his bunker / Something else to lie about.” (“Oui, nous avons eu Barack Obama / Et nous avons vraiment besoin de lui maintenant / … / L’Amérique a un chef / Qui construire des murs autour de notre maison / Qui ne sait pas que la vie des Noirs compte / Et nous devons voter pour l’expulser de sa propre ombre / … /... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 septembre 2020

Promenade sur les traces d'un géant, Neil Young : "Life" (1987)

Le soir du vendredi 29 mai 1987, nous sommes au concert de Neil Young & Crazy Horse au Palais des Sports de la Porte de Versailles, à Paris (concert originellement prévu à Bercy et ramené à une salle plus petite faute de préventes...), et sous un déluge de guitare plombée et de solos hystériques, nous ne pouvons que nous réjouir : Neil Young, le grand, l'unique, nous est revenu ! Sur la set list, quatre nouveaux titres, vraiment convaincants : "Too Lonely" (rock de forcenés...), "When Your Lonely Heart Breaks"... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 août 2020

Promenade sur les traces d'un géant, Neil Young : "This Note's For You" (1988)

Et on arrive en 1988 : les "années Geffen" prennent fin, dans la douleur et la haine, puisqu'un procès honteux oppose Neil Young à sa maison de disques (temporaire), qui lui reproche de n'avoir livré aucune oeuvre "représentative" de son style musical. Instinctivement, on est tous du côté de l'artiste à qui les méchants capitalistes veulent imposer un certain "genre musical", mais il faut également bien connaître que de "Trans" à "Life" - deux albums quand même corrects, voire même plutôt bons -, en passant par le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 juillet 2020

Promenade sur les traces d'un géant, Neil Young : "Crazy Horse Live at Fillmore East 1970" (2006)

En 1969, on sait qu'un événement s'est produit dans la vie de Neil Young, qui va changer pour toujours sa trajectoire musicale... et pour le meilleur ! Il a rencontré The Rockets, groupe composé de Danny Whitten (chant et guitare), Billy Talbot (basse) et Ralph Molina (batterie), avec lequel il va prendre immédiatement un plaisir intense à jouer... Et qu'il va purement et simplement "annexer", une fois rebaptisé Crazy Horse : le résultat immédiat de cette rencontre est évidemment le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 juillet 2020

"Pain Olympics" de Crack Cloud : Vancouver is Burning !

S’il est une question qui nous préoccupe en 2020 – au-delà de savoir quand, ou même si, les concerts reprendront de manière normale – c’est bien celle de l’avenir du Rock, qui peut nous sembler, certains jours de pessimisme, condamné à devenir le nouveau Jazz, c’est-à-dire une musique de plus en plus marginalisée, loin des grands courants sociaux qui l’ont toujours nourri, au long de son histoire, et qu’il a nourri en retour. Et, plutôt que la prépondérance du hip hop dans les goûts des plus jeunes, c’est bien l’obsession des... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 juillet 2020

Promenade sur les traces d'un géant, Neil Young : "Unplugged" (1993)

Nous sommes au début des années 90 et MTV a redéfini la manière dont "doit" être "consommée", pour le meilleur et pour le pire (surtout), la musique. Et voilà Neil, notre rebelle, qui se plie pour une fois aux nouvelles règles du jeu, et livre une prestation dite "Unplugged" devant les caméras de la chaîne. Bien sûr, Neil fait la gueule, se cache derrière une barbe hirsute et a revêtu une tenue de motard atypique. On raconte qu'il aura aussi mené la vie dure à ses musiciens, dont il n'apprécie pas le jeu, et il aura fallu s'y... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 juillet 2020

"Homegrown" de Neil Young : la "time capsule" miraculeuse...

Qui suit Neil Young depuis un certain temps connaît forcément certaines caractéristiques pour le moins singulières de cet artiste qui se classe sans aucun doute parmi les vrais géants  de la musique du XXè siècle (et qui est l’un des seuls à ne pas être ridicule au XXIè siècle), au niveau d’un Bob Dylan ou des Rolling Stones – dont il rêvait à une époque de faire partie, souvenons-nous… Neil Young, au-delà de son génie de compositeur et de guitariste que nul ne conteste plus depuis longtemps, c’est à la fois un stakhanoviste et... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juin 2020

Promenade sur les traces d'un géant, Neil Young : "American Stars 'n Bars" (1977)

Si l'on analyse "American Stars 'n Bars" avec un minimum d'objectivité, il s'agit sans aucun doute du premier disque "moyen" de Neil Young depuis son discutable premier album éponyme de 1968. Entre les deux, nous avons eu droit à une suite ininterrompue de chefs d'oeuvre et de grands disques, des plus plaisants au plus malaisants, grâce auxquels le Loner a posé les bases de son oeuvre. Il fallait bien que ça s'arrête un jour, et, d'une certaine manière, "American Stars 'n Bars" annonce clairement le chaos à venir au cours... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 juin 2020

Promenade sur les traces d'un géant, Neil Young : "Ragged Glory" (1990)

"Ragged Glory" faisait suite au retour inattendu du Loner sur le devant de la scène avec la paire "Eldorado" et "Freedom", après la majeure partie d'une décennie "perdue" (ou tout au moins d'errances pour le moins déstabilisantes...) : Crazy Horse, le vrai, qui avait déjà pointé maladroitement son museau sur l'inégal "Life" (un album sous-estimé qui permettait à Neil d'expérimenter sans aucune retenue ni élégance son retour à l'électricité brutale...), était de retour. A sa sortie, cet album fit l'effet d'une bombe, et... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 juin 2020

"Jusqu'au déclin" de Patrice Laliberté : Homo homini lupus est

Puisque la plateforme Netflix poursuit sa politique de développement d’un cinéma de genre « international » en finançant les films de jeunes réalisateurs à travers le monde, et puisque la perspective d’un effondrement, ou du moins d’un déclin, de notre civilisation est devenue d’actualité avec la pandémie du Covid19, il est difficile de ne pas être intéressés par le premier « film Netflix » venu de nos chers cousins québécois ! "Jusqu’au Déclin" ("The Decline", en langage « global ») est le premier long-métrage de Patrice... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,