Army of the Dead affiche

Bon, on ne va pas faire dans la dentelle, ça ne va pas me prendre trop longtemps à écrire un petit texte sur "Army of the Dead", le dernier étron produit par l'inénarrable Zach Snyder, l'un des pires "réalisateurs" (guillemets obligatoires) de notre siècle. Car, passée la scène d'intro qui fait illusion et nous donne plutôt envie de continuer, et après un générique plutôt amusant qui évoque un film assez classique et a priori sympa sur l'invasion de Las Vegas par des zombies - un film que l'on ne verra pas, car il n'existe, du moins à ma connaissance - pas, c'est électroencéphalogramme plat. Je ne vais pas vous faire encore une fois le coup du "pire film vu cette année", même si c'est malheureusement vrai, mais il n'y a RIEN à sauver durant les interminables deux heures et quelques qui suivent le générique.

L'histoire, pompée sur le scénario du médiocre "Peninsula", est d'un ridicule total, encore aggravé par cette brillante idée d'une race "alpha" de zombies ultra intelligents et puissants (si, si !). Les personnages n'ont aucune épaisseur ce qui fait qu'on se moque bien de ce qui peut leur arriver. La plupart des péripéties du récit ne font absolument aucun sens. La CGI est régulièrement dégueulasse. Les scènes d'action sont répétitives et semblent rapidement interminables. Les gros guns sont l'unique solution pour résoudre tous les problèmes de l'existence. Les Européens (ici représentés par un brave Allemand) sont tous des fiottes, jusqu'à ce qu'ils finissent par être convaincus par l'exemplaire usage de la violence. Et bien entendu, la morale états-unienne à deux balles sur les valeurs familiales nous est tartinée comme de la m... sur un pain de mie caoutchouteux.

Est-il nécessaire d'en dire plus ?

Laid, bête, ennuyeux : le pire du cinéma.

PS : J'ai mis 2 à la place de 1/20 parce que je ne peux pas m'empêcher de trouver Dave Bautista sympa. C'est dire le niveau de l'analyse cinématographique à laquelle Snyder nous réduit.