SaccageDifficile de trouver les mots pour partager l'expérience extrême que constitue la découverte de "Saccage" de Frederik Peeters. Difficile de dire si l'on a aimé, même de manière "oblique", cette expérience. Difficile de prétendre qu'on a compris quelque chose à cet ouvrage - ne parlons pas de BD, pour le coup, mais il ne s'agit pas non plus d'un livre de "belles images", même si les images ici sont pour la plupart terriblement belles, et terribles, à coup sûr. Difficile de recommander ce livre, à ses amis (qu'ils en deviennent meilleurs...!) ou à ses ennemis (qu'ils en crèvent en un longue agonie cauchemardesque...!).

Difficile de ne pas reconnaître çà et là au moins quelques unes des innombrables références listées par Peeters en conclusion, mais difficile aussi de ne pas voir que "Saccage" broie, engloutit et revomit ses références pour en faire quelque chose de radicalement différent, de radicalement AUTRE. Difficile de ne pas saisir qu'il s'agit ici de notre présent, de notre futur imminent, de ce saccage irréversible d'un monde et d'une humanité que bientôt on ne pourra plus qualifier ni de monde, ni d'humanité. Difficile d'admettre que cette violence, qui déferle ici dans des certaines illustrations avec une puissance tellurique, est déjà la nôtre, au quotidien. Difficile de ne pas voir que "Saccage" ne diffère en rien de ce que la Télé ou Internet nous montrent sur l'état des choses. Difficile de ne pas reconnaître ce que la VISION d'un artiste du calibre de Peeters ajoute à ce chaos répugnant : quelque chose de vraiment sublime, qui fait peur, vraiment peur. Et honte, vraiment honte.

Difficile d'ignorer que nos tentatives presque désespérées de trouver un sens à "Saccage" ont été infécondes. Difficile de nier et que nous avons ressenti une terrible frustration à avoir perdu ainsi l'usage des mots (réconfortants) et de la logique la plus élémentaire (rassurante). Difficile de ne pas trouver "Saccage" terrible. Insupportable. Irregardable par instants. Difficile de ne pas admettre que, comme un poison violent, nous n'y avons survécu qu'en l'absorbant à petite dose, au fil des jours.

Difficile d'écrire ici que nous nous sommes reconnus dans cet étranger jaune de peau, et que nous avons détesté ça.