07 décembre 2015

"Chemicals" de The Shoes : maîtrise et tiédeur

On avait tant aimé la gaité contagieuse du premier album de The Shoes, voilà près de 4 ans, que la mélancolie rêveuse - bien trop dans l'air du temps - de son successeur nous fait l'effet d'une sale redescente : mélodies seulement correctes cette fois, qu'il faudra beaucoup réécouter pour y trouver du charme, faiblesse des voix, et surtout cet étonnant sentiment de vide, de dérisoire, qui s'installe sur la longueur de "Chemicals"... Voici un album bien produit, évidemment, réalisé avec soin, voire méticulosité, rehaussé de quelques... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 décembre 2015

"La Patience du Diable" de Maxime Chattam : supportable...

Qu'est-ce qui fait qu'un "polar de gare" devient supportable, que sa lecture soit même relativement divertissante ? Le fait de le lire dans un train, justement, traversant à toute allure la France avec son chargement de voyageurs ensommeillés ? Oui, sans doute... Plus sérieusement, le savoir-faire de son auteur en matière de recyclage efficace de tous les stéréotypes possibles, tout en appliquant soigneusement les méthodes standardisées du "best seller" à l'américaine ? C'est probable... Le hasard d'une résonance cruelle avec... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 décembre 2015

"Zipper Down" de Eagles of Death Metal : merde aux intégristes !

L'horreur du 13 novembre donne forcément très envie de réécouter Eagles of Death Metal, groupe un peu anecdotique mais formidablement sympathique, propulsé malgré lui en pleine ligne de front dans notre guerre contre le radicalisme (... sans même parler de la nécessaire mise au point sur l'absence complète de Death Metal dans la musique de Josh Homme / Baby Duck et Jesse Hughes / Boots Electric...). Comme son prédécesseur, le roboratif "Heart On", "Zipper Down" est un disque adorable même si à demi raté (ou seulement à moitié réussi... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 décembre 2015

Séance de rattrapage : "Hard Day" de Kim Seong-Hun

Il a bien fallu l'admettre, année après année : l'explosion géniale du cinéma coréen dans les années 90 a fini par faire long feu. En reste néanmoins une sûreté de la mise en scène que peut envier la grande majorité des cinéastes du reste de la planète, et cette espèce d'acharnement à filmer des situations extrêmes sans tomber pour autant dans les clichés ni le pathos qui est régulièrement renversant. Et voilà, "Hard Day" est exactement ça, un polar superficiel brillamment réalisé, rempli de scènes mémorables (la mise en bière, le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 décembre 2015

"As If" de !!! : au bas de la liste...

Alors que !!! reste un must absolu à voir sur scène, leurs albums naviguent seulement (et régulièrement) entre le tout juste bon et le presque acceptable : "As If" a des chances de s'inscrire dans le plus bas de la liste, la faute à une décision contestable de faire virer leur musique vers une sorte de funk mécanique, robotique et assez putassier. Du coup, une petite moitié des titres de "As If" est quasiment inécoutable, tandis que l'autre moitié témoigne, parfois agréablement, d'un groupe en mutation, qui se cherche entre beats rock... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 décembre 2015

Séance de rattrapage : "Trois Souvenirs de ma Jeunesse" de Arnaud Desplechin

Extrêmement bien reçu par la critique et dans une moindre mesure par le public, "Trois Souvenirs de ma Jeunesse" a tout d'une œuvre-somme, reprenant dans une narration inspirée tout ce qui nous a un jour séduit, emporté, chez Desplechin : les histoires de famille, les histoires d'espions, la science et la culture, la confusion des sentiments, le tout avec ce mélange unique de distance "intellectuelle" - qui rend le film comme son spectateur plus intelligent, semble-t-il - et d'incandescence inouïe. De charme aussi, car ici la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 décembre 2015

Meilyr Jones à l'Alhambra le mercredi 25 novembre (en première partie de Richard Hawley)

19 h 45 : un grand échalas vêtu d'un col roulé rouge, d'un pantalon gris trop court et de chaussettes dépareillées commence à chanter doucement dans le noir. C'est le gallois Meilyr Jones qui jouit déjà d'une vraie réputation et qui va le confirmer ce soir durant 40 minutes d'un set excellent. Accompagné d'un backing band de quatre musiciens et une musicienne échangeant régulièrement leurs instruments entre eux, il va nous offrir une petite dizaine de chansons non conformistes - pas de routine couplet / refrain - à l'élégance certaine... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 novembre 2015

Richard Hawley à l'Alhambra le mercredi 25 novembre

"Don't be afraid" est l'hommage que Richard Hawley nous aura rendu, à nous, public parisien, dans un moment d'intense émotion au milieu d'un set très électrique, très bruyant et régulièrement très drôle - quand Richard se laisse aller à des échanges humoristiques avec son public qu'il aime visiblement bien malmener un peu. Le rappel débutera par un toast au vin rouge sur un "Vive la France" entonné de tout cœur, et se terminera sur un All you need is Love (avec son intro Marseillaise) de circonstance. Voilà pour le respect dû aux... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 novembre 2015

Séance de rattrapage : "Birdman" de Alejandro G. Iñarritu

Je n'avais pas très envie de voir "Birdman", qui me semblait cumuler tout ce que je n'aime pas au cinéma : de la virtuosité technique (d'ailleurs assez frelatée, puisque - à notre époque digitale - le plan séquence unique n'est plus véritablement l'exploit technique qu'il avait représenté pour Hitchcock et ses acteurs de "la Corde") avant tout, des personnages hystériques représentant un microcosme qui se regarde le nombril (Broadway, Hollywood, la critique, OK !), et surtout le très très pénible Iñarritu à la mise en scène, l'homme... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 novembre 2015

"Seul sur Mars" de Ridley Scott : vide spatial

"Seul sur Mars", généralement bien reçu par la critique et le public, sans doute grâce à la beauté de ses images désertiques, au professionnalisme sûr de lui d'un Ridley Scott en mode "pilotage automatique" et au charisme "john-waynien" d'un Matt Damon qui semble vouloir désormais être Tom Hanks à la place de Tom Hanks, s'avère pourtant être une remarquable pitrerie. Pitrerie parce que sa légèreté - un temps séduisante, au moins tant qu'on échappe encore aux bons sentiments dégoulinants - se transforme en incroyable n'importe quoi... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,