07 juin 2019

"The Dead don't Die" de Jim Jarmusch : it's a fucked up film !

Il est difficile de rester impavide, quand on est un fan de Jim Jarmusch depuis ses premiers films, devant la véritable catastrophe industrielle que représente ce "The Dead Don't Die", qui constitue à la fois la suite (trop) logique de la réflexion de plus en plus réac de notre très cher rockeur devant l'évolution du monde, et la négation complète de tout son cinéma, un cinéma merveilleux de subtilité et de poésie, dépassant systématiquement le sujet de ses films pour nous emporter vers une splendide et palpitante humanité. Ce film... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

22 avril 2018

"L'Ile aux Chiens" de Wes Anderson : Fantastic Mr. Dog

On peut être sensible - et même très sensible - à la singulière beauté des films de Wes Anderson, sans doute l'un des plus grands auteurs post-modernes, et rester un tantinet froid devant ses tentatives audacieuses de transposer son univers dans l'animation "traditionnelle". Comme pour "Fantastic Mr. Fox", il n'y a objectivement aucun reproche à adresser au travail d'Anderson : l'incroyable inventivité dont il fait preuve dans la création d'un univers inédit,, qui lui permet de déplacer sa fable anti-totalitaire dans un contexte... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 octobre 2016

Séance de rattrapage : "St. Vincent" de Theodore Melfi

"St. Vincent" n'est pas vraiment un bon film. Il est plutôt mal écrit, avec cette prolifération mal maîtrisée de thèmes et d'intrigues, voire de personnages, parfois abandonnés en cours de route (la mort de Sandy en est un exemple rageant). Il est empli de clichés et de lieux communs usés : le lien qui se tisse entre un vieux bourru et un enfant a bien fait l'objet de 250 films (tiens, au hasard, "le vieil homme et l'enfant", "l'été de Kikujiro"...). Pourtant, il est d'une efficacité émotionnelle redoutable : j'ai beaucoup, mais... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 avril 2016

"Le Livre de la Jungle" de Jon Favreau : le temps de la laideur...

Mais quand donc la laideur est-elle devenue tellement banale qu'elle en est totalement acceptable ? C'est la question qui m'a obsédé pendant le pénible visionnage de cet objet kitsch, quasi répugnant, qu'est cette version CGI du "Livre de la Jungle" ? Beaucoup se sont extasiés devant les avancées technologiques qui permettent la représentation "crédible" de paysages imaginaires et d'animaux parlants et... "expressifs" : très bien, mais cela justifie-t-il un instant l'incommensurable horreur de ces créatures dépouillées de leur... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 novembre 2015

Revoyons les classiques du cinéma : "Broken Flowers" de Jim Jarmusch (2005)

"Broken Flowers" est un petit bijou au sein de la riche filmographie de Jim Jarmusch, alors même qu'il est l'un de ses films les moins "jarmuschiens" (...même si l'on retrouve quand même un peu de cette légèreté charmeuse qui les caractérise...). D'abord, Jarmusch a décidé de déléguer le rôle du metteur en scène à l'un de ses personnages, Winston (Jeffrey Wright) chargé de construire le trajet du "héros" du film, et même de lui en fournir la bande son. Ensuite, ayant devant sa caméra l'un des acteurs les plus géniaux de sa génération,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 juillet 2015

Revoyons les classiques du cinéma : "The Life Aquatic with Steve Zissou" de Wes Anderson (2004)

Toujours à date le film le plus bouleversant de l'un des réalisateurs les plus singuliers produits par les Etats-Unis depuis belle lurette, "la Vie Aquatique" est à la fois une miniature colorée et parfaite, réalisée avec un savoir-faire "artisanal" qui recycle le merveilleux Fellinien (mais on peut aussi penser à Méliès lors de la scène magique du requin-jaguar, ce qui expliquerait d'ailleurs l'admiration que Scorsese professe vis à vis de Wes Anderson), autant que la grâce triste d'un Jacques Tati, et un éblouissant traité de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
30 juillet 2014

"The Grand Budapest Hotel" de Wes Anderson : extraordinaire...

Surprise quand même que cet extraordinaire "Grand Budapest Hotel", véritable rupture dans l'oeuvre de Wes Anderson derrière son apparence d'aboutissement stylistique : en abandonnant son terrain thématique habituel (la famille, le père perdu et retrouvé, etc.) et en délaissant ici toute illusion de réalité, Anderson va dans la direction opposée de ce que son "Moonrise Kingdom" pouvait laisser entendre, et paradoxalement, réalise son chef d'oeuvre à date. Complètement conceptuel, puisqu'il s'agit ni plus ni moins que de transposer la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 juillet 2012

"Moonrise Kingdom", une franche réussite de Wes Anderson !

Le petit système autiste de Wes Anderson tourne certainement un peu trop parfaitement dans chacun de ses films, qui répètent ad lib les mêmes inquiétudes, les mêmes déchirures - la famille, dysfonctionnelle et recomposée, encore et encore - et les formulent systématiquement de la même manière, "miniaturisée" et obsessivement bouclée : avec une précision formaliste qui désamorce tout naturel, pour créer un petit théâtre précieux du monde auquel le spectateur doit adhérer s'il ne veut pas s'ennuyer à mourir devant tant... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,