2019 11 25 The Shivas Point Ephémère (6)

21h30 : le quatuor de Portland a choisi la couleur rouge comme étendard, et arbore un look des plus classiques pour un groupe de garage US, si l’on pense en particulier à la coupe de cheveux sixties de Jared. Mais le sixième album de The Shivas, “Dark Thoughts”, a aussi confirmé un savoir-faire mélodique et une complexité certaine qui dépasse les standards festifs du genre… Et d’ailleurs, la bande à Jared va bien nous confirmer l’importance de ce nouveau disque en commençant par en jouer la totalité des morceaux, pas tout-à-fait dans l’ordre quand même, ce soir !

En démarrant très fort le set avec l’enchaînement des irrésistibles Gloria, Turn me on et le très accrocheur Playing on the Radio (avec ses ba-ba-ba très velevetiens), The Shivas tentent d’accrocher même la frange de leur public qui ne connaît pas encore leur dernier opus, et ça marche ! Puis Kristin sort de derrière ses fûts, confie ses baguettes à Jeff, le second guitariste, et vient nous interpréter la ballade sirupeuse et mélodramatique If You See Me : la complicité entre Kristin et Jared est évidente, ainsi que leur plaisir de jouer. Tout l’album va donc défiler ainsi, avec ses sommets : Can’t Relax, explosif, Feel Surreal, délicieusement psychédélique, et la très lyrique et très belle conclusion qu’est Can't you feel it too ?

2019 11 25 The Shivas Point Ephémère (13)

Jared annonce en avoir terminé avec le nouvel album et nous propose donc de passer à de plus vieilles chansons, au grand soulagement, j’imagine, d’une partie du public, qui est venue avant tout pour danser et faire la fête. Plus traditionnellement garage peut-être, les titres qui suivront seront surtout l’occasion pour Jared de nous offrir un véritable festival de solos de guitare incandescents. Ça bouge bien dans la salle, l’ambiance est joyeuse et amicale comme nous le souhaitions : nous avons personnellement bien apprécié une belle version de You make me wanna die, et bien entendu l’énergie qui s’est dégagée des derniers morceaux d’un set de 1h20, conforme à ce que l’on attend d’un groupe comme The Shivas.

Il reste néanmoins que la soirée n’a jamais basculé dans cette frénésie que l’on attend inévitablement pour ce genre de musique, et que, malgré leur plaisir évident à jouer – et la qualité de leurs compositions – The Shivas sont restés ce soir au Point Ephémère un peu trop sages, pas assez sauvages !