Irresponsable S2 affiche

On peut avoir deux points de vue diamétralement opposés sur la seconde saison de "Irresponsable", le problème étant que les deux sont valides : d'une part, il est indéniable que l'on rit beaucoup moins dans cette seconde livraison de dix épisodes, qui n'apportent pas grand chose de nouveau à l'idée de départ ; de l'autre, en délaissant le registre de la franche comédie, les auteurs (Frédéric et Camille Rosset) ont réussi à creuser les personnages, à les enrichir, à aller vers une certaine vérité qui élève plutôt le niveau général.

En positionnant beaucoup plus au centre du récit le personnage de la mère, et ses relations complexes avec son psychiatre / amant, "Irresponsable" nous offre une respiration bienvenue par apport aux gags désormais un peu redondants dus à la fameuse "irresponsabilité" de Julien, le héros dont le personnage est une sorte de version actualisée de Gaston Lagaffe ; à l'inverse, les épisodes tournant autour du dépucelage difficile de Jacques n'échappent pas à la banalité inhérente à ces situations vues et revues des milliers de fois... Si la relation amoureuse entre Julien et Marie semble n'avoir plus grand-chose à nous apporter - un (petit) conflit entre eux promettait un dérapage intéressant vers la haine post-amoureuse, mais est vite résolu dans une ambiance "fleur bleue" décevante ! -, l'introduction du personnage très libre et insaisissable de la nouvelle petite amie de Julien ouvre la série sur une modernité bienvenue, l'éloignant du vaudeville convenu, "à la française", qui ne nous passionne pas plus que ça.

Bref, la troisième et dernière saison sera l'occasion pour Rosset de sortir par le haut, ou bien seulement de mettre fin à une série qui aurait finalement pu se cantonner à une seule saison.