2021 07 29 Howlin Jaws Supersonic @ Trabendo (12)

20h50 : Voilà un peu plus de deux ans, Howlin’ Jaws avaient enflammé la Maro dans le cadre des Nuits de l’Alligator, ouvrant brillamment une soirée qui comprenait des pointures scéniques comme The Schizophonics et Yak : une performance que nul d’entre nous n’a oubliée ! Du coup, on attendait avec impatience ce grand retour scénique du trio parisien après ce long arrêt forcé.

Première remarque, le groupe a la main un peu moins lourde sur le look fifties, et c’est aussi bien comme ça : si leur musique reste toujours construite sur les standards du genre – la preuve en dernière partie du set de 55 minutes avec des reprises de Little Richard -, il n’est nul besoin d’adopter tout l’attirail revival quand on a des chansons aussi bien écrites, aussi efficaces qu’un Heartbreaker, leur nouveau « 45 Tours », par exemple.

Seconde remarque, si l’efficacité technique de Howlin’ Jaws est toujours imparable, en particulier au niveau des interventions solo de Lucas, réellement incendiaires, on a eu l’impression que le groupe se retenait un peu plus qu’à la Maro, justement, et que du coup, le set était moins explosif. Djivan, chanteur impeccable – même si on a trouvé sa voix un peu sous-mixée parfois ce soir – et bassiste / contrebassiste élégant, a admis qu’après tout ce temps, il avait le trac de rejouer en scène, et peut-être qu’en effet, le groupe a besoin de pratiquer à nouveau intensivement le live pour retrouver toute son énergie…

On a par contre pu apprécier encore plus la qualité des compositions, y compris des nouvelles, avec une vraie recherche mélodique plus 60’s que 50’s (en rappel, la reprise du Things We Said Today des Beatles leur allait parfaitement…) qui confirme que Howlin’ Jaws a compris que le Rockabilly, c’est bien à condition d’en sortir. Dans ce sens, la reprise du titre de Devo, Girl U Want, était aussi inattendue que gratifiante.

Le sommet du set reste le magnifique Stranger, une démonstration de force et de subtilité qui place Howlin’ Jaws dans le peloton de tête du Rock français au potentiel international (enfin, quand les frontières seront réouvertes…), avant un Medley virtuose (a-t-on reconnu Shake Your Hips de Slim Harpo ?) qui déclencha une belle furie de danse dans la fosse.

Belle soirée de retour en tous cas pour Howlin’ Jaws, qui, au vu des sourires autour de nous sur la Terrasse du Trabendo, nous a remis à tous le moral au beau fixe !