07 juin 2013

Hitchcock en Blu-ray Discs : "Psychose (Psycho)" (1960)

Il paraît vain de vouloir écrire ne serait-ce que quelques lignes de plus, même sans prétention, sur un film comme "Psychose" qui a été déjà tellement commenté - et copié, cité, célébré bien entendu (par De Palma et Van Sant pour ne citer que les disciples les plus talentueux) - qu'il ne recèle plus guère de mystères, paradoxe ultime pour un thriller dont on se souvient qu'Hitchcock avait interdit l'entrée aux spectateurs après le début de la projection. Qui le découvrira aujourd'hui sans avoir trop lu d'analyses au préalable sera... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 juin 2013

Revoyons les classiques du cinéma : "Collision" de Paul Haggis (2004), honni par la critiquem adoré par le public...

"Collision" est encore un bon exemple de film plus ou moins honni par la critique (du moins, celle qui compte...), et pourtant adoré par le public. Et le revoir permet de comprendre le pourquoi du comment. Ce qui est à peu près insupportable du point de vue d'un théoricien du cinéma, c'est la manipulation permanente des affects à laquelle se livre Paul Haggis, tant au niveau de son scénario choral à haute teneur en coïncidences improbables, qu'à travers une hyper-émotivité de la plupart des scènes, saturées de sens (ou comment... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 juin 2013

Hitchcock en Blu-ray Discs : "Sueurs Froides (Vertigo)" (1958)

On sait que "Vertigo" a désormais supplanté "Citizen Kane" au titre du "plus grand film de l'histoire du cinéma" décerné par la critique US : même si je préfère moi aussi le thriller dépressif d'un Hitchock vieillissant à l'exercice de style brillant du jeune Orson Welles, il s'agit là évidemment une reconnaissance de l'effacement du rôle politique du cinéma en faveur d'une vision plus "entertainment", basée qui plus est sur les ressorts inépuisables de la psychanalyse freudienne. "Vertigo" déploie toujours aussi efficacement 55 ans... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 juin 2013

"Anthologie Astro Boy - Volume 06" : encore merci à Tezuka...

On n'attendait pas ce sixième volume venant s'ajouter à une anthologie qui avait été présentée comme "définitive" en 5 volumes, mais pourquoi faire la fine bouche ? Il suffit de se laisser emporter une fois de plus au fil des ses histoires aussi délirantes qu'émotionnellement intenses, et au final, de dire "Merci, Monsieur Tezuka", pour cet enchantement que la lecture des aventures de votre petit robot au grand coeur ne manque jamais de faire naître. Il y a, comme toujours, l'incrédulité devant les inventions fabuleuses de Tezuka... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 juin 2013

"Effets Secondaires" de Steven Soderbergh : brillante construction...

Avant-dernier film de Soderbergh avant la retraite annoncée, "Effets Secondaires" fait partie de la veine "divertissement" du petit maître stakhanoviste, ce qui ne signifie pas qu'il soit indigne d'intérêt... Formellement, Soderbergh se livre ici à un exercice de style original et donc passionnant : débutant comme une chronique minutieuse de la dépression, se transformant en une dénonciation des pratiques des multinationales pharmaceutiques, et débouchant sur un thriller cérébral, "Effets Secondaires" n'est jamais là où l'attend, tout... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 mai 2013

Séance de rattrapage : "Moi, Député" de Jay Roach : réjouissante efficacité...

Cela fait un petit moment qu'on n'a pas vu - non seulement aux USA, mais en général - une comédie s'attaquant frontalement à un vrai sujet important, et ne serait-ce que pour cela, "Moi, Député" est un film qu'il ne faut pas négliger. La présence de l'immense Will Ferrell et du sympathique Zach Galifianakis garantissent en outre une heure et demi d'hilarité, et la vision du film ne déçoit certes pas sur ce point, nombre de scènes étant littéralement irrésistibles... Plus important quand même, l'attaque frontale menée contre la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 mai 2013

"Come Of Age" de The Vaccines : ce second album supérieur au premier qui n'arrive presque jamais...

Combien de fois a-t-on l'opportunité de saluer le second album d'un groupe comme un pas de géant en avant par rapport au premier ? Très rarement, et encore plus de nos jours où il semble que bien des artistes épuisent leur propos dès leur première "oeuvre" ! Le premier album des Vaccines était un disque confus, déséquilibré, dispersé, et surtout honteusement surévalué par une critique comme souvent à la recherche de la nouvelle sensation du jour. "Come of Age" rassurera les dubitatifs (dont j'étais...) en offrant à la fois une... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 mai 2013

"The Next Day" de David Bowie : un classique mineur ?

Après avoir été littéralement éduqué par les grands albums de Bowie des années 70-80, la chute dramatique initiée avec "Let's Dance" m'avait laissé quasi orphelin, et les quelques sursauts créatifs ultérieurs ("Outside", "Earthling") ne m'ont jamais plus réconcilié avec un artiste qui avait même fini par m'irriter profondément. Mes premières écoutes de "The Next Day" ont d'ailleurs fait renaître en moi cet agacement devant des effets de voix un peu écoeurants et des orchestrations lourdingues, dépassées depuis belle lurette... Et... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 mai 2013

"Breaking Bad - Saison 4" : Chef d'Oeuvre !

Qu'est ce qui fait la brillante excellence de "Breaking Bad", qui touche avec sa quatrième saison à une sorte de perfection dont bien des films de "vrai" cinéma peuvent être jaloux ? La qualité d'une écriture qui ne prend jamais - comme tant d'autres séries qui ne jouent que sur notre addiction - la spectateur pour un gogo à qui on fait tout avaler ? L'excellence d'une interprétation qui permet à ses personnages d'une ambiguïté totale d'évoluer de manière totalement crédible sur la distance ? Une mise en scène parfaitement classique... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 mai 2013

Revoyons les classiques du cinéma : "Pleasantville" de Gary Ross (1998)

L'intelligence du premier film de Gary Ross (oui, celui de "Hunger Games"), c'est de prendre à contrepied le récit nostalgico-romantique façon "Rose Pourpre du Caire" en substituant à un retour vers un passé américain idéalisé (on pense aussi au "11/22/63" de King) la visite d'un univers codifié et artificiel, au sein duquel diverses expériences plus ou moins destructrices vont avoir lieu. En ce sens, "Pleasantville" se rattache franchement au genre littéraire de la SF, au même titre qu'un "Truman Show" par exemple. La singularité du... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,