23 mars 2012

"Intouchables" de Toledano / Nakkache: les raisons d'un succès...

Les raisons d'un succès (... monstrueux) ? "Intouchables" décline impeccablement les règles - américaines, mais qu'importe ? - d'une "feelgood comedy", avec le bon timing, le scénario consensuel et les ruptures de ton nécessaires à éviter la routine et le déjà vu, tout cela avec un "professionalisme de la profession" qui fait honneur à l'équipe toute entière qui est derrière le film (scénaristes, acteurs, réalisateurs, etc. tout le monde est au top !)... mais qui pourra révulser les spectateurs épris d'un cinéma de liberté, c'est... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mars 2012

Séance de rattrapage : "Carancho" de Pablo Trapero

Pablo Trapero vient de la nouvelle vague argentine et a clairement gardé un talent fou pour filmer l'effondrement moral de son pays, mais aussi la nuit de Buenos Aires, ses trafics et ses dangers, avec une vraie élégance et une belle justesse. C'est là le meilleur de "Carancho", quand les acteurs - dont le fantastique, merveilleux Ricardo Darin, éternellement impeccable - se laissent capturer tels quels par une caméra sensible, discrète, qui sait effleurer les choses pour leur conférer une substance, une vérité qui nous touche,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2012

Séance de rattrapage : "The Tree of Life" de Terrence Malick

A force qu'on lui répète qu'il est un génie, il était inévitable que Terrence Malick finisse par le croire, et par basculer du mauvais côté de l'inspiration, lorsque l'obstination artisitique se mut en arrogance. On entre dans "the Tree of Life" avec un sentiment de profond et rare émerveillement : la subtilité avec laquelle la mise en scène, aérienne, "spirituelle", effleure les êtres et fait naître des sensations et des sentiments qui trouvent un écho profond en nous, évoque d'emblée un cinéma des sommets, dégagé des contingences... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 février 2012

Séance de rattrapage : "Polisse" de Maïwenn

Il est facile de se laisser happer par le chaos émotionnel que Maïwenn, en manipulatrice surdouée, a monté de toute pièces dans son "Polisse" : une troupe d'acteurs disparates, censés constituer un microcosme de la France épuisée par les années Sarkozy, lancés dans des happenings à la justesse plus que variable, au sein d'un scénario feuilletonnant, inévitable en notre époque de séries TV triomphantes... avec, en contrepoint, une vision relativement juste (il y aurait beaucoup de travail de recherche en amont du film, ça se voit...)... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 février 2012

Séance de rattrapage : "Cellule 211" de Daniel Monzón

Depuis "Oz", incontournable modèle du genre, et "Un Prophète", on aime les films de prison, sans doute parce qu'ils ont démontrés que un bon scénario et une bonne mise en scène peuvent élever le spectacle un peu convenu d'un microcosme ultra-radical en peinture sociale, politique ou humaine pertinente. Il se trouve que l'ultra-primé (en Espagne) "Cellule 211" souffre malheureusement d'un scénario à l'invraisemblance pesante (deux "lourdes" coïncidences afin de faire avancer l'intrigue) et d'un manque de souffle d'une mise en scène qui... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 février 2012

"Cheval de Guerre" de Steven Spielberg : vers Ford...

On rentre à reculons, en renâclant, dans le dernier Spielberg, un peu irrités par un scénario très "enfantin" (ce n'est pas "Mon Amie Flicka", mais pas loin) et par une tendance très lourde au cliché chromo. Puis, peu à peu, le film prend du sens, au fil des aventures feuilletonesques du cheval Joey, quand on comprend que les humains ne sont que des péripéties, et que Spielberg a eu l'idée, pas si simpliste que ça, de filmer la vie, la mort, la guerre, "à hauteur de cheval" : grâce à son habituelle aisance à la mise en scène, ce point... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 février 2012

Séance de rattrapage : "La Guerre est Déclarée" de Valérie Donzelli

La vague d'enthousiasme - critique et populaire - qui a soulevé la France à la sortie de "la Guerre est Déclarée" a cela de remarquable que, quand on voit enfin, après coup, le film, on se demande bien ce qui a pu générer de tels compliments, à part le fait de positiver tout ce que le film, dieu merci, n'est pas : pas un mélo tire-larme hollywoodien comme on en a tant vus, pas un chantage éhonté à l'émotion, pas un moment pénible d'auto-complaisance, le corollaire habituel de cette auto-fiction à la mode... C'est bien, c'est même... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 11:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
09 février 2012

"13 Assassins" de Takashi Miike : une belle surprise...

Pour qui connaît un peu le grand n'importe quoi qu'est la filmographie de Takashi Miike (qui contient quand même quelques films épatants, comme, bien sûr, le redoutable "Audition"), la première partie de "13 Assassins" est une belle surprise : sur un thème faisant écho à l'immortel "7 Samouraïs" de Kurosawa, Miike fait preuve d'une grande retenue, de sobriété et de finesse dans la construction de scènes magnifiques, lourdes de sens et d'émotion, véritables retrouvailles avec un classicisme perdu depuis la riche époque des films de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 février 2012

Séance de rattrapage : "The Murderer" de Na Hong-Jin

Que Na Hong-Jin ait du talent, c'est on ne peut plus évident : après un "Chaser" très réussi, ce "Murderer" (titre français moins beau et pertinent que le titre original, "The Yellow Sea") - plus ambitieux dans sa vision de la réalité coréenne, et plus singulier aussi - confirme l'intelligence absolue et l'énergie imparable d'une mise en scène qui renouvelle les us et coutumes du polar coréen (violence, crudité, humour grotesque, mais une efficacité indéniable qui ne sacrifie jamais aux codes hollywoodiens), en injectant une lucidité... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 janvier 2012

Redécouvrons les classiques du cinéma : "Eternal Sunshine of the Spotless Mind" de Michel Gondry (2004)

On aime l'esprit fantaisiste et bricoleur de Michel Gondry, cette énergie ludique à l'oeuvre dans tous ses films, même les moins réussis (ceux dans lesquels la tendance à la régression infantile devient trop pesante, à mon goût du moins !). Le bonheur absolu que procure son "Eternal Sunshine of the Spotless Mind" vient que le talent créatif de Gondry s'appuie sur une idée géniale (l'effacement sélectif de la mémoire...) et sur un scénario superbement construit, que cela soit l'habile flash back qui met dès le début, pourvu qu'on soit... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,