17 décembre 2014

Séance de rattrapage : "New York Melody" de John Carney

"Begin Again" - faisons l'impasse sur le titre "français" anodin et inapproprié - se présente a priori comme un feel good movie à forte teneur romantique, mais se révèle rapidement pour ce qu'il est vraiment, une réflexion légère sur la musique, comment elle fonctionne encore (plus ou moins) commercialement, et ce qu'elle peut changer dans la vie de ceux qui la font. Si l'on n'échappe pas aux clichés charmants sur l'artisanat (comme ces scènes idylliques d'enregistrements "live" dans les rues de New York), ni à la contestation... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 décembre 2014

Séance de rattrapage : "Le Labyrinthe" de Wes Ball

Faut il s'étonner, voire s'irriter (un peu...), que le retour du grand public à la SF "sérieuse" (on ne parle pas ici des space operas ou autres épopées d'heroic fantasy) se fasse à travers de ce machin à la mode qu'on appelle la littérature - et du cinéma - pour "young adults"? Ce "Labyrinthe" bien construit, bien interprété et bien mis en scène (sans parler de la force de l'univers créé ici) permet d'oublier les dérives idéologiques ou simplement bêtifiantes de bien des productions similaires et aux budgets plus conséquents, et... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 décembre 2014

Revoyons les classiques du cinéma : "The Barber" des Frères Coen (2002)

Ce fut une belle surprise en 2001 que de voir les frères Coen délaisser le confort du clin d'oeil et de la chronique formaliste, pour s'aventurer dans le désert du sens, et saisir la médiocrité américaine grâce à cette plongée en apnée dans un désespoir absurde et vaguement hébété. En sondant le gouffre existentiel et métaphysique d'un personnage qui semble s'être absenté du monde et ne parvient plus à rassembler les morceaux épars de sa personnalité (remarquable interprétation atone de Billy Bob Thornton...), ils réalisent l'un de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 décembre 2014

Revoyons les classiques du cinéma : "Trois Enterrements" de Tommy Lee Jones (2005)

"Trois enterrements" est un film qui supporte bien d'être revu, sans doute grâce à la complexité de sa thématique, qui confronte l'inhumanité de l'Amérique profonde actuelle (hébétude morale, misère autant matérielle qu'émotionnelle, inanité de la loi et de la justice) avec une nostalgie butée envers un mode d'existence qui fut meilleur (les cow boys, leur vie rude, la simplicité des échanges dépouillés de tout artifice social, la paternité comme refuge de l'amour). On soulignera la justesse de tous les interprètes, certes confinés... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 novembre 2014

Séance de rattrapage : "Flight" de Robert Zemeckis

Ecrire sur "Flight" est presque aussi pénible que le regarder, car tout y est si évident, qualités comme défauts, si plat - sans profondeur, sans sous-texte, sans "inconscient" pourrait-on dire - que l'exercice critique paraît terriblement vain. Tout le monde a facilement pointé la réussite des 30 premières minutes, présentant à la fois des comportements non politiquement corrects, et l'un des "crash" aériens les plus crédibles jamais filmés. Tout le monde s'est sombrement ennuyé pendant l'heure et demi suivante qui décrit... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 novembre 2014

"Interstellar" de Christopher Nolan : plantage complet !

A force d'encenser le cinéma de Christopher Nolan, souvent bien au-delà de ses véritables qualités (c'était déjà flagrant avec "Dark Knight Returns"), on devait logiquement en arriver au plantage complet de "Interstellar" : la mégalomanie fait toujours mauvais ménage avec le talent limité... Et Nolan n'est, malgré ses ambitions délirantes, ni Kubrick ni Tarkovski, deux "grands" abondamment cités dans le fond comme dans la forme de cette étouffante et laborieuse pièce montée qu'est "Interstellar" ! Le pire est qu'il n'est même pas... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 novembre 2014

Revoyons les classiques du cinéma : "Sympathy for Mister Vengeance" de Park Chan-Wook (2002)

Depuis 2003, année de sortie sur les écrans français de "Sympathy for Mister Vengeance", on a vu bien des films coréens, avec leur édifiante brutalité et leur frontalité dans la description de l'horreur du monde. On a aussi vu "Old Boy", où PARK Chan-Wook accédait à un nouveau stade dans l'abominable, par rapport à ce premier essai, qui nous paraîtra donc aujourd'hui moins révulsant. Si l'on peut se désoler de ce que notre sensibilité s'émousse, on doit se réjouir de pouvoir se concentrer sur les grandes qualités du film : une... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 novembre 2014

Polanski et l'aliénation : "Frantic" (1988)

Si "Frantic" fait clairement partie de cette interminable liste de films de Polanski qui ne sont "ni faits, ni à faire", ici à cause d'une dernière demi-heure qui nous montre un Polanski abandonnant complètement les principes qui avait fait de "Frantic" un agréable polar jusque là, il est impossible de nier qu'on tire pas mal de plaisir de ce thriller de "l'aliénation" (thème polanskien s'il en est) : une approche hitchockienne remarquable de la disparition d'une femme, et de l'angoisse asphyxiante qui s'en suit (la première partie... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 octobre 2014

"Magic In the Moonlight" de Woody Allen : un film faible sur un sujet fort

A plus de 40 films au compteur, on sait que la filmo de Woody Allen, malgré tout l'un des plus grands metteurs en scène vivants, est faite de hauts et de bas, ces derniers souvent dûs à la négligence plutôt sympathique avec laquelle Woody traite désormais ses propres créations. "Magic In The Moonlight" est un film moyen, qui ne marquera guère les esprits, on peut en prendre le pari, mais il a la particularité d'être un film anodin sur un sujet "grave", un thème "philosophique" dont on sait qu'il tourmente particulièrement Woody :... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 octobre 2014

De Palma, mon beau souci : "Femme fatale" (2002)

Le film le plus démentiel de De Palma (avec "l'Esprit de Cain", quand même) gagne clairement à être revu, et plusieurs fois : lorsqu'on connaît la diabolique construction de la narration, on prend un plaisir plus grand encore à identifier dans chaque scène les éléments que de Palma avait laissé pour nous orienter, et également bien sûr à se délecter de son travail constamment inspiré sur l'image et la mise en scène, livrant un commentaire continu sur l'histoire elle-même. Oui, "Femme Fatale" est bien une expérience à part, même pour... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 12:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,