The Americans S6 Affiche

La conclusion de "The Americans", "petite série"qui n'a jamais vraiment rencontré son public mais est devenue très grande dans nos cœurs ne nous aura pas déçus. Alors Gorbachev a pris le pouvoir, que les relations américano-soviétiques se dégèlent, avec des conséquences dramatiques pour le fonctionnement du KGB, quel avenir pour les Jennings ? Les temps changent, le couple explose du fait des désaccords politiques, les enfants Jennings ont choisi chacun une voie opposée, la couverture des espions s'effiloche. Et les dernières missions virent à la catastrophe (C'est d'ailleurs là le côté le plus discutable du scénario de cette sixième saison, puisque d'un coup, plus rien ne semble réussir à nos "héros" jusque là quasi-infaillibles !). Les temps changent donc, et il n'y a plus de place pour les dinosaures d'une autre époque que sont devenus les Jennings. La conclusion de la saison, et donc de la série est terrible, d'une noirceur effrayante, puisque la vacuité de tous les meurtres et de tous les sacrifices qui ont peuplé toutes les années d'activité de nos "Américains" leur explose littéralement à la figure. Et, si l'on excepte une scène de confrontation finale avec l'agent du FBI qui manque un peu de force (on atteint là les imites de ce qu'un bon scénario peut faire quand il n'est pas mis en scène par un réalisateur talentueux...), le dernier épisode est une longue et douloureuse plongée dans la nuit, qui arrive à être morale sans être pour autant moraliste ni manichéenne. Oui, la fin de "The Americans", pas si différente en fait de celle de "The Shield" par exemple, permet à cette série pas assez regardée de rejoindre le peloton de tête des grandes séries adultes...

De celles qu'on quitte avec regret et qu'on n'oubliera pas de si tôt.