2020 08 20 Bandit Bandit Supersonic @ Trabendo (26)

20h30 : Bandit Bandit, c’est un (autre) groupe phare de la très dynamique scène Rock française actuelle. Autour du couple (à la ville comme sur la scène) formé par les charismatiques Maëva et Hugo, Bandit Bandit est un quatuor redoutablement puissant, mêlant rock très heavy (leurs références sont QOTSA ou Black Rebel Motorcycle Club) et tradition pop bien française : on pense finalement plus devant la belle histoire d’amour que Maëva et Hugo nous jouent sur scène, à Gainsbourg-Birkin qu’à The Kills, une référence évidente mais pas si pertinente que ça.

Comme au Trianon en première partie de Last Train en novembre dernier (ça paraît une autre époque…), le set démarre par le formidable, l’irrésistible Néant, qui emballe immédiatement le public du Trabendo, et se terminera, quarante-cinq minutes plus tard, par le déluge sonique jouissif de Tachycardie. La setlist est la même que celle du Trianon, avec l’ajout de deux nouvelles chansons en français, La Marée et Désorganisé, qui confirment l’aisance croissante du groupe dans le maniement de notre langue.

Le quatuor est formidablement spectaculaire sur scène, toujours en mouvement, portant la plupart des chansons à l’incandescence. Maëva est complètement déchaînée ce soir, nous offrant une performance scénique totale, mais qui reste toujours du côté de l’élégance, sans tomber dans la provocation sexy facile. Ses duos avec Hugo autour d’un seul micro sont joliment sensuels, imprégnés d’une sorte de sauvagerie animale superbe. Bref, avec un son - comme toujours sur la Terrasse du Trabendo – impeccable, il n’y a guère que le manque – lui aussi habituel – de lumières qui tempère – un tout petit peu - notre enthousiasme.