02 juin 2017

Revoyons les classiques du film policier : "L'Introuvable" de WS Van Dyke (1934)

On peut souvent trouver de bonnes raisons d'apprécier un film "ancien" - surtout s'il ne s'agit pas de l'un de ces chefs d’œuvre qui transcendent leur époque : ce qui frappe aujourd’hui dans "L'introuvable" (ou plutôt "The Thin Man", succès commercial conséquent en 1934 qui donnera lieu à de nombreuses suites), c'est le paradoxe du respect absolu du Code Hay (même un couple marié ne saurait partager le même lit...) associé ici à une célébration décomplexée de l'alcoolisme. Difficile de se concentrer sur l'intrigue policière pas très... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 juin 2017

Séance de rattrapage : "Les Figures de l'Ombre" de Theodore Melfi

"Les Figures de l'Ombre" (au titre français échouant à capturer le jeu de mots original de "Hidden Figures") est une drôle de film, qu'on est bien en peine de juger objectivement. Empruntant avec des semelles de plomb les sentiers fort peuplés en ce moment de la dénonciation des années ségrégationnistes aux USA, il délivre à la note près le programme prévu visant à célébrer ces héroïnes qui franchirent dans les années 60 un plafond qui n'était vraiment pas de verre, et ce, ni plus ni moins qu'à la NASA... N'hésitant pas,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 mai 2017

"Billy Bat 20" de Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki : un testament

On sait bien depuis longtemps que la fin de toute saga de Naoki Urasawa nous laissera un arrière-goût de déception, ou tout au moins de frustration, facilement résumée en "tout ça pour ça ?"... "Billy Bat" n'échappe pas à cette triste règle, alors même que je fais partie des gens qui pensent que la saga aurait dû s'arrêter à la fin du magnifique quatorzième volume, et qu'elle évolue depuis dans une sorte de coma artificiel. Pourtant, les dernières pages - parfaites, bouleversantes (avec ce duel / réconciliation entre soldats américain... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 mai 2017

"Pirates des Caraïbes : la Vengeance de Salazar" de Joachim Rønning et Espen Sandberg : le naufrage du merveilleux...

"La Vengeance de Salazar" avait commencé depuis moins de dix minutes, et alors que je sombrais dans la consternation la plus profonde devant les mimiques insupportables de Johnny Depp (nous nous sommes tant aimés, Johnny...) grimpé sur une banque tirée par des chevaux, j'ai eu un flash (-back ?) : Gérard Philippe galopant sur les toits dans "Fanfan la Tulipe", une image emblématique de mon enfance (et un film que je ne reverrai certainement pas pour ne pas gâcher l'enchantement qu'il avait créé à l'époque...). Et j'ai passé le reste... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 mai 2017

"Lontano" de Jean-Christophe Grangé : les fleuves pourpres

Alors voilà, c'est du Grangé, toujours à peu près la même chose depuis les heures glorieuses des deux premiers volumes d'une œuvre désormais considérable, au moins en volume. Il y a des flics torturés et violents, des serial killers vicieux et cruels, de la technologie "science fictionnesque" appelée à la rescousse pour expliquer l'inexplicable, et un soupçon d'exotisme - le Congo cette fois... Aucune surprise, donc, même si la fin (classiquement) à double détente est finalement bien trouvée. On aimera (ou pas ?) la rage qui anime... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
28 mai 2017

Revoyons les classiques du cinéma : "la Leçon de Piano" de Jane Campion (1993)

En 1993, la "Leçon de Piano" avait tout de l'OVNI surgissant dans le ciel du cinéma mondial, venu des antipodes, tant géographiquement qu'émotionnellement : un vrai film féminin, qui ne sacrifiait en rien aux codes du cinéma mainstream, et qui faisait naître un univers tout entier de sentiments inédits. Certes, son scénario portait en lui d'indiscutables éléments de romantisme victorien, dissimulant un érotisme intense derrière la peur, le mystère et l'exotisme des situations, et la musique - qui a mal vieilli - de Michael Nyman... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 mai 2017

"I Love Dick" de Jill Soloway : I Love Jill !

Depuis l'éblouissement ressenti devant "Transparent", il est peu de dire que le travail de Jill Soloway nous importe et que nous attendions son "I Love Dick" avec impatience. On aura pourtant besoin cette fois de quelques épisodes pour être totalement convaincus, sans doute parce que le monde de l'Art Moderne, même exilé au fin fond du Texas, a quelque chose d'irritant dans son mélange absurde de prétention vaguement condescendante et de vraies ambitions quant à une compréhension du monde. Mais peu à peu, le talent, le génie peut-être... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 mai 2017

Séance (tardive) de rattrapage : "Brooklyn" de John Crowley

"Brooklyn" devrait être étudié dans toutes les écoles de Cinéma en tant qu'exemple parfait de ce qu'il faut faire si l'on veut réaliser un film d'une heure cinquante qui ne parle de rien de pertinent, et qui gâche systématiquement tous ses atouts, comme par exemple une actrice qui accroche vraiment la lumière (Saorse Ronan, qui reste la seule raison valable de s'infliger autant d'académisme mou), ou un thème - l'immigration et le déchirement entre son pays d'origine et son nouveau foyer - pour le moins d'actualité. Tout spectateur... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mai 2017

"Whiteout Conditions" de The New Pornographers : l'enfer blanc

Cela presque 20 ans que les "New Pornographers" existent et abreuvent le monde depuis Vancouver de chansons puissantes et aux mélodies régulièrement irrésistibles (soit la définition exacte du fameux "Power Pop", genre bâtard - entre rock dur et pop suave - dont on pourrait acter la naissance avec celle des géniaux Kinks, et qui ne devint brièvement "commercial" qu'au cours des années 80), ne suscitant malgré des critiques élogieuses que l'indifférence du public européen, et notamment français...). "Whiteout Conditions" est le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 mai 2017

Séance (tardive) de rattrapage : "Mustang" de Deniz Gamze Ergüven

Il n'est pas facile d'aimer vraiment "Mustang", film pourtant sincère (on sent que nombre de scènes viennent directement du vécu de la jeune réalisatrice turque dont c'est le premier film) et important (regarder objectivement la réalité d'une société musulmane et patriarcale devient de plus en plus vital, alors que les pratiques religieuses rétrogrades se répandent). C'est que le film de Deniz Gamze Ergüven, dont on peut certes louer la sensibilité frémissante, est plombé peu à peu par les invraisemblances d'un scénario qui cherche... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :