10 mai 2018

"The Deconstruction" de eels : une question de santé mentale...

Après toutes ces années, il se peut bien que la seule manière viable de continuer à aimer eels, c'est de n'écouter qu'un album sur deux ou trois de l'ami Mark Everett. Pour pouvoir créer un semi-effet de surprise en re-découvrant les sortilèges de cette musique terriblement envoûtante, mais usée à force de répétitions. "The Deconstruction" et "Bone Dry", les deux premiers morceaux de "The Deconstruction", l'album, sont ainsi un vrai choc esthétique, comme celui qu'on avait pu ressentir en 1996 quand on avait posé "Beautiful Freak" sur... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 mai 2018

Séance de rattrapage : "Le Labyrinthe : Remède Mortel" de Wes Ball

Admettons bien volontiers qu'il était difficile, voire impossible de faire pire que le second volet de l'adaptation cinématographique de la saga SciFi pour adolescents "The Maze Runner", et même qu'une bonne heure et demi a passé sans douleur lors d'un visionnage distrait au cours d'un vol transatlantique : bien engagé avec des scènes d'action "à la Mad Max" (en étant gentil), porté par quelques acteurs adultes compétents - même si on en a un peu assez de voir Aiden Gillen recycler à tout va son personnage de "Game of Thrones" - qui... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 mai 2018

"Le Coma des Mortels" de Maxime Chattam : mind fuck dérisoire

Visiblement, comme on le pressentait déjà à la lecture de son précédent roman, "Que ta Volonté soit Faite", d'ailleurs assez réussi, Maxime Chattam en a un peu marre de son statut d'auteur de best-sellers assez pourraves mais très sanglants et horrifiques. Alors, avec pour modèle un Stephen King qui a réussi finalement à gagner une vraie crédibilité en tant qu'écrivain, Maxime rompt tous les ponts avec et ses sujets et son style "habituels". Point de thriller ici, même s'il reste une vague énigme d'ailleurs vite résolue par le lecteur... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 mai 2018

Séance de rattrapage : "Le Retour du Héros" de Laurent Tirard

Il y a au moins un vrai sujet de satisfaction dans ce "Retour du Héros" pour le cinéphile à jamais amoureux de la virtuosité de la grande comédie hollywoodienne classique, de Lubitsch à Wilder en passant par Hawks : la construction d'un véritable scénario "à l'ancienne", délibérément farfelu mais plutôt réussi avec ces allers-retours entre la brillance de la fiction, de la légende (la femme) et la triste vulgarité de la réalité du siècle, fut-il celui des guerres napoléoniennes (les hommes), et avec cet enchaînement imparable de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 mai 2018

"Bosch - Saison 4" de Michael Connelly : la meilleure saison à date...

En mêlant "l'Envol des Anges" avec une intrigue "nouvelle" construite à partir des connexions "chinoises" d'Eleanor Wish, les scénaristes de cette quatrième saison de la série inspirée de l’œuvre de Michael Connelly ont plutôt fait un bon travail, et le déroulement minutieux des enquêtes, insistant sur les aspects politiques, voire procéduriers du travail policier, semble pour la première fois complètement cohérent par rapport aux livres, corrigeant largement les dérives de la troisième saison. Si l'on ajoute que Titus Welliver semble... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 mai 2018

"Des Hommes sans Femmes" de Haruki Murakami : la tache de vin

Haruki Murakami est un écrivain qui compte beaucoup pour moi depuis ce jour de 2009 où, sur le conseil d'une bonne amie, j'ai découvert "Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil". Depuis, j'ai lu une bonne partie de son œuvre conséquente avec un plaisir croissant, avec une sensation bienfaisante d''intimité grandissante. D'une sorte de bienveillance irradiante. Murakami n'obtiendra sans doute jamais ce Prix Nobel qu'on lui promet régulièrement, parce qu'il est trop populaire... comme quoi l'intimité peut se partager avec des... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mai 2018

"American Utopia" de David Byrne : more songs about Trump and America...

« He has the brain of a chicken and the dick of a donkey »… Oui, le type qui a écrit cette phrase, et bien d’autre toutes aussi embarrassantes dans son dernier album, c’est David Byrne. Le même David Byrne qui nous offrit "Psycho Killer" en 1977, et ensuite des dizaines de morceaux géniaux qui illuminèrent les eighties. Un type dont on vante partout la grande intelligence, et dont on ne célébrera jamais assez l’impact qu’il eut sur la musique (réellement) moderne. Et pourtant, on attendait beaucoup, vraiment beaucoup de cet album,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 mai 2018

San Antonio, madeleine de Proust ? : "Réglez-lui son Compte" (1949)

San Antonio - l'oeuvre, plutôt que l'écrivain - occupe une partie importante de mon adolescence, et sera toujours indéfectiblement liée à mon amitié pour Michel, l'une des meilleures personnes que j'aie jamais rencontrées. Et un fan absolu des aventures picaresques de l'immortel inspecteur du contre-espionnage français qui porta longtemps bien haut les couleurs de son pays, à une époque où le politiquement correct n'avait pas été inventé. La publication de l'intégrale (ouaouh !) des aventures du héros hâbleur et baiseur de Frédéric... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 mai 2018

"In the Rainbow Rain" de Okkervil River : pris à la gorge...

« Quand j’ai eu ma trachéotomie, je suis devenu bleu et j’ai arrêté de respirer… ça n’allait pas bien du tout, et les docteurs ont coupé à travers la peau et le cartilage en bas de ma gorge pour y faire glisser le tube… » Tiens, combien d’albums ont déjà commencé par ce genre de phrase ? Pas beaucoup, on est prêts à parier."Famous Tracheotomies" vous prend littéralement… à la gorge, dès les premières secondes de la magnifique ouverture du nouvel album de Okkervil River. Will Sheff – ou peut-être le personnage qu’il incarne dans la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mai 2018

Relisons les classiques de la littérature : "Le Grand Meaulnes" de Alain-Fournier (1913)

"Le Grand Meaulnes", quand on a eu un père instituteur dans les années 50 et 60, c'est une institution, et nul enfant n'a envie de lire une institution. Je connaissais donc "le Grand Meaulnes" par cœur, sauf que je me suis rendu compte en l'ouvrant l'autre jour, par curiosité autant que par manque d'alternatives immédiates sous la main, que je ne l'avais jamais lu... Passé un moment de stupéfaction, je me suis plongé dans une lecture qui m'a d'abord paru un peu fastidieuse (l'institution, inévitablement) : je me suis raccroché à... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :