The Croods Affiche

"Les Croods 2" n'est pas un film désagréable, loin de là, en particulier grâce à sa dernière partie, frôlant l'hystérie, qui a quelque chose de rafraîchissant, en nous proposant une sorte de mash-up pop de vieilles guerrières en format girls band, de loups/araignées mignons et de singes multicolores très énervés. Quelque part, ça change des clichés habituels du film d'animation standard états-unien.

"Les Croods 2" commençait pourtant assez mal, en reprenant à l'identique le sujet du premier volet - datant quand même de 2013 ! -, c'est-à-dire un père de famille enfermant les siens dans un cocon protecteur, étouffant toute velléité d'émancipation : la touche d'audace (très légère) consiste cette fois en une gentille critique d'une société capitaliste où le confort matériel annihile l'humanité de ses membres, et en un message écologique (non poursuivi jusqu'au bout de sa logique) qui est que l'on puise forcément son énergie / sa richesse à une source dont on privera les autres. Malheureusement, à la différence de chez Pixar ou de chez Ghibli, ces points de vue ne seront pas clairement perceptibles par nos chères têtes blondes, distraites par la fantaisie, le rythme et les couleurs chatoyantes du film : comme quoi, on cherche surtout à faire plaisir aux parents accompagnant leur progéniture dans les salles obscures.

Mis à part ça, rien d'autre de bien intéressant à signaler à propos de ce film ordinaire, mais indiscutablement distrayant.