13 novembre 2017

Slaves (en première partie de Kasabian) le samedi 11 novembre au Zénith de Paris

Même si j’ai hurlé à en perdre la voix, « Fuck the Hi-Hat ! », Slaves ont été un peu décevants ce soir. Ils ont bizarrement choisi de perdre beaucoup des courtes 30 minutes qui leurs étaient accordées, presque dans le noir, pour faire les clowns et déclamer des conneries devant le public du Zénith rempli à ras bord de gens complètement indifférents. Au lieu d’enchaîner les brûlots en tournant le dos aux spectateurs comme l’aurait fait un vrai groupe punk. Oui, je l’avoue, je suis bien parti en vrille sur Fuck the Hi-Hat... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 novembre 2017

"Le Sens de la Fête" de Eric Toledano et Olivier Nakache : ma petite entreprise

On connaît bien les dérives du cinéma de Nakache et Toledano, cette gentillesse frôlant la niaiserie, cet idéalisme vis à vis d'une société métissée où le savoir vivre ensemble triompherait des préjugés : leur "Sens de la Fête" n'y échappe malheureusement pas, en particulier du fait d'un happy end inutile, alors que nous aurions voulu voir un cataclysme terminal s'abattre sur cette noce franchement mal embarquée (option Blake Edwards) ou au moins une plongée asphyxiante dans la noirceur qui rôde sans cesse au bord du cadre (option... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 novembre 2017

"Le Sauveur" de Jo Nesbø : un froid d'enfer...

Et si "le Sauveur" était le meilleur "Harry Hole" depuis "l'Homme Chauve-souris" ? Il est en tout cas le plus efficace, grâce à une construction passionnante qui, si elle répète la formule des livres précédents de la série (ces scènes / pièces de puzzle qui nous sont livrées sans explications et qui finiront par se mettre en place à la fin du livre), bénéficie d'un sujet des plus originaux : d'un côté l'Armée du Salut et sa structure hiérarchique, son fonctionnement, son financement, etc., et de l'autre le destin d'une victime du... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 novembre 2017

"Au Revoir Là-Haut" d'Albert Dupontel : Qu'est-ce qu'un grand film populaire en France ?

Qu'est-ce qu'un grand film populaire en France ? Pour essayer de répondre à cette difficile question, ignorons bien entendu les zillions de comédies bas du front qui ne méritent pas le titre de "comédies" (que Lubitsch, Wilder et Tati leurs pardonnent, ils ne savent pas ce qu'ils font), et concentrons-nous sur le cas de "Au revoir là-haut", généralement traité par le public français en délire de "chef d'oeuvre absolu"... Apparemment, il s'agit donc d'un film traitant de la France d'hier, mais avec assez de contestation vis à vis de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 novembre 2017

The War on Drugs le lundi 6 novembre au Bataclan

20h30… et Adam Granduciel lance son set. Il est accompagné de pas moins de cinq musiciens, dont un batteur courageux puisque condamné à frapper comme un damné pour reproduire les beats métronomiques de l'album, et un bassiste au swing irrésistible, qui, placé pas trop loin de moi, assurera toute la soirée une rythmique spectaculaire et superbe ! Sur certains morceaux, nous aurons donc droit à trois claviers, sur d'autres à deux guitares, et régulièrement à des cuivres. Mais la grande caractéristique de The War On Drugs en 2017, c'est... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 novembre 2017

Les films d'Eric Rohmer passeront-ils l'épreuve du temps ? "Le Rayon Vert" (1986)

A sa sortie, en 1986, "le Rayon Vert" avait fait forte impression, en raflant le Lion d'Or à Venise et en recueillant un succès public plus que raisonnable. Bien que faisant partie de la série des "Contes et Proverbes", Rohmer s'y essayait à un cinéma différent, moins "maniéré", ou tout au moins moins basé sur la verbalisation des tourments de ses personnages. Largement improvisé (les dialogues devant autant à l'actrice principale, la lumineuse Marie Rivière, qu'à Rohmer lui-même), tourné de manière légère comme une sorte de film de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 novembre 2017

"Opération Casse-Noisette 2" de Carl Brunker : Tick Tick Boooom !

J'avais réussi à éviter que ma fille de 6 ans m'entraîne voir le premier "Opération Casse-Noisette", à la sinistre réputation. Cette fois-ci, les critiques étant plus positives, je n'ai pas opposé autant de résistance, et mis à part un petit roupillon rituel d'une quinzaine de minutes au milieu du "film", j'ai plutôt passé un bon moment devant ce dessin animé de facture correcte, au graphisme acceptable et à la mise en scène dynamique. Qui fait oublier un scénario convenu (les animaux d'un parc luttent pour sauver leurs arbres contre... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 novembre 2017

"Hitchhiker" de Neil Young : Faut-il s'arrêter pour prendre l'auto-stoppeur ?...

... Alors là, je ne sais pas. Je vois des tas de gens bien porter aux nues "Hitchhiker", comme si 2017 était une année tellement pourrie musicalement qu'il fallait absolument retourner se laver les oreilles en 1976. Comme si Neil Young lui-même ne nous avait pas gratifié de deux albums récents d'excellente facture ("The Monsanto Years", roboratif et énergique, et surtout "Peace Trail", vraiment inspiré - que peu de gens semblent avoir vraiment écouté !). Tout cet enthousiasme pour ce qui n'est, objectivement, qu'une collection de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 novembre 2017

"Anthology (Movie Themes 1974-1998)" de John Carpenter : Amateur Hour

Quiconque a tremblé devant les visions d’horreur des chefs d’œuvre fantastiques de John Carpenter, quiconque a vibré devant certaines scènes paroxystiques de ses films les plus belliqueux vénère forcément les thèmes musicaux extraordinairement efficaces qu’il composa (et joua, non sans un degré d’amateurisme rafraîchissant) pour soutenir, voir décupler l’effet de sa mise en scène. Depuis quelques années, Big John, qui ne peut, semble-t-il, plus faire de films, a même accédé à une véritable reconnaissance en tant que musicien,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 novembre 2017

Séance de rattrapage : "Wakefield" de Robin Swicord

Si la tentation vertigineuse de notre propre disparition (ainsi que le plaisir pervers d'en mesurer l'impact sur ses proches) est suffisamment universelle - du moins je le suppose - pour constituer un bon sujet de livre ou de film, "Wakefield" est surtout une démonstration de ce qu'il ne faut pas faire. D'abord réduire ce "vertige métaphysique" de l'effacement à un banal coup de stress vis à vis de l'usure du couple et la sauvagerie du monde professionnel. Ensuite banaliser la "perversité" du voyeurisme en le ramenant à la reconquête... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,