03 mars 2019

Revoyons les classiques de la S.F. : "E.T." de Steven Spielberg (1982)

Il y a 37 ans, le raz-de-marée "E.T." prit la planète par surprise, et imposa une fois pour toute Steven Spielberg comme le grand "mage" cinématographique de sa génération… même si aujourd'hui, le phénomène "Star Wars" a injustement fait un peu pâlir l'étoile des chefs d'œuvre du cinéma populaire qu'il réalisa durant la toute première partie de sa carrière, quasi parfaite. On s'émerveillait de cette parabole humaniste sur la bienveillance et l'amour, que nous recevions du Ciel (voir l'apparition quasi christique de E.T. ressuscité... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mars 2019

"Ada" de Barbara Baldi : résistance...

En mai dernier, "La Partition de Flintham" nous faisait découvrir, émerveillés, l’Art de Barbara Baldi, graphiste italienne plus qu’inspirée, capable de créer des ambiances saisissantes à l’aide de taches de couleurs et de lumières composant des paysages aussi abstraits – quasi mentaux – que fabuleusement évocateurs. Présentée par l’auteure comme une ode à la résistance, "Ada" se déroule pendant la première guerre mondiale, en Autriche, mais cette localisation géographique et temporelle n’a que peu de conséquences sur un récit qui... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2019

The Schizophonics à lAstrolabe (Orléans) le mercredi 27 février

22h10 : Pat, sa femme Lety, et leur bassiste Blake – que je vais pouvoir voir et entendre bien mieux qu’à la Maro où j’étais placé à l’opposé de lui, entrent en scène. Pat salue Stéphane, qu’il s’étonne de voir à nouveau là, fidèle au poste, au premier rang, et se lance dans près d’une heure vingt d’un set furieux. Car, il faut le dire, contre toute attente, Pat peut tenir une heure vingt sans faiblir au rythme démentiel qu’il impose à son corps : une heure vingt de pirouettes, de sauts en l’air, de grands écarts, de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 février 2019

"Alita : Batlle Angel" de Robert Rodriguez : une critique qui parle d'eau de rose, de chocolat et de petits chiens écrasés

La décision d'aller voir "Alita : Battle Angel" n'a pas été forcément facile à prendre. Du côté positif, le nom de James Cameron à l'origine du projet, un homme qui, n'en déplaise aux fâcheux qui trouvent toujours quelque chose à redire au succès, a construit sa drôle de carrière sur des propositions passionnantes et des ambitions - parfois extra-cinématographiques - forçant le respect. Et puis pas grand-chose d'autre. Car, à l'inverse, le nom de Robert Rodriguez, sinistre fabricant de navets risibles, ayant toujours survécu accroché... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 février 2019

"Sarkozy - Kadhafi : des Billets et des Bombes" de Arti/Collombat/Despratx/Guéguen/Le Guilcher/Chavant : crimes et délits

Bien sûr, nous sommes de plus en plus abreuvés de "fake news", comme on dit aujourd'hui, produites par tous les bords politiques. Bien sûr, la présomption d'innocence, concept essentiel à la mission d'une Justice digne de ce nom, gêne chacun d'entre nous, puisque nous sommes tous, tristement, tellement prompts à "juger" et à condamner. Bien sûr, il y a quelque part un peu de gêne à voir des têtes de gondole à la FNAC consacrées à "Sarkozy - Kadhafi", la retranscription en BD de l'enquête menée par 5 journalistes d'investigation,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 février 2019

"Une Intime Conviction" d'Antoine Raimbault : présomption d'innocence

Eric Dupond-Moretti fait partie de ces avocats internationalement admirés, qui deviennent une véritable référence dans leur métier : mais ce qui caractérise Dupond-Moretti, au-delà de sa connaissance parfaite du Droit et de ses analyses créatives mais rigoureuses, c’est son utilisation brillante – et implacable - de la présomption d’innocence, pierre de touche de la Justice… souvent malmenée dans les faits. La grande intelligence du film remarquable d’Antoine Raimbault, ce n’est pas seulement de confier le rôle de Dupond-Moretti au... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 février 2019

"Dragons 3 : le Monde Caché" de Dean Deblois : le vent se lève une dernière fois...

Ayant aimé le premier volet de la trilogie "Dragons" désormais bouclée - et sans "espoir" de prolongation grâce à une conclusion qui ferme définitivement le sujet, merci à Dean DeBlois pour ça -, et un peu moins le second, beaucoup trop sûr de lui, bruyant et dans le respect du cahier des charges du blockbuster standard, je n'attendais pas grand chose de ce "Dragons 3 : le Monde Caché". La surprise a donc été bonne, puisque DeBlois a diminué l'importance des scènes d'action, qui restent particulièrement peu inspirées, mais passent... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 février 2019

"Arctic" de Joe Penna : l'homme qui a vu l'ours (... qui a vu l'homme...)

Le récit de survie est l'un genre des plus traditionnels dans la littérature (on dira que l'un des modèles est évidemment le "Robinson Crusoé" de Defoe), et par extension dans le cinéma. Sa fonction est classiquement d'exalter les capacités de survie de l'homme, son intelligence face à l'adversité… comme récemment illustré sur nos écrans par le très, très optimiste "The Martian" de Ridley Scott. Une tendance plus moderne, intégrant sans doute notre profonde culpabilité vis à vis de ce que nous faisons à la planète, a renversé cet... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 février 2019

"Velvet Buzzsaw" de Dan Gilroy : Art Brut

Il y a clairement dans ce "Velvet Buzzsaw" deux projets qui ne cohabitent pas bien, et dont le décalage empêche finalement le film de fonctionner. D'abord, il y a cette critique délicieusement méchante, et que l'on soupçonne d'être avisée, même quand on ne le fréquente pas soi-même du milieu de l'Art : elle ouvre le film de manière particulièrement brillante, et la multiplication de personnages représentant toutes les facettes de la profession, du critique tout-puissant interprété par un Jake Gyllenhaal comme souvent extraordinaire,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 février 2019

Yak à la Maroquinerie le lundi 18 février (Festival Nuits de l'Alligator)

22h00 : … sauf que Yak, eh bien, ils ont une martingale imparable : un public bien plus jeune, et plus féminin, qui va porter le groupe à bout de bras et lui faire un triomphe. Troisième trio guitare / basse / batterie de la soirée, troisième claque : décidément l’Alligator a eu la dent creuse quand il a pondu la programmation de ce soir. Bon, peut-être une claque un peu moins assourdissante que celle des Schizophonics, mais un beau, beau moment de puissance live quand même. Il n’est pas évident de cataloguer la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,