Tonights The Night archives

On est fin août 1973, et le rêve de Neil Young s'est transformé en cauchemar : torché à la tequila la plupart du temps, rendu furieux par le déroulement de la tournée qui n'a pas répondu à ses attentes, abattu par le décès de son roadie Bruce Berry (puis par la disparition de Danny Whitten dont il se sent personnellement coupable, l'ayant viré du groupe pour cause d'usage incontrôlé de stupéfiants...) Neil s'enferme avec ses plus proches amis dans un studio de L.A.. Il y a là la rythmique de Crazy Horse (Talbot et MolinaBen Keith et David Briggs, et le (plus si) jeune prodige Nils Lofgren. Et tout ce joli monde, en état d'ébriété, va enregistrer sous le nom de The Santa Monica Flyers le premier chef d'œuvre de la "ditch trilogy", un "Tonight's The Night" infernal et maudit, dont la maison de disque retardera la sortie aussi longtemps que possible.

Malgré son titre, nous n'avons pas à faire ici à l'album original, mais à une sorte de version alternative, comprenant neuf de ses titres (sur douze : Neil a exclu ici, logiquement, le live de "Come On Baby Let's Go Downtown", rajouté sur "Tonight's the Night" en tant qu'hommage à Danny, mais aussi plus curieusement "Borrowed Tune" et "Lookout Joe" !), avec trois titres inédits additionnels, tous trois intéressants : la longue intro jazzy de "Speakin' Out" - interrompue juste quand débute ce que l'on connaît de la chanson depuis tout l'époque, une version nerveuse de "Everybody's Alone", et une chanson de - et chantée par - Joni Mitchell, "Raised on Robbery", qui fait un joli effet grâce à la combinaison de la voix sublime dela chanteuse avec la rudesse chaotique du groupe.

Le résultat de tout ça n'est évidemment pas un démarquage indispensable par rapport au chef d'œuvre qu'est "Tonight's the Night", mais représente une proposition tout-à-fait viable, peut-être plus cohérente encore par rapport à l'esprit dans lequel était Neil Young à ce moment-là, et à l'ambiance de l'enregistrement. Et puis, il est difficile de ne pas rire en entendant Neil remarquer qu'il y a de la Tequila dans l'eau qu'on propose pour se désaltérer...