2020 08 07 Blackbird Hill Supersonic @ Trabendo (10)

Bon, comme le nom des deux groupes jouant aujourd’hui l’indique clairement – tous deux commençant pas “black”, on est en droit de s’attendre à un festival Blues Rock ! Et, suite au fiasco des horaires de la veille, l’équipe du Supersonic a prévu un démarrage des hostilités trente minutes plus tôt, une décision intelligente et bienvenue…

… mais qui explique peut-être qu’à 19h45, quand le duo de Blackbird Hill entre sur la petite scène, le public soit encore bien clairsemé. Et c’est bien dommage pour ce groupe, qui va nous offrir une première partie inspirée, voire parfois magnifique. Blackbird Hill joue un blues rock (oui !) aussi traditionnel qu’occasionnellement sonique, cette note bruitiste montrant que nos deux Bordelais n’ont pas uniquement l’œil et l’oreille rivés sur l’Amérique sauvage et romantique du passé.

Bon, Ils ne sont que deux sur scène, mais ils sonnent comme un groupe complet, tant techniquement on a affaire ici à deux musiciens accomplis. Bonus incontestable, la voix de Maxime, haut placée, surprend de prime abord, avant de séduire durablement. Intro puissante qui capte immédiatement l'attention, jusqu'à un quatrième morceau plus heavy avec mélodie accrocheuse (Close Call, on imagine…), et... clac ! Comme hier, panne de courant ! Même problème a priori d'ailleurs. vite résolu, mais l'élan est rompu. Blackbird Hill reprend dans un autre registre, avec des morceaux plus lents, plus complexes, et, paradoxalement remporte l'adhésion du public sur ce pari-là, peu évident. Du coup c'est gagné, autour de nous tout le monde apprécie. Le set, de 40 minutes, sera un peu écourté - d'une chanson a priori - pour ne pas reproduire le problème d’horaire d'hier, mais le final sera violent comme il faut. Un beau groupe, qu’il faudra suivre…

20h47 : On s’était quand même dit que ce n’était pas forcément une bonne idée de construire une affiche sur deux duos aux styles musicaux aussi proches, mais l’entrée furieuse de Blackfeet Revolution avec un Run extatique nous rassure : on n’est pas dans le même état d’esprit que la première partie. Moins stylée sans doute, moins brillante techniquement, mais plus Rock’n’Roll, plus pop aussi, plus immédiatement jouissive, la musique de Fred et Benoît frappe directement au plexus ! On est ici dans un registre proche des Black Keys, ou plutôt, pour citer un autre grand groupe plus proche de nous, de Black Box Revelation : énergie et fun avant tout. Et le plaisir de jouer des deux musiciens est évident, sans doute partiellement dû au sentiment de libération procuré par une soirée “post-Covid” (même si pas si “post” que ça…) : reste que ce bonheur intense, cet enthousiasme formidable du duo permet au set de s’élever vers les cimes. Nous nous regardons entre nous, au premier rang, et partageons clairement ce même sentiment : « Oui, oui, c’est ça, c’est exactement ça qu’on attendait : une guitare qui décape, des mélodies accrocheuses et simples à chanter, et ce p… de bonheur que donne le Rock’n’Roll quand il est joué par des gens qui s’y consacrent cœur et âme… ». Un seul mot nous vient à l’esprit : formidable !

2020 08 07 Blackfeet Revolution Supersonic @ Trabendo (9)

On en arrive alors au moment, euh… difficile : Benoît annonce, avec une pointe d’inquiétude, que le duo va maintenant jouer ses nouvelles chansons, qui seront sur le prochain album prévu pour octobre… en FRANÇAIS ! Il est indiscutable que l’abandon de la langue anglaise est risqué alors que les racines de la musique de Blackfeet Revolution sont aussi américaines. Et de fait, ça grince un peu sur Mon âme : le texte est très bien, il est clair que le groupe a des choses à dire en cette époque troublée, mais il y a quand même un décalage entre le phrasé un peu emphatique qu’adopte maintenant Benoît, qui semble même du coup, chanter moins bien, et la musique. Bref, le pari est intéressant, il crée une singularité qui est bénéfique au groupe, mais… on est presque soulagé quand le groupe retourne à l’anglais. Désolé, les amis !

La dernière partie du set d’une heure sera plus purement Rock’n’Roll que Blues Rock, ou disons plutôt qu’on sera plus les terres de ZZ Top avec Mexico et avec Little Suzie, ce qui nous va bien évidemment très bien aussi !

Il est 21h45, mission accomplie : on a eu notre double shot de Rock ce soir, la séance de cinéma voisine de 22 heures ne sera pas perturbée, et les deux groupes ont eu droit à plus de temps.