30 avril 2021

"if i could make it go quiet" de girl in red : Marie et les filles

Depuis l’apparition en de Marie Ulven, musicienne norvégienne d’une vingtaine d’années ayant choisi le format « bedroom pop 80’s » pour exprimer son mal-être de jeune femme homosexuelle face à un XXIè siècle déroutant et au sein d’une société pas forcément très « aimable », girl in red est un « groupe » qui nous parle. Deux EP que l’on a le droit de trouver magnifiques de grâce et d’obstination, des concerts survoltés, enthousiastes, gais, qui ont suscité un engouement croissant, depuis une première apparition parisienne à la Boule... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 avril 2021

"Bom Dia Verônica" de Raphael Montes : la tête dans la boîte...

Depuis l’onde de choc de la découverte du Silence des Agneaux en 1991, le terme de serial killer a été tellement banalisé par la déclinaison outrancière du concept dans des dizaines, non, des centaines littéralement de films (et de romans) pas forcément inspirés ni intéressants… Au point qu’aujourd’hui, la mention d’un film (ou d’une série TV) consacrée aux méfaits et à la traque d’un tueur en série fait surtout office de repoussoir ! Pourtant, nous voilà en train de vous conseiller de passer outre vos préjugés pour... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 avril 2021

"Leonard Cohen - Sur un Fil" de Philippe Girard : "Je suis votre Homme !"

Réaliser la biographie d’un musicien ou d’un groupe en BD est un exercice « classique » mais qui semble de plus en plus populaire, mais ce ne sont pas forcément les plus grandes stars qui inspirent les plus grands livres : nul fan du 9ème Art n’oubliera par exemple le magique hommage au saxophoniste de jazz assez méconnu Barney Wilen, "Barney et la Note Bleue" de Loustal et Paringaux, alors que, en parallèle, nombreux sont les ouvrages sur les plus immenses musiciens, classiques ou modernes, qui ont échoué à... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 avril 2021

Etrangleurs étranglés ? La discographie des Stranglers : "No More Heroes" (1977)

Cinq mois seulement après la parution - qui fit grand bruit - de "Rattus Norvegicus", les Stranglers reviennent déjà avec de nouvelles chansons... même si ce second album récupère trois chansons qui avaient été délaissées lors de la sélection des titres de son prédécesseur, dont le très faible "Peasant in the Big Shitty", seul vrai problème de "No More Heroes". Mais, alors que leur premier effort laisser planer encore un doute sur l'ADN du groupe, ici, avec l'aide de la production au rasoir d'un Martin... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 avril 2021

"Quicksand - Rien de plus Grand" de Camilla Ahlgren : l'épuisement du polar scandinave ?

Les fusillades dans les écoles ne sont heureusement pas devenues (encore ?) en Europe ces faits divers atrocement banals qui reviennent comme des cauchemars récurrents dans la société états-unienne. Elles constituent toutefois, au-delà de la question, certes essentielle, de la mise à disposition facile d’armes à feu, un vrai sujet pour qui s’interrogerait sur la noirceur qui est en nous – et, pire encore, en nos enfants – et qui pourrait, un jour – qui sait ? -, s’exprimer ainsi. Quicksand est une mini-série suédoise... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 avril 2021

Poussières d'étoile : "Young Americans" de David Bowie (1975)

Bowie tâtait à la Soul depuis quelque temps, s'efforçant, dérisoire et pénible, de noircir sa blanche électricité. Et puis "Young Americans" arriva, objet parfait de sensualité détachée et de cross-over moderniste : cinq ans avant tout le monde, Bowie posait le premier jalon de ce que les 80's allaient être, pour le meilleur et souvent le pire : une époque chic et choc de brassages de genres, cristallisée autour des fantasmes de beauté plastique. Mais "Young Americans" a en lui l'antidote de son intelligence : comme une nostalgie... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 avril 2021

"Sweep It Into Space" de Dinosaur Jr : retour au jardin...

« I ain’t good alone / Can’t quite face it / Wish you’d bring me home » (Je ne suis pas bien seul / Je ne peux pas vraiment y faire face / J’aimerais que tu me ramènes à la maison). Les premières phrases de "I Ain’t" qui ouvrent le nouvel album de Dinosaur Jr – leur douzième et déjà le cinquième à voir le jour depuis la reformation de la « cellule Mascis + Barlow » en 2005 – nous disent tout ce qu’il y réellement à savoir sur "Sweep It Into Space" : si Jay Mascis n’est pas devenu... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 avril 2021

"Eux" se Little Marvin : les spectres du racisme

Il est difficile de ne pas aborder "Eux", la dernière série TV Sony / Amazon traitant de l’histoire du traitement horrible – moralement et physiquement - de la population américaine noire par la majorité blanche, comme une version télévisée de l’approche originale et reconnue de Jordan Peele dans ses fameux "Get Out" et "Us" (un titre qui accentue encore l’effet d’écho avec la série…). Et c’est d’autant plus vrai que le choix – discutable, on y reviendra – de Little Marvin est de « pimenter » un récit (pseudo ?)... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 avril 2021

Revoyons les classiques du cinéma : "Faux-Semblants" de David Cronenberg (1988)

Avec "Faux-semblants", qui marqua (enfin !) la reconnaissance de David Cronenberg comme un auteur majeur de son époque, le cinéaste canadien abandonnait (quasiment) le "gore", mais reprenait comme point de départ de sa narration un thème très typique de son cinéma, la diffusion d'une mutation au sein d'un corps. Pourtant, il s'agissait là en effet - comme le titre français le suggérait - d'un "faux semblant", le film bifurquant vers une réflexion extrêmement fine sur la douleur et l'angoisse éprouvantes provoquées par la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 avril 2021

"Love Kills" de Danilo Beyruth : São Paulo nights...

D’un côté, on a l’inusable mythe du vampire, toujours à la mode, voire plus, ces dernières années, depuis que les productions pour adolescents s’en sont emparé : le sang dont on a une envie dévorante, le sexe devenu morsure, l’immortalité, bref du nanan pour tous ceux qui sont déjà fatigués de la vie désincarnée que l’on nous markette depuis quelques décennies (heureusement, une bonne pandémie va nous aider à trouver d’autres inquiétudes globales…). D’un autre, l’héritage incontournable du Comic Book US dans ce qu’il a de plus... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,