For Their Love

Je suis complètement passé à côté de Other Lives pendant des années, sans doute rebuté par leur étiquette "folk" qui agit généralement sur moi comme un repoussoir. J'ai clairement manqué l'année dernière ce magnifique "For Their Love" qui aurait dû figurer dans les premières places de mon palmarès de l'année musicale 2020. Mais comme il n'est jamais trop tard pour rattraper ce genre de "faute", nous y voilà enfin !

Dès les premiers titres, l'écoute de "For Their Love" s'est avéré un véritable choc esthétique et émotionnel pour moi, ce qui ne m'arrive plus aussi souvent qu'avant, à mon âge, et avec le degré d'usure musicale que j'ai désormais atteint. Mais là, je dois dire qu'on était en plein dans ce que j'aime, ce que je préfère même : sous les habits tellement consensuels du folk boisé bien de notre époque, "For Their Love" parcours les territoires hantés du country gothique plus ou moins symbolisés par Johnny Cash ("We Wait"), a des accents lyriques qui évoquent - eh oui ! - complètement la première époque de Arcade Fire ("Cops", "Hey Hey I"), et va même - alors qu'il se positionne pourtant très loin du post punk - titiller des ambiances chères à Editors, par exemple ("Lost Day"). J'imagine que ces deux dernières comparaisons vont passablement énerver les fans du groupe, qui, je l'imagine aisément, crachent sur Arcade Fire et méprise le post-punk, mais peu importe... car Jesse Tabish écrit et chante des chansons qui font le grand écart entre noirceur existentielle totale et splendeur lyrique, le tout agrémenté de ces mélodies immédiatement mémorisables ("Cops", encore..., "Nites Out"), mais aussi qui sont pour moi tellement importantes.

Dans un style musical un peu similaire à celui de Timber Timbre*", mais en beaucoup plus amène, ouvert, **Other Lives sont devenus d'un coup l'un de mes groupes favoris !