Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Le journal de Pok
30 août 2022

"Shining Girls" de Silka Luisa : désorientation...

Shining Girls affiche

A force de nous saturer depuis des décennies d'histoires de serial killers plus démoniaques les uns que les autres, les scénaristes en semblent reduits désormais à faire appel à un contexte fantastique pour conférer a leurs histoires un minimum d'originalité... Mais il nous faut admettre que, dans le genre, Shining Girls est une vraie réussite. Pas très loin d'un Stephen KingLauren Beukes,, l'autrice du livre original, imagine un tueur fou - superbement incarné par un Jamie Bell quasiment méconnaissable - capable de voyager à volonté dans le temps, ce qui lui permet de créer une intimité incomprehensible avec ses victimes.

Shining Girls nous raconte l'enquête menée par deux journalistes lancés à ses trousses, dont l'une est la seule de ses victimes ayant survécu à l'agression. Au delà du voyage dans le temps, dont la source et le fonctionnement seront expliqués de maniere très claire, Shining Girls introduit un élément beaucoup plus destabilisant, qui consiste en des changements inopinés et radicaux de la réalité (?) autour de Kirby (Elisabeth Moss, comme toujours passionnante, meme si elle restera ici dans son registre habituel). Car, sans avertissement et sans raison apparente, tout bascule régulièrement dans sa vie : son job, son adresse, sa vie amoureuse, ses amis, son passé, et même sa couleur de cheveux... l'obligeant à mettre en place des stratégies complexes pour cacher sa désorientation.

Il s'agit là sans doute de l'aspect le plus original et intéressant de Shining Girls, puisqu'il symbolise idéalement l'effet destructeur que peut avoir sur l'équilibre mental d'une victime une agression d'une telle violence... tout en créant un effet sidérant de destabilisation du récit et donc du telespectateur.

Shining Girls est une mini série qui, à la différence de beaucoup, voit son intérêt croître au fur et à mesure de sa progression, déployant une histoire qui s'avère beaucoup plus riche qu'une simple traque policière. Au fil des épisodes, elle gagne en complexité psychologique, tout en exigeant un vrai travail de réflexion de la part du téléspectateur, à qui on n'offre aucune reponse évidente (tout en gardant une vraie cohérence dans la logique de son recit, ce qui est essentiel dans un récit fantastique, on le sait...).

Une vraie réussite dans un genre pourtant bien usé.

Publicité
Publicité
Commentaires
Le journal de Pok
Publicité
Le journal de Pok
Archives
Publicité