Succession Season 2 Poster

En poursuivant dans le même registre que la première saison de "Succession", Jesse Armstrong et ses scénaristes ne prenaient guère de risques, mais détruisaient aussi leurs chances de transcender réellement les limites de ce petit jeu de massacre, dont l'intérêt se restreint finalement à capturer l'intérêt du spectateur sur le mode : "mais jusqu'où vont-ils aller dans l'abjection et la stupidité ?".

Pourtant, il est indéniable que quelque chose de légèrement plus consistant se cristallise cette fois : est-ce le fait que le "business" conduit par la famille Roy devient un peu moins abstrait, avec une ébauche de réflexion sur les médias, leur rôle, leur fonctionnement, leur évolution ? Ou plutôt que certains épisodes atteignent pour la première fois une véritable pertinence politique, comme celui - qui constitue à mon sens le sommet à date de la série - de la rencontre avec une puissante famille démocrate, rencontre qui met encore plus en évidence et les dysfonctionnement du clan Roy, et le cynisme inhumain de leur approche du pouvoir capitaliste ? Ou bien surtout la profondeur qu'a acquis avec son effondrement progressif dans la lâcheté et les drogues le personnage de Kendall, qui échappe finalement à la caricature générale ?

Grâce à une interprétation très fine de Jeremy Strong, apparaît peu à peu devant nous la vérité d'un homme dévasté par le manque d'amour de ses parents monstrueux, dépassé par les conséquences - risibles ou dramatiques - du moindre de ses actes, victime pitoyable de l'infinie perversité des jeux de domination de son père. L'identification du téléspectateur devient enfin possible, un soupçon d'empathie peut venir humaniser une série qui fonctionne toujours trop mécaniquement - et non sans efficacité - à la manière d'un jeu de massacre systématique. Le dernier épisode, celui de la révolte et du meurtre du père, marque-t-il enfin le début d'une libération, d'un retour à la vie, ou bien n'est-il qu'un simple twist scénaristique malin que la troisième saison effacera, un cliffhanger obligé et hypocrite ?

Il va nous falloir poursuivre la série pour le savoir...